Recherche avancée       Liste groupes



      
TOUR DE MAGIE ACOUSTIQUE  |  TRIBUTE

Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mostly Autumn, Eloy, The United States Of America
- Membre : David Gilmour , Roger Waters , Syd Barrett , Rick Wright

PINK FLOYD - Echoes : Barefoot To The Moon (2015)
Par LONG JOHN SILVER le 12 Octobre 2015          Consultée 2943 fois

Ouarf, les Tribute Bands… en voici un, de vaste sujet. D’ailleurs certains d’entre eux sont presque devenus officiels, comme c’est le cas pour MUSICAL BOX (1) adoubé par Mike Rutherford qui met à sa disposition matos et archives d’époque, alors que Peter GABRIEL n’a pas hésité à emmener ses enfants à leur spectacle afin de leur montrer comment était leur père courant 70’s… ou encore pour The Australian PINK FLOYD Show invité à jouer à l’anniversaire de David GILMOUR. Un autre exemple ? Robert PLANT déclarait après avoir assisté à un concert de LETZ ZEP : « je suis entré et je me suis vu ». Le public quant à lui se rend en masse aux événements programmés par une multitude de clones ayant pour charge de faire revivre un passé prestigieux, voilà donc une affaire qui marche. Mais je reste très sceptique sur le sujet, d'autant que j'ai eu l'occasion de vérifier de visu ce que ça faisait pour AEROSMITH et quelques autres, dont… PINK FLOYD ! Rien ne vaut l'original, ça va sans dire.

Et puis un jour le camarade Gegers envoie un signal à la rédaction : ECHOES, énième tribute band de PINK FLOYD – allemand celui-là - sort un CD live acoustique, kikenveut ? Plein de compassion pour notre bien aimé spécialiste des arachnides, n’écoutant que mon bon cœur qui me rappelle que je vais bénéficier gratos (et en exclusivité inter galactique) d’une sortie que personne ne se dispute sur FP, je m’apprête à affûter ma lame afin de mieux trucider ce nouvel avatar du flamant rose pour mieux le renvoyer au terminus des objets inutiles. Piraterie et écologie n’étant pas (forcément) incompatibles, j’ai prévu également d’en disperser les restes à la déchetterie du havre sise le long des côtes où mouille mon navire.

Sauf que non. J’ai du remballer mon sabre vite fait. D'autant que si on a bien lu le titre du skeud on se rend compte qu’on est convié à un voyage (nus pieds, va savoir pourquoi) en direction de la Lune (logique), or l’espace juste au-dessus de nos têtes est déjà une véritable poubelle. Et puis surtout : ce disque est une vraie, une ahurissante, une totale, autant qu’inattendue réussite. Remballés les préjugés, par dessus bord les quolibets et autres remarques assassines, car de Barefoot To The Moon - nonobstant Erwin qui trouve que ma moyenne de notes est un peu haute* et en dépit d’une mauvaise foi en acier trempé -, impossible de dire le moindre mal. Je suis carrément déçu en bien.

De plus, concernant ce disque, parti pris artistique ingénieux il y a : il s’agit d’un live totalement acoustique. Oui, je dis bien TO-T'allemand A-COU-STIQUE, ce qui signifie qu’il ne contient aucun, mais alors aucun effet. Pas de disto sur aucune guitare, pas de boucle sortie d’on ne sait où, pas de truc pré-enregistré, pas de Chorus, de Delay ou… d’écho ! Ou si peu, TOUT est joué en direct !
En voilà une prouesse que jamais le groupe original, ni même un de ses membres n’avait jamais (vraiment) osée. Ainsi l’intro de « Shine On You Crazy Diamond » est interprétée par les musiciens qui font glisser leurs doigts sur des rebords de verres remplis d’eau, on utilise des boites en métal remplies d’on ne sait quoi pour simuler les tiroirs-caisse sur « Money », on fait mine de faire crachoter une vieille radio sur le début de « Wish You Were Here » pendant qu’un quatuor à cordes joue quelques motifs archi-connus (2) en y glissant au passage le riff de « Smoke On The Water », c’est une voix authentique qui prononce en direct le court texte déclamé sur « The Great Gig In The Sky » et bien entendu on se passe aussi de la chorale juvénile sur « Another Brick In The Wall (part 2) ».
Le tout est envoyé par un groupe de dix, emmené par le guitariste chanteur Oliver Hartmann (ex-AT VANCE), un type dont le fait d’arme le plus reconnu est d'avoir participé au projet AVANTASIA ou encore au douteux barnum qu’est Rock Meets Classic. C’est à lui qu'incombe la tâche ô combien délicate d’entrer dans les pas de David GILMOUR, or son jeu est remarquable, que ce soit sur la douze cordes (« Welcome To The Machine », « Hey You »), au Dobro (« Shine On You Crazy Diamond », « Money » où les parties lead sont interprétées au bottleneck) ou à la six-cordes conventionnelle, son touché fait mouche et sa voix, au timbre proche de celui de Gilmour, porte admirablement les mélodies inoubliables qu’elle interprète. Paul Kunkel, le pianiste virtuose, et le bassiste Martin Hofman prennent en charge les parties vocales emblématiques de Waters et là encore le rendu est crédible.
La magie opère, on s’y croirait alors que cordes frottées, frappées, grattées ou pincées sont les principaux vecteurs de la reproduction des sons et textures qui ont bercé notre imaginaire. Bien sûr, il y a là un batteur/percussionniste qui fait sonner tout ça comme il se doit et un monsieur plus qui passe de la clarinette au saxophone en fonction des titres mais également se permet de reprendre le premier solo de « Comfortably Numb » à la flûte. Malin comme tout.
Le disque proposé ici, repose sur trois albums (3) (à l’exception de « High Hopes ») : Dark Side Of The Moon, Wish You Were Here et The Wall. Là encore il y aurait eu matière à vilipender choix si consensuel… encore raté, car la musique est exceptionnelle, le concert file en un rien de temps, servi par une interprétation aussi irréprochable qu’inspirée.

Alors, mille bravos messieurs dames, car il fallait oser nous exposer du 100% bio là où le Floyd s’évertuait – pour notre plus grand plaisir, certes – à truffer ses productions d’effets génétiquement modifiés. De même lorsqu’il joue en acoustique, ce groupe se contente de lumières minimalistes là où son modèle oeuvrait dans la démesure : quelques chandeliers, de simples éclairages et le tout est emballé formidablement, l'intensité des pièces originelles restant intacte de même que l'émotion qui s'en dégage. D’ailleurs je ne vois qu’un équivalent à ce tour de grâce : le DVD Meltdown Concert de David Gilmour paru en 2001. Et encore celui-ci n’est dénué ni d’électricité, ni d’effets. Reste qu’on peut se poser légitimement cette question : le rock a-t-il encore un l’avenir créatif ? Car à l’instar de la musique classique pour laquelle le public se déplace en nombre et assiste à des représentations où les partitions originales sont jouées à la note près, on assiste là à un phénomène en expansion dans la sphère pop/rock, qui reproduit exactement cette démarche. La copie rendue impeccable par Echoes (4) pour exceptionnelle qu’elle est (or elle l’est) ne laisse pas de me tarauder l’esprit…

*Bah laisse moi faire DURAN DURAN, ou encore FOREIGNER cher ami, tu seras comblé
1) Tribute band de GENESIS fort prisé
2) Dont un entendu sur la version originale de la chanson
3) C’est le CD qui est chroniqué, le DVD qui contient plus de titres reste sur ce constat
4) Titre complet du disque : Barefoot To The Moon (An acoustic tribute to PINK FLOYD)

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LONG JOHN SILVER :


The GENTLE STORM
The Diary (2015)
When the flying dutchman meets Pandora




AYREON
The Theory Of Everything (2013)
Le phare du bout du monde


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Oliver Hartmann (guitare,chant)
- Martin Hofman (basse, guitare,chant)
- Paul Kunkel (piano, chant)
- Steffen Maier (batterie, percussions)
- Michael Unger (instruments à vent, chant)
- Carolin Rieheman (chant)
- Irena Morisakova (violoncelle)
- Terezie Fadma (violoncelle)
- Milena Kolarova (violon)
- Alice Vasilova (violon)


1. Shine On You Crazy Diamonds
2. High Hopes
3. Welcome To The Machine
4. Wish You Were Here
5. The Great Gig In The Sky
6. The Happiest Days Of Our Lives
7. Another Brick In The Wall Part 2
8. Hey You
9. Nobody Home
10. Comfortably Numb
11. Money
12. Run Like Hell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod