Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  TRIBUTE

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mostly Autumn, Eloy, The United States Of America
- Membre : David Gilmour , Roger Waters , Syd Barrett , Rick Wright

PINK FLOYD - Hits Of Pink Floyd (1994)
Par TARTE le 19 Avril 2011          Consultée 3345 fois

J’ai une furieuse envie de massacrer un album...

Pas plus tard qu’il y a deux jours, j’entendais encore « Ouais, Tarte c’est le bon samaritain de FP, il met des bonnes notes à tout et n’importe quoi… ! », bon, c’est pas vrai hein, j’écris ça juste pour structurer ma chronique en y apportant une oralité fictive, bref, ça m’a fictivement foutu hors de moi ! Fini les 4 ou 5/5, j’ai réveillé le monstre qui sommeillait. Vite, il me faut un disque…

« Hits Of Pink Floyd » par le Royal Philharmonic Orchestra ? Voilà de quoi faire scintiller les yeux de bon nombre de fans de ce groupe légendaire! Cette mode traditionnelle de rendre hommage aux grands groupes de Rock au travers d’une philharmonie n’a pas négligé le Flamand Rose, celui-ci a d’ailleurs inspiré deux adaptations orchestrales s’opposant dans un rapport manichéen foncièrement qualitatif. Vous êtes à présent du côté obscur.

Sous les airs « bling-bling » de sa pochette bien trop explicite, l’album vend du rêve saupoudré d’une pincée de niaiserie. Hermann Weindorf, l’arrangeur et chef d’orchestre, s’est légitimement posé la question : Quel type de reprise faire… ? Un arrangement totalement instrumental des plus grands titres du groupe (Kashmir Symphonic Led Zeppelin ; The Doors Concerto) ? Une reprise symphonique accompagnée par le groupe lui-même (Deep Purple and the London Symphony Orchestra) ? Ou alors une pâle copie des compositions (chant compris) où l’orchestre passerait en second plan ? Rude dilemme, mais « tant qu’à faire, autant mettre le paquet », s’est probablement dit Weindorf, « Faisons tout en même temps ! », et voilà la tare de ce disque, il fonce tête baissée dans un arrangement facile et un dosage de montés en puissance donnant au terme « maladroit » ses lettres de noblesse. De plus, le compositeur nous livre une magnifique démonstration de tautologie musicale au travers d’un non-choix omniprésent, j’y reviendrai.

Une chose marquante tout au long de l’écoute de l’album, on peut entendre pêle-mêle les refrains chantés accompagnant plus ou moins discrètement le reste de l’orchestre, un parti pris un peu crétin qui plombe l’œuvre d’un ridicule dont elle n’arrivera pas à se débarrasser, mais si l’intégralité des paroles avait été reprise, la grandeur et la richesse de l’orchestre passeraient au statut d’ornement, d’où la question suivante : Pourquoi mettre du chant ? (J’appelle ça « se tirer une balle dans le pied »).

Par ailleurs, on sent bien qu’Hermann veut nous en mettre plein la vue, du grandiose, en veux-tu en voilà ! L’orchestre se déchaîne dans de nombreux crescendos, il part au quart de tour à la moindre variation (une tendance too much que l’on retrouve chez Tolga Kashif avec « The Queen Symphony »), et pas une seule prise de risque, les compositions du Floyd sont retranscrites avec neutralité. Quand Jaz Coleman insuffle à Kashmir des ambiances aussi variées que prononcées, Hermann Weindorf reste sobre, il faut plaire à tout le monde.
« Wish You Where Here », comme la plupart des titres de l’album, est accompagnée de guitares, batteries et ce qui suit (les chants, entre autre), mais joués avec l’impersonnalité d’une machine et qui en plus écrasent l’orchestre.

« Time », ben ça ne change pas hein… ce qui était valable avant l’est toujours maintenant! Néanmoins devant la vitre de l’orchestre et les implants instrumentaux s’impose un solo de guitare électrique qui ma foi ne part pas trop mal, mais qui s’égare dans une caricature vomitive du « Solo de guitare lambda » m’évoquant systématiquement un grand bras d’honneur adressé à David Gilmour. Insupportable (oui, j’ai HORREUR qu’on s’en prenne à ce guitariste, surtout aujourd’hui).

Bon, j’avoue qu’« Another Brick In The Wall » est la plus réussie (à part les chants toujours présents), le jeu d’orchestration est plutôt habile, mais bon… reprendre les mesures de la compo unes à unes pour les faire jouer par un orchestre, ça devient vite saoulant (d’où l’évocation du truisme musical de mon intro), de plus, le solo… bah rien… c’est le même que l’original, la piste se termine sur un nouvel élan grandiloquent laissant à la bouche le goût de « déjà-vu-et-ça-devient-lourd ».

« Money », comme « Another Brick In The Wall » ça tourne en rond… Hein? Ah, il faut que j’dise un mot sur « Shine On You Crazy Diamond» ? Oui, ben vous prenez le morceau original et vous remplacez clavier, guitares et saxophone par un orchestre bien déterminé à vous en foutre plein la gueule bêtement. En fait l’intro est sympa, le reste aussi mais juste pendant une minute, la reprise en fait neuf, avouez que le rendement ne crève pas les plafonds…

Nan, soyons francs, c’est de l’artillerie lourde que l’on a ici, sans une once de subtilité ou de recherche, de la poudre aux yeux (voilà le terme exact) qui fait beaucoup de bruit. Oui, c’est évidemment écoutable, mais c’est tout à fait vaseux à côté de ce que l’on a pu faire chez Led Zeppelin, The Doors ou Deep Purple. En plus, je range personnellement Pink Floyd à la tête de mes groupes favoris, par conséquent, je n’aime pas beaucoup qu’on s’en prenne à eux ; et pour finir, j’ai une irréductible mauvaise foi qui devait passer quelque part.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par TARTE :


Ennio MORRICONE
The Mission (1986)
Cascade d'émotions




Maurice RAVEL
Boléro (boulez) (1928)
Déjà-entendu ?


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- The Royal Philharmonic Orchestra
- Hemann Weindorf (direction)
- Peter Wiehe (guitare)
- Hermann Weindorf (clavier)
- Allex Kier (basse)
- Curt Cress (batterie)
- Lisa Cash (chant)
- Bertel Gebhard (choeur)
- Peter Bischof (choeur)
- Mario Knapp (choeur)
- Bimey Oberreit (choeur)
- Hermann Weindorf (choeur)


1. Shine On You Crazy Diamond
2. Money
3. Us & Them
4. Hey You
5. Another Brick In The Wall
6. Wish You Were Here
7. Time
8. The Great Gig In The Sky
9. In The Flesh



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod