Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ennio Morricone
- Membre : Herbie Hancock , The Mahavishnu Orchestra , Keith Jarrett , John Mclaughlin , Hudson, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Rollins , Dizzy Gillespie , Ornette Coleman , Thelonious Monk, Marcus Miller , Weather Report, John Coltrane
 

 Guide Jazz (685)

Miles DAVIS - Milestones (1958)
Par DERWIJES le 12 Mars 2019          Consultée 1509 fois

Retour au quintet après l'expérience big band avec Gil EVANS pour Miles Ahead. Quintet, vous avez-dit quintet ? Plus maintenant, puisqu'en cette belle année 1958 Miles DAVIS y invite un certain Julian Adderley, plus connu sous son surnom de Cannonball ADDERLEY, saxophoniste de son état, à quelques mois de la sortie de son magnum opus Somethin' Else. En attendant, son ton blues a séduit Miles qui décide de l'embaucher pour donner du fil à retordre à l'autre saxophoniste du groupe, John COLTRANE.

Milestones -traduisez par pierre kilométrique-, est un album qui porte bien son nom : à sa manière, il marque un nouveau changement dans la carrière du trompettiste et de ce fait du jazz tout entier. C'est en effet ici que commence sa période dite modale dont l'apothéose sera atteinte à peine un an après avec un certain Kind of Blue. Et pour plus d'explication sur le pourquoi du comment du jazz modal, allez donc lire la chronique de Marco Stivell sur cet album, il l'explique bien mieux que moi ! On a pu dire de cet album qu'il était à (i]Kind of Blue ce que Revolver est au Sgt. Peppers des BEATLES : une première ébauche, une première tentative. La comparaison est intéressante quoiqu'un peu éloignée, mais il faut avant tout préciser qu'en dépit de sa réputation d'être un album de jazz modal, il n'y vraiment ici que le morceau éponyme qui rentre dans cette définition.

En vérité, Milestones emprunte beaucoup au blues. Il faut dire que Miles a toujours aimé ce style et avec un saxophoniste boulet de canon au feeling très blues, la chose va de soi. Écouter donc la reprise de Thelonious MONK "Straight, No Chaser" pour vous en convaincre. Il y a plus d’agressivité dans cette version qui se jette à l'assaut du morceau, et il est difficile de bouder son plaisir. En parlant de reprise, "Sid's Ahead" ne vous rappelle rien ? Les Davisophiles les plus assidus diront tout de suite qu'il s'agit d'une ré-écriture de "Walkin'" (d'abord paru en 45-tours en 1954 puis ré-édité en 1957 en 33-tours – les compilations en 33-tours faites par Prestige des albums de Miles sorti à l'origine en 45-tours seront chroniquées prochainement !-). Du morceau original, il ne reste que la mélodie initiale. Adieu à l'introduction et au trombone remplacés par une grande liberté laissée aux musiciens – et quand vous comptez parmi vos musiciens des talents comme Philly Joe CHAMBERS à la batterie et Paul CHAMBERS à la contrebasse, vous ne perdez rien à les laisser se défouler un peu-. "Walkin'" était déjà un excellent morceau, mais à mes oreilles "Sid's Ahead" fait encore mieux. Plus de liberté, un petit grain de folie en plus. Appelez cela comme vous voulez, mais le résultat final reste en tout cas jouissif. Pour l'anecdote, vous pouvez y entendre Miles jouer de la trompette et du piano puisqu'il s'était disputé avec Red GARLAND entre deux prises et que le pianiste avait fini par se précipiter hors du studio pour se calmer les nerfs dehors. Les relations entre Miles DAVIS et les autres membres du quintet commençaient alors à se dégrader dangereusement, la faute à un leader exigeant et une envie de voler de leurs propres ailes.

Côté trompette, Miles ressort la sourdine mais muscle son jeu, se plaçant plus du côté d'un Louis ARMSTRONG ou d'un Roy ELDRIDGE que de Fats NAVARRO. Ecoutez-le se lancer dès l'ouverture de "Dr. Jackle"  (et non pas "Dr. Jekyll" comme il était indiqué sur la première édition du disque, erreur corrigée par la suite) ! Cette introduction plutôt be-bop que blues permet de varier les plaisirs car, soyons honnête, il n'y a rien à retirer ici. Miles DAVIS et ses comparses bâtissent ici un nouveau pilier du jazz. Si l'histoire en a surtout retenu le morceau-titre qui annonçait un nouveau virage du genre, les autres méritent tout autant votre attention. Et comme toujours, les amateurs apprécieront la présence de prises alternatives de certains morceaux sur l'édition CD.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Charles MINGUS
Cornell 1964 (2007)
Mingus 101




Miles DAVIS
Porgy And Bess (1959)
Réécriture à succès


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Miles Davis (trompette)
- John Coltrane (saxophone ténor)
- Cannonball Adderley (saxophone alto)
- Red Garland (piano)
- Paul Chambers (contrebasse)
- Philly Joe Jones (batterie)


1. Dr. Jackle
2. Sid's Ahead
3. Two Bass Hit
4. Miles
5. Billy Boy
6. Straight, No Chaser



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod