Recherche avancée       Liste groupes



      
BOSSA-NOVA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ennio Morricone
- Membre : Herbie Hancock , The Mahavishnu Orchestra , Keith Jarrett , John Mclaughlin , Hudson, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Rollins , Dizzy Gillespie , Ornette Coleman , Thelonious Monk, Marcus Miller , Weather Report, John Coltrane
 

 Guide Jazz (416)

Miles DAVIS - Quiet Nights (1963)
Par DERWIJES le 10 Avril 2019          Consultée 207 fois

Miles DAVIS et Gil EVANS, le retour de la revanche.

Les succès de Porgy and Bess et Sketches of Spain ayant permis aux cadre de la Columbia Records de rouler encore plus sur l’or si c’est possible, on peut imaginer leur contentement lorsque les deux musiciens annoncèrent leur désir de travailler une nouvelle fois ensemble. Mais comme les directeurs des majors ne voient pas plus loin que le Roi Dollar, ceux de Columbia firent un calcul rapide :

Miles Davis + Gil Evans = Argent

La grande mode musicale du moment le bossa-nova = Argent

Miles Davis + Gil Evans + Bossa-Nova = Beaucoup, beaucoup d’argent.

Quelques discours que l’on imagine convaincant ensuite, et voilà nos deux compères qui retournent au studio de Columbia, sur la 30th Street à Manhattan. Et ils ramènent du beau monde avec eux : Herbie HANCOCK au piano, Paul CHAMBERS à la contrebasse, Elvin JONES aux percussions ou encore J.J. JOHNSON au trombone pour ne citer qu’eux. Le temps de composer une track-list confortable –mais pas trop aventureuse, restons aux classiques-, de commencer à s’organiser, à travailler…Que quatre mois s’écoulent, et voilà Miles qui met le projet. Pourquoi ? Sur ce point les avis divergent mais ce qui est sûr ce qu’il rejoignit presque aussitôt son nouveau quintet pour commencer l’enregistrement de Seven Steps to Heaven. Ce qui est aussi sûr c’est que son producteur Téo MACERO, loin de laisser passer une opportunité de se remplir les poches, sortit les bandes du placard et les fit publier contre l’avis de Miles qui jugeait l’album comme infini et invendable dans l’état.

Miles a certes une réputation de perfectionniste acharné, mais s’il vous dit que l’album n’est pas prêt à sortir… Ce n’est pas une bonne idée de l’ignorer.

Une décision d’autant plus regrettable qu’elle fait de Quiet Nights le mouton noir d’une série d’album frôlant la perfection. C’est un disque que l’on écoute avec un album poli au départ, puis avec une certaine gêne, qui ressemble plus à un album de démos bonus qu’au véritable produit fini. Les compositions sonnent effectivement incomplètes, et le jeu des musiciens manquent de raffinement, comme si ils n’avaient eu le temps d’enregistrer qu’une première mouture des morceaux. Même les reprises de morceaux fameux comme l’immortel "Corcovado" ne sont pas convaincantes et semblent durer longtemps, longtemps, et je ne vous parle même pas de morceaux laissés clairement en suspens comme "Song No.1" et "Song No.2", aux titres éloquents…Le plus frustrant dans l’affaire est que le disque aurait pu être nettement meilleur : des moments comme "The Time of the Barracudas" sont prometteurs mais manquent tout bêtement de finition.

Pour combler les trous Téo Macero partit piocher dans les bandes de l’album Seven Steps to Heaven que Miles était en train d’enregistrer au même moment, ce qui ne plût pas tellement au trompettiste, qui, dans un retournement de situation étonnant au vu de son caractère ombrageux, retravaillera tout de même avec lui pour Miles Smiles. Un pardon qui vient sûrement du fait que ce morceau pioché à côté, "Summer Night", sonne différent des autres mais dans un bon sens du terme, au moins celui-ci avait été complété lors de son inclusion sur l’album.

Ce serait, tout de même malheureusement, le seul moyen relativement mémorable d’un disque qui fait l’effet d’un plat de pâtes : tout est là, tout est prêt, mais c’est fade, sans les assaisonnements qui lui donneraient du goût.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
Sorcerer (1967)
Ensorcelé.




Miles DAVIS
Get Up With It (1974)
Après le déluge


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Gil Evans (arrangements et direction)
- Miles Davis (trompette)
- Herbie Hancock (piano)
- Elvin Jones (percussions)
- Steve Lacy (saxophone soprano)
- Raymond Beckenstein, Jerome Richardson, (flûte)
- Richard Perissi, Bill Hinshaw, Donald Co (cor)
- Tony Williams (batterie)
- Frank Rehak (trombone)
- Jimmy Cobb (batterie)
- Willie Bobo (bongos)
- Garvin Bushelle (basson, contrebasson)
- Paul Chambers (contrebasse)
- Gene Cipriano (flûte, hautbois, saxophone ténor)
- Bob Tricarico, Fred Dutton (basson)
- J.j. Johnson (trombone)
- Louis Mucci, Bernie Glow, Ernie Royal, H (trompette)
- Janet Putman (harpe)
- Unk (bois)
- Billy Barber (tuba)


1. Song No.2
2. Once Upon A Summertime
3. Aos Pes Da Cruz
4. Song No. 1
5. Wait Till You See Her
6. Corcovado (quiet Nights Of Quiet Stars)
7. Summer Night
8. The Time Of The Barracus



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod