Recherche avancée       Liste groupes



      
THIRD STREAM  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ennio Morricone
- Membre : Herbie Hancock , The Mahavishnu Orchestra , Keith Jarrett , John Mclaughlin , Hudson, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Rollins , Dizzy Gillespie , Ornette Coleman , Thelonious Monk, Marcus Miller , Weather Report, John Coltrane
 

 Guide Jazz (393)

Miles DAVIS - Miles Ahead (1957)
Par DERWIJES le 6 Mars 2019          Consultée 97 fois

Malgré un emploi du temps déjà bien rempli, Columbia ne laisse pas à Miles DAVIS le temps de laisser reposer le succès de 'Round About Midnight et lui propose de faire une infidélité à son Quintet le temps d'une collaboration avec Gil EVANS. Les deux hommes se connaissent déjà, leur précédente rencontre a crée des étincelles, ou plutôt le coup de tonnerre Birth of the Cool. Cette seconde rencontre aboutira à un second coup de tonnerre, d'un genre diffèrent mais tout aussi essentiel : Miles Ahead.

Ne refusant jamais un défi, les deux musiciens s'en donnent un plutôt corsé : enregistrer un disque qui mélangerait le jazz, la musique classique et les musiques dites du monde. Avec un big-band de 19 musiciens à une époque où les petits groupes sont privilégiés, et dans ledit big-band Miles Davis serait le seul soliste et y remplacerait sa trompette fétiche par un bugle (fluglehorn en anglais), un instrument assez similaire à la trompette dont les amateurs de cuivre expliqueront mieux que moi les subtilités. Aussitôt remis de la surprise de la photographie choisie pour pochette -la première édition du vinyle représentait une jeune femme blanche sur un yacht, choix étonnant que Miles Davis désapprouva vivement et qui fut vite remplacé par une sobre image de Miles-, les critiques s’empressèrent de donner un nom à ce mélange éclectique qu'ils venaient d'entendre, et ce sera « The Third Stream », un nom absolument idiot qui s'est vite fait éclipser par le free jazz, les deux sous-genres étant nés de la volonté des musiciens de jazz de sortir des frontières d'alors.

Et quand il s'agit de dépasser des frontières notre trompettiste fétiche est toujours en avance (vous l'avez ? En avance...Miles Ahead...Non, pas d'applaudissements, s'il vous plaît...). Si je ne parlais qu'en terme d'importance musicale par rapport à son influence et à sa réputation je me lancerais ici dans un déluge de compliments sur ce disque, je lui donnerais la note maximale, le classerais en archive de référence et tiens, pourquoi pas, le placerais en sélection du site...Oui mais voilà, Miles Ahead ne me fait ni chaud ni froid. Pourtant ce ne sont pas les bonnes idées qui manquent : On ne peut pas se tromper en ré-orchestrant la mélodie des « Filles de Cadix » de Léo DELIBES en « The Maids of Cadix » et Sketches of Spain est même annoncé avec « Blues for Pablo », de même que la reprise de « My Ship » de Kurt WEIL, écrit pour une comédie musicale, préfigure Porgy and Bess...Sans compter une reprise de Dave BRUBECK (« The Duke ») et d'Ahmad JAMAL (« New Rhumba »), deux musiciens chez qui Davis a toujours trouvé à boire et à manger en nous en faisant profiter.

En dépit de tout cela il n'y a rien à faire, je reste peu convaincu ! Le motif ? Le pire de tous : je ne ressens aucune excitation. Alors que je suis quand même capable de remarquer la technicité merveilleuse de Miles sur ses solos et sur ses échanges avec l'orchestre, à aucun moment la musique ne me met sur les fesses ou me touche plus que cela. Est-ce que c'est l'opposé entre le contrôle de l'orchestre et les improvisations de Miles ? Non, c'est plutôt le rythme de l'album : lent et langoureux. Miles Ahead aime prendre son temps, ne pas choquer ses auditeurs, là où on imagine un disque de Miles Davis comme un concert dans un bar enfumé Miles Ahead nous emmène pique-niquer dans le parc par un beau dimanche après-midi. C'est joli, c'est sympa, la vie est belle, les oiseaux gazouillent, à moments on a presque l'impression de s'être trompé et d'être en train d'écouter un album de Duke ELLINGTON...Comme on est polis on écoute le disque jusqu'au bout, mais faut bien avouer qu'on s'est quand même fait chier cet après-midi. Heureusement la journée n'est pas finie, on a encore le temps d'aller boire un coup au bar à la mode du moment !

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Bobby BROOM
Soul Fingers (2018)
Air guitar




Miles DAVIS
'round About Midnight (1957)
L'heure de tous les possibles


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Miles Davis (bugle)
- Bernie Glow, Ernie Royal, Louis Mucci, T (trompette)
- Frank Rehak, Jimmy Cleveland, Joe Bennet (trombone)
- Willie Ruff, Tony Miranda, Jimmy Buffing (cor)
- Bill Barber (tuba)
- Lee Konitz (saxophone)
- Romeo Penque, Sid Cooper, Edwin Caine (flûte et clarinette)
- Paul Chambers (contrebasse)
- Art Taylor (batterie)
- Wynton Kelly (piano)


1. Springsville
2. The Maids Of Cadiz
3. The Duke
4. My Ship
5. Miles Ahead
6. Blues For Pablo
7. New Rhumba
8. The Meaning Of The Blues
9. Lament
10. I Don't Wanna Be Kissed (by Anyone But You)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod