Recherche avancée       Liste groupes



      
BE-BOP  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ennio Morricone
- Membre : Herbie Hancock , The Mahavishnu Orchestra , Keith Jarrett , John Mclaughlin , Hudson, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Rollins , Dizzy Gillespie , Ornette Coleman , Thelonious Monk, Marcus Miller , Weather Report, John Coltrane
 

 Guide Jazz (397)

Miles DAVIS - At Last ! (with The Lighthouse All-stars (1953)
Par DERWIJES le 12 Juin 2019          Consultée 86 fois

Vous connaissez le Lighthouse Club ? Situé à Hermosa Beach en Californie, vous l'avez peut-être remarqué parmi les décors du La La Land de Damien Chazelle, citation à propos puisqu'il s'agit d'un des haut-lieux du jazz West Coast où on joué les plus grands noms, traditionnellement le samedi pour une séance de jam sous l'égide du chef d'orchestre Howard RUMSEY.

Le concert qui nous intéresse a été enregistré le 13 Septembre 1953 : Miles DAVIS a quitté New-York avec Charles MINGUS et Max ROACH dans l'espoir que le soleil californien l'aide à décrocher de son addiction à l'héroïne -dépendance dont il ne se débarrassera que plus tard au terme d'une période de convalescence chez son père-. De passage au club, il y rencontre le trompettiste chouchou du public et de la critique, Chet BAKER. Celui-ci ne cache pas son admiration pour Miles et le convainc de monter sur scène le temps d'un petit concert.

Voilà pour la genèse de l'album. Rare et oublié, les quelques informations que vous trouverez dessus vous le vendront comme la rencontre entre Miles DAVIS et Chet BAKER, ce que l'on déduit de soi-même une fois que l'on a mis des lunettes de soleil pour ne pas se laisser éblouir par les couleurs criardes de la pochette et la superbe chemise hawaïenne de Baker. Ce que l'album ne vous dit pas par contre, c'est que si les deux trompettistes jouent pendant le concert, à aucun moment ils ne jouent ensemble.

Manque de pot, cet argument de vente était le point fort du disque. Une fois l'illusion dissipée, il ne lui reste pas grand-chose à dire, si ce n'est qu'il est inutile. Il n'y a rien de mauvais : on parle de Miles DAVIS et Chet BAKER là, même leurs ronflements devaient être des chefs-d’œuvre du jazz. Mais ils ont dans leurs discographies des live bien plus intéressants que celui-ci qui n'est finalement qu'un petit concert d'une quarantaine de minutes.
La reprise de « A Night In Tunisia » reste le meilleur moment du disque, avec « Drum Conversation », solo de batterie de 4 minutes offert par Max Roach. Le reste dans l'ensemble est du bop de bonne facture. On se laisse porter par la musique sans être transcendé. La qualité moyenne du son déjà citée ne permet pas de dire qui des deux trompettistes vole le show, même si Chet BAKER se met plus en avant que Miles lors de sa prestation. Il ira d'ailleurs voir son idole après le concert en lui avouant que savoir qu'il le regardait jouer l'avait intimidé.

Si vous êtes curieux, sachez que vous pouvez écouter cet album sur Spotify à défaut de le trouver dans son intégralité sur YouTube. C'est encore la meilleure manière de le découvrir plutôt que de s'embêter à l'acheter en ligne. Et si toutefois vous le trouvez chez un disquaire, passez votre tour s'il n'est pas vendu à très bas prix : absolument n'importe quel autre album de Miles ou Chet pris au hasard satisfera tout aussi bien vos envies de bop.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
Sorcerer (1967)
Ensorcelé.




Miles DAVIS
Relaxin' With The Miles Davis Quintet (1956)
Hard cool.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Chet Baker (trompette)
- Miles Davis (trompette)
- Max Roach (batterie)
- Russ Freeman, Lorraine Geller (piano)
- Rolf Ericson (trompette)
- Bob Cooper (saxophone)
- Bud Shank (flûte, saxophone)


1. Infinity Promenade
2. 'round Midnight
3. A Night In Tunisia
4. Drum Conversation
5. At Last



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod