Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD-BOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ennio Morricone
- Membre : Herbie Hancock , The Mahavishnu Orchestra , Keith Jarrett , John Mclaughlin , Hudson, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Rollins , Dizzy Gillespie , Ornette Coleman , Thelonious Monk, Marcus Miller , Weather Report, John Coltrane
 

 Guide Jazz (416)

Miles DAVIS - E.sp. (1965)
Par DERWIJES le 21 Avril 2019          Consultée 166 fois

Amateur de jolis visages, profitez bien de cette charmante photographie : c’est la dernière fois que Frances Davis apparaît sur un album de son génie de mari, 4 ans après Someday My Prince Will Come. Loin d’être aussi paisible que cette pochette bucolique, rien n’allait plus entre ces deux-là et le divorce ne tarderait pas à être acté en cette année 1965, fameuse année tournante dans l’Histoire de la Musique qui va annoncer la folie foisonnante de la seconde moitié des sixties.

En attendant, si sa vie intime part à vau-l’eau, Miles DAVIS peut toujours compter sur sa musique pour le réconforter. Et heureusement, tout va bien dans ce domaine avec ses nouveaux musiciens. Avec Wayne SHORTER au saxophone, Herbie HANCOCK au piano, Ron CARTER à la contrebasse et Tony WILLIAMS, la nouvelle incarnation de son quintet n’a rien à envier à la précédente. L’enchaînement intensif de concerts qu’ils donnent a tant et si bien amélioré la cohésion de leur jeu que le public commence à se demander s’ils ne seraient pas capables de communiquer par télépathie entre eux, une idée reprise pour le titre de cet album, E.S.P. pour Extra Sensorial Perception, comme une petite plaisanterie envers leur fidèle public.

Ces nouveaux musiciens apportent à Miles une nouvelle manière de travailler : l’album est constitué uniquement de titres inédits composés par les autres membres du quintet, une première pour le trompettiste. Et alors qu’il s’était déjà éloigné du jazz modal, ces nouvelles compositions l’y ramènent en s’inspirant fortement de l’héritage de Kind of Blue tout en n’hésitant pas à emprunter quelques idées au jazz d’avant-garde de John COLTRANE et Ornette COLEMAN.
Enfin, juste quelques pioches par-ci par-là, notamment Miles qui y touche doucement. Si l'on devait qualifier le jazz de E.S.P. on dirait certainement qu'il s'agit là de hard-bop. La différence avec le bop ? Des revendications afro-américaines se traduisant par l'incorporation de rythmiques blues, gospel et rhythm'n'blues au bop classique. Concrètement, et cela s'entend sur le disque, les musiciens sonnent moins contraints et ne ménagent pas leurs instruments, j'en veux pour preuve le morceau « Eighty-One », un blues qui sonne presque funky avant l'heure avec ses alternances entre des rythmes binaires et tertiaires. Et pour ce fameux côté free-jazz ne cherchez pas plus loin que « Agitation », un morceau abstrait un peu difficile à aborder qui ouvrira les concerts du quintet jusqu'en 1969. Brutale dans ces break, cette composition de Miles pave le chemin à venir pour le trompettiste.
Sa trompette d'ailleurs ne cesse de se frayer un chemin strident entre le piano et le saxophone qui jouent eux sur un registre plus cool. C'est d'ailleurs sur la composition de Herbie HANCOCK que ces deux-là brillent le plus, nous offrant un peu de beauté contemplative.

A la question : « Pourquoi parle-on tout le temps de Miles DAVIS plutôt que de tous les autres jazzmen qui mériteraient d'avoir un peu plus de couverture ? », je répondrais « E.S.P. ». Car ce qui est fabuleux avec Miles DAVIS, c'est que l'on ne cesse de le redécouvrir. Coincé entre sa période cool/bop des années 50 et la fusion 1969-1975, il y a quelques albums aujourd'hui un peu oubliés qui cachent quelques pépites, et ce disque en fait parti. A la fois aventureux et accessible, il constitue une porte d'entrée idéale pour tous ceux qui souhaitent découvrir un jazz plus abstrait, mais en sont intimidés.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
A Tribute To Jack Johnson (1971)
Ne les laissez jamais l'oublier




Miles DAVIS
Miles Smiles (1967)
Grand sourire.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Miles Davis (trompette)
- Wayne Shorter (saxophone ténor)
- Herbie Hancock (piano)
- Ron Carter (contrebasse)
- Tony Williams (batterie)


1. E.s.p.
2. Eighty-one
3. Little One
4. R.j.
5. Agitation
6. Iris
7. Mood



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod