Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Ufo 1
1971 Ufo 2 Flying - One Ho...
1972 Live
1974 Phenomenon
1975 Force It
1976 No Heavy Petting
1977 Lights Out
1978 Obsession
1979 Strangers In The Night -...
1980 No Place To Run
1981 The Wild, The Willing...
1982 Mechanix
1983 Making Contact
1985 Misdemeanor
1988 Ain't Misbehavin'
1992 High Stakes & Dangero...
1995 Walk On Water
2000 Covenant
2002 Sharks
2004 You Are Here
2005 Showtime
2006 The Monkey Puzzle
2009 The Visitor
  Headstone: Live At Hamme...
2012 Seven Deadly
2015 A Conspiracy Of Stars
2017 The Salentino Cuts
 

- Style : Thunder, The Union
- Membre : MotÖrhead, Pink Fairies, Savoy Brown, Ted Nugent, Scorpions, Paul Raymond Project , Michael Schenker , Nils Lofgren
- Style + Membre : House Of X, Msg
 

 Site Officiel (2210)

UFO - One Night Lights Out '77 (2023)
Par GEGERS le 7 Novembre 2023          Consultée 915 fois

Deuxième volet dans la série des éditions nouvelles par Cleopatra Records des live plus ou moins inédits d'UFO, One Night Lights Out '77 constitue malheureusement la preuve d'un certain amateurisme de la part du label, puisque ce dernier crédite Michael Schenker à la guitar lead. Or, lors de ce concert capté le 11 juillet 1977 à l'Agora Ballroom de Cleveland (déjà disponible en bootleg sous le titre Strangers in Cleveland, c'est le guitariste Paul Champan qui officie à la six-cordes en lieu et place du blond germain. Rappel des faits.

Lorsqu'UFO publie l'excellent album Lights Out en mai 1977, le groupe sillonne l'Allemagne et l'Angleterre. Cet album, le premier produit par Ron Nevison qui donne aux Britanniques un son plus orchestral, rencontre rapidement un beau succès. L'arrivée de Paul Raymond qui, en plus d'officier aux claviers et à la guitare rythmique, n'est pas manchot lorsqu'il s'agit de participer à la confection des morceaux, apporte au groupe une force motrice supplémentaire. En studio en cette année 1977, UFO semble au sommet de son art.

Au moment de partir pour les Etats-Unis à l'occasion d'une longue tournée en première partie de RUSH, un problème se pose néanmoins : Michael Schenker a disparu. A moins d'une semaine du premier concert dans l'Illinois, c'est le branle-bas de combat chez UFO.

'Lights Out' était parti pour faire un carton aux Etats-Unis, et j'avais l'impression que la seule perspective qui s'offrait à moi était une tournée sans fin, explique rétrospectivement Michael Schenker. Je n'avais pas envie de cela. Il y avait cette pression constante, et j'avais l'impression que les gens attendaient de moi beaucoup plus que ce que je me sentais capable d'offrir. Je savais que si je parlais de mes doutes aux autres membres du groupe, il n'auraient de cesse de me convaincre de partir en tournée avec eux. J'ai donc préféré tout quitter. J'ai vendu toutes mes affaires, je suis allé avec ma petite amie dans le sud de la France, nous avons acheté deux motos et nous sommes partis en road-trip, une sorte de pèlerinage vers cet endroit où mes parents nous emmenaient en camping l'été, entre Barcelone et Tarragone. Nous y sommes restés quelques temps, et puis nous sommes rentrés en Allemagne où nous avons loué un appartement.

La disparition du Mad Axeman semble de prime abord ne pas émouvoir le chanteur Phil Mogg : Un jour. Michael a disparu. Je ne me suis jamais vraiment demandé où il était parti, même si après coup nous avons appris les détails de son voyage. Mais il était parti et, en ce qui me concerne, il pouvait bien aller se faire voir. Néanmoins, l'absence de celui qui est surnommé par ses camarades 'Jekyl and Hyde' est un problème. Tandis que la presse prétend que Michael a rejoint la secte Moon (une rumeur lancée, selon le guitariste, par le malveillant Mogg, désireux selon lui de maintenir la lumière braquée sur le groupe), UFO lance un appel désespéré au guitariste Paul Chapman. Celui-ci, qui avait déjà brièvement rejoint le groupe en 1974 en tant que second guitariste, avant d'en être évincé en janvier 1975, venait alors de terminer l'enregistrement de Firing on all Six, deuxième (et ultime) album de son groupe LONE STAR, et accepte alors de dépanner UFO une nouvelle fois. Six petits jours de répétition, et le groupe donne son premier concert de l'année aux USA, face à un public qui, tout d'abord incrédule, finit par accepter la présence de Chapman. S'exprimant dans la presse, Mogg déclare alors : Paul est un guitariste très énergique. Nous sommes bien plus affûtés sur scène depuis son arrivée. Il joue dans un style similaire à celui de Michael, mais il est plus brut et agressif, il génère plus d'intensité sur scène.

Il est vrai que l'enregistrement tiré de ce concert de juillet ne manque pas d'intensité. Malgré un son assez médiocre, à peine meilleur que celui du bootleg, cette captation retranscrit plutôt bien l'urgence et l'énergie qui habite alors un UFO sûr de son fait, épaulé par un répertoire désormais riche en pépites. En fait, et même s'il manque encore un album studio pour achever l'histoire, les bases de l'album-culte Strangers in The Night sont là. Le groupe dégaine d'entrée trois titres de son dernier rejeton, dont l'agressif "Lights Out" dont la rugosité fait vibrer les murs, et le splendide "Love to Love" dont l'introduction se fait plus heavy que sur la version studio. Forcément, la présence de Chapman éclipse la prestation du pourtant très compétent Paul Raymond, qui porte ce morceau dont la flamboyance et la beauté mélodique se voient ici transcendées par une interprétation riche en émotion, même si moins fine que sur album. Des trois titres de Force It joués, le fun "Shoot Shoot" tire son épingle du jeu, tandis qu'une version considérablement allongée de "Rock Bottom" nous permet d'apprécier le mariage réussi entre claviers et guitare sur ce titre emblématique. Tant et si bien que 'l'autre' classique, "Doctor Doctor", peine à susciter le même engouement que cette indéniable pièce maitresse. Seul titre rescapé de No Heavy Petting, le blues lourd et emphatique de "On With the Action" est également un moment fort. Désireux d'enfoncer le clou avec son dernier album en date, UFO clôture son set avec le rock'n'roll furieux "Too Hot to Handle" dont le riff irrésistible et contagieux est ici un délice. Chapman, brillant guitariste, marche ici avec brio dans les pas de Schenker, et s'il ne fait pas montre de la même subtilité que son homologue allemand, il témoigne de sa capacité à se faire aventureux et très inspiré au moment de briller lors des nombreuses parties lead.

UFO donne ainsi 10 concerts en compagnie de Paul Chapman avant de s'accorder une pause jusqu'au mois de septembre. A l'issue d'un concert à Dayton, le groupe laisse en effet la porte ouverte au retour de Michael Schenker. Au mois d'août, je me suis inquiété du sort de mes guitares, explique le guitariste allemand. J'ai contacté Pete Way qui m'a persuadé de rejoindre le groupe. A ce stade, je me suis senti prêt pour reprendre mon poste. Un retour comme un aveu de dépendance pour UFO qui, malgré la prestation convaincante de Chapman, brille malgré tout bien plus fort avec Michael Schenker. Pour "Tonka", la patience sera de mise pour quelques années encore.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SCORPIONS
Crazy World (1990)
C'est un monde de tarés

(+ 1 kro-express)



UFO
Lights Out (2024)
Un geste pour l'histoire


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Phil Mogg (chant)
- Paul Chapman (guitare)
- Paul Raymond (claviers, guitare)
- Pete Way (basse)
- Andy Parker (batterie)


1. Lights Out
2. Gettin' Ready
3. Love To Love
4. On With The Action
5. Doctor, Doctor
6. Out In The Street
7. This Kids
8. Shoot Shoot
9. Rock Bottom
10. Too Hot To Handle



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod