Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Ufo 1
1971 Ufo 2 Flying - One Ho...
1972 Live
1974 Phenomenon
1975 Force It
1976 No Heavy Petting
1977 Lights Out
1978 Obsession
1979 Strangers In The Night -...
1980 No Place To Run
1981 The Wild, The Willing...
1982 Mechanix
1983 Making Contact
1985 Misdemeanor
1995 Walk On Water
2000 Covenant
2004 You Are Here
2006 The Monkey Puzzle
2012 Seven Deadly
2015 A Conspiracy Of Stars
2017 The Salentino Cuts
 

- Style : The Union , Thunder
- Membre : Scorpions, Michael Schenker , Paul Raymond Project , Ted Nugent
- Style + Membre : Msg, House Of X
 

 Site Officiel (583)

UFO - The Monkey Puzzle (2006)
Par GEGERS le 2 Octobre 2016          Consultée 601 fois

Le milieu des années 2000 est, de manière surprenante, plutôt favorable aux formations classic-rock qui puisent leur inspiration dans la musique des années 60 et 70. Pour UFO, cette période est bien plus qu'une simple source d'inspiration puisque ces deux décennies ont vu le groupe grandir et évoluer jusqu'à devenir un des piliers du genre. Près de 40 ans plus tard, on prend (presque) les mêmes et on recommence. Si le départ de Michael Schenker a provoqué une profonde remise en question et a permis d'offrir à la nouvelle recrue Vinnie Moore une vitrine à la mesure de son talent, UFO ne tourne pas complètement la page de son passé et s'offre même une sympathique madeleine de Proust en invitant Andy Parker, batteur des débuts du groupe jusqu'en 1995, à monter sur scène à l'occasion d'un concert à Grenade, en Espagne, le 12 décembre 2015. L'alchimie étant au rendez-vous, et le rejeton Bonham étant courtisé par Foreigner, Parker reprend bien vite sa place au sein de la formation britannique. Un nouveau chapitre peut débuter.

Cette nouvelle étape dans la carrière du groupe prend bien vite des allures de suite logique. Publié deux ans après le très réussi You Are Here, The Monkey Puzzle se fait le témoignage d'un groupe motivé et impliqué. Si l'album est le dernier sur lequel officie Pete Way, sa santé chancelante nécessitant sa mise en retrait du groupe, il reste l'oeuvre d'un groupe à l'inspiration vivace et porté par une évidente envie d'en découdre. C'est particulièrement évident sur l'introductif "Hard Being Me", porté par une guitare slide mordante et très à propos. Le morceau n'est ni plus ni moins intéressant que les habituels titres d'ouverture proposés par le groupe, mais l'énergie est féroce et communicative, renforcée par la diction théâtrale de Phil Mogg.

UFO confirme sur cet album son envie et sa tendance naturelle à explorer de nouveau la facette la plus blues du groupe. "Some other guy" et son ostensible harmonica, l'enlevé "Rolling Man", porté par des claviers qui mettent en avant le travail de Paul Raymond, sont de véritables leçons de maîtrise. "Black and Blue", composé par ce même Paul Raymond, et sans nul doute le meilleur morceau de l'album. A son intro, qui peut évoquer le "Won't Get Fooled Again" des Who succède un riff très AC/DCien dans l'âme, qui sert de base à un titre rock jusqu'à la dernière note, à la fois très travaillé et sans concessions. Un bijou.

Les ballades ne sont pas en reste : "Drink too much", gorgée de feeling, s'impose grâce à un refrain enivrant. Globalement, cet album, bien que sorti relativement tard dans la carrière de UFO, permet de ressentir toute l'âme du groupe malgré l'absence de Michael Schenker. Des titres comme "Down by the river" ou le semi-acoustique "Whol's fooling who", tout en progression, ne sont pas si éloignés de ce que le groupe avait pour habitude de proposer dans le courant des années 70, et force est de reconnaître que Vinnie Moore est parfaitement à sa place dans un contexte visiblement détendu et propice à l'écriture.

Si "Kingstown Town" est une fin d'album pas vraiment flamboyante (ce mid-tempo est vite oublié), The Monkey Puzzle est un album de très grande qualité qui s'inscrit parfaitement dans la discographie de UFO. Il constitue avec son prédécesseur une doublette gagnante qui permet de prendre la pleine mesure de cette inspiration vivace qui habite encore le groupe en ce début de siècle nouveau.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SCORPIONS
Live At Wacken Open Air 2006 (2007)
Lorsque l'histoire parle, on regarde




MAGNUM
Escape From The Shadow Garden Live 2014 (2015)
Vivants


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Phil Mogg (chant)
- Vinnie Moore (guitare)
- Paul Raymond (claviers)
- Pete Way (basse)
- Andy Parker (batterie)


1. Hard Being Me
2. Heavenly Body
3. Some Other Guy
4. Who's Fooling Who
5. Black And Blue
6. Drink Too Much
7. World Cruise
8. Down By The River
9. Good Bye You
10. Rolling Man
11. Kingston Town



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod