Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Ufo 1
1971 Ufo 2 Flying - One Ho...
1972 Live
1974 Phenomenon
1975 Force It
1976 No Heavy Petting
1977 Lights Out
1978 Obsession
1979 Strangers In The Night -...
1980 No Place To Run
1981 The Wild, The Willing...
1982 Mechanix
1983 Making Contact
1985 Misdemeanor
1988 Ain't Misbehavin'
1992 High Stakes & Dangero...
1995 Walk On Water
2000 Covenant
2002 Sharks
2004 You Are Here
2005 Showtime
2006 The Monkey Puzzle
2009 The Visitor
  Headstone: Live At Hamme...
2012 Seven Deadly
2015 A Conspiracy Of Stars
2017 The Salentino Cuts
 

- Style : Thunder, The Union
- Membre : MotÖrhead, Pink Fairies, Savoy Brown, Ted Nugent, Scorpions, Paul Raymond Project , Michael Schenker , Nils Lofgren
- Style + Membre : House Of X, Msg
 

 Site Officiel (2172)

UFO - Makin' Moves In Chicago 1981 (2023)
Par GEGERS le 16 Novembre 2023          Consultée 705 fois

Bien sûr, si vous êtes un fervent amateur de la musique d'UFO, ce concert capté le 13 mars 1981 à l'International Amphitheater de Chicago n'est pas étranger à votre culture. Disponible de longue date au format bootleg, intégré dans la discographie officielle à l'occasion de la sortie du coffret Live Sightings en 2016 (qui regroupe plusieurs concerts du début des années 80), ce show donné au milieu d'une tournée américaine en ouverture du groupe CHEAP TRICK bénéficie néanmoins ici d'un formidable travail de restauration de la part de Cleopatra Records et se voit doté d'un son quasi-parfait, proche du rendu d'un live 'officiel'. Ce travail de remise à neuf, ici savoureux, nous permet de redécouvrir la performance remarquable d'un groupe qui cherche alors à revenir sur le devant de la scène.

La période est en effet compliquée pour UFO. Paul Raymond parti à l'été 1980 retrouver Michael Schenker au sein de son MSG, le groupe a perdu une nouvelle force créatrice et tente de combler ce manque par le recrutement successif de John Sloman (URIAH HEEP) puis de Neil Carter qui participera à l'enregistrement du nouvel album intitulé The Wild, The Willing and The Innocent. Comme la maison de disques du groupe, Chrysalis, semble décidée à pousser des groupes moins rock tels DURAN DURAN ou SPANDAU BALLET, UFO ayant déjà des airs de dinosaure au moment de s'atteler à la conception de son neuvième album décide de le produire lui-même. Le résultat est satisfaisant, UFO retrouvant ici une hargne et un mordant qui faisaient défaut à son prédécesseur. Alors que l'album sort en janvier 1981, UFO prend la route et, comme l'année précédente, s'embarque dans une tournée d'un mois à travers les bourgades d'Angleterre et d'Ecosse, avant de se rendre aux USA en février. La situation a changé néanmoins, puisque son visa de travail expiré, le groupe a dû quitter sa résidence de Los Angeles pour s'établir de nouveau en Angleterre. C'est donc en tant que visiteur que UFO s'embarque dans ce séjour en première partie d'UFO. Lorsqu'arrive le concert de Chicago (ville-fief pour le groupe anglais), Phil Mogg et ses camarades sont bien affûtés, ayant déjà assuré une vingtaine de concerts sur le sol américain. Le rendu est donc celui d'un groupe parfaitement en place, qui propose ici un show de haute volée.

Bien que The Wild, The Willing and The Innocent n'ait connu qu'un succès mineur aux Etats-Unis (une modeste 77ème position dans les charts), UFO dégaine tout de même quatre extraits de ce nouvel album, dont l'introductif titre éponyme qui témoigne d'une certaine influence de Bruce SPRINGSTEEN sur la musique du groupe. Rapidement, UFO décide de se mettre le public dans la poche en balançant le dantesque "Only You Can Rock Me" avant de le surprendre avec l'interprétation de "Long Gone" dont les lignes de saxophone sont reproduites par Neil Carter sur scène. Nous sommes en effet ici plutôt loin du bruit et de la fureur de la période Schenker, même si le groupe réaffirme ses bases avec "Lonely Heart" (petit hit, rangé dans les cartons à l'issue de la tournée), titre rock plutôt bien troussé qui bénéficie d'une belle énergie, d'un solo flamboyant signé Paul Chapman et d'un saxo lumineux. Phil Mogg, sur ce morceau comme sur l'ensemble du concert, est particulièrement affûté et percutant, sans doute au sommet de son art durant cette période.

La deuxième moitié du concert est une combinaison de classiques et de titres rescapés de la période No Place to Run, dont l'excellente reprise d'Elvis "Mystery Train" qui confère une vigueur salvatrice aux cinq Anglais. "Too Hot to Handle", doté d'un solo remanié par Chapman, l'indéboulonnable "Rock Bottom" ou encore l'imparable "Doctor Doctor", cette fois placé en rappel, sont joués avec une telle envie qu'on a l'impression de les entendre pour la première fois, et le plaisir d'écoute est ici intact. Bien sûr, les blancs entre les morceaux nuisent un peu à la dynamique du show, mais par la rareté de certains titres présentés et par la beauté générale de cette performance, Makin' Moves in Chicago fait sans aucun doute partie des meilleurs albums live de UFO, période post-Schenker.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


THUNDER
Live At Leeds (2024)
De vétérans à survivants




DREAMTIDE
Drama Dust Dream (2022)
Fiesta électrique dans le jardin des anges


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Paul Chapman (guitare)
- Andy Parker (batterie)
- Phil Mogg (chant)
- Pete Way (basse)
- Neil Carter (guitare, claviers, saxophone)


1. The Wild The Willing And The Innocent
2. Only You Can Rock Me
3. Long Gone
4. Lonely Heart
5. Cherry
6. No Place To Run
7. Love To Love
8. Makin' Moves
9. Mystery Train
10. Too Hot To Handle
11. Lights Out
12. Rock Bottom
13. Doctor Doctor



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod