Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Ufo 1
1971 Ufo 2 Flying - One Ho...
1972 Live
1974 Phenomenon
1975 Force It
1976 No Heavy Petting
1977 Lights Out
1978 Obsession
1979 Strangers In The Night -...
1980 No Place To Run
1981 The Wild, The Willing...
1982 Mechanix
1983 Making Contact
1985 Misdemeanor
1995 Walk On Water
2000 Covenant
2004 You Are Here
2006 The Monkey Puzzle
2012 Seven Deadly
2015 A Conspiracy Of Stars
2017 The Salentino Cuts
 

- Style : The Union , Thunder
- Membre : Scorpions, Michael Schenker , Paul Raymond Project , Ted Nugent
- Style + Membre : Msg, House Of X
 

 Site Officiel (579)

UFO - Sharks (2002)
Par GEGERS le 9 Février 2016          Consultée 701 fois

Le UFO du début des années 2000 n'est plus un groupe. Tout juste l'ombre d'un groupe qui connut son heure de gloire à une époque où ses membres, mûs par une même soif de succès, savaient encore tirer profit de leurs différences pour créer un hard rock audacieux et inspiré. Au tournant du siècle nouveau, le combo britannique se contente ainsi de vivoter. Le coup d'arrêt que fut la débâcle de Manchester en novembre 2000 (voir chronique de l'album précédent) a de nouveau dispersé les forces vives du groupe : tandis que Pete Way tente vainement de remonter son goupe Fastway dans sa formation originale, Phil Mogg sort l'album "Dancing With St Peter" avec sa nouvelle (et éphémère) formation Sign of Four en 2002. De con côté, Michael Schenker, en proie à ses démons alcooliques, ruiné suite au départ de son manager avec la caisse, publie le très moyen "Be Aware of Scorpions" avec son MSG en 2001.

Et puis, finalement, tout ce petit monde se retrouve de nouveau en Californie, au début de l'année 2002, pour enregistrer un successeur au réussi "Covenant". Des retrouvailles marquées par une tension certaine, issue des courts délais imposés au groupe pour la conception et l'enregistrement de l'album. La qualité de "Sharks", puisque ce sera le nom de cet ultime album enregistré en compagnie de Michael Schenker, en a naturellement pâti. La formule est la même que pour l'album précédent. Accompagné de Kevin Carlson aux claviers, UFO propose un hard rock accompli, parfois énergique, souvent bluesy, mais également quelque peu fatigué. Il y a de grands morceaux sur cet album oublié. L'introductif "Outlaw Man", signé "Mogg / Way", témoigne d'une belle vitalité. L'ajout d'une guitare slide sur l'intro renforce l'impact de ce titre qui s'inscrit dans la droite lignée des réussites de l'album précédent. Il en va de même pour le bluesy "Someone's gotta have to pay", un titre à la fois agressif et enfumé, sans doute le morceau le plus accompli de l'album, porté par un riff enivrant et le chant saccadé, si caractéristique, de Phil Mogg.

Les autres morceaux peinent à faire une si grande impression. Il y a là tout le savoir-faire UFO, et on le retrouve avec bonheur sur des morceaux tels que "Quicksilver Rider", sur la fausse ballade "Serenity", ou sur le percutant "Fighting man", sans doute le titre se rapprochant le plus du son qu'avait le groupe dans les années 70. A côté de ces réussites, quelques morceaux patauds, sans grand intérêt, viennent amoindrir l'impact de l'album, à l'image de "Sea of Faith", pourtant très mélodique, qui souffre d'une volonté ratée d'apporter un peu de modernité à la musique du groupe. La fin de l'album, surtout, n'est pas au niveau, entre un "Crossing over" poussif et un instrumental final, "Hawai", totalement dépourvu d’intérêt.

Le groupe ne partira même pas en tournée pour promouvoir l'album. C'est en silence et dans l'ombre, loin du feu des projecteurs, que cette nouvelle ère UFO + Michael Schenker prend fin. S'il reste l'amère impression que le groupe avait tout dit sur l'album de ses retrouvailles ("Walk On Water"), ce chapitre de l'histoire de la soucoupe volante, plus chaotique que jamais, a tout de même laissé une bonne pelletée de titres d'excellentes factures. Avant que, grâce à l'arrivée d'un nouveau six-cordiste plus apaisé, la formation de Phil Mogg retrouve un peu de sa superbe.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


UFO
Showtime (2005)
Vivants.




SCORPIONS
Blackout (1982)
De bruit et d'acier...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Phil Mogg (chant)
- Michael Schenker (guitare)
- Pete Way (basse)
- Aynsley Dunbar (batterie)


1. Outlaw Man
2. Quicksilver Rider
3. Serenity
4. Deadman Walking
5. Shadow Dancer
6. Someone's Gonna Have To Pay
7. Sea Of Faith
8. Fighting Man
9. Perfect View
10. Crossing Over
11. Hawaii



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod