Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Ufo 1
1971 Ufo 2 Flying - One Ho...
1972 Live
1974 Phenomenon
1975 Force It
1976 No Heavy Petting
1977 Lights Out
1978 Obsession
1979 Strangers In The Night -...
1980 No Place To Run
1981 The Wild, The Willing...
1982 Mechanix
1983 Making Contact
1985 Misdemeanor
1988 Ain't Misbehavin'
1992 High Stakes & Dangero...
1995 Walk On Water
2000 Covenant
2002 Sharks
2004 You Are Here
2005 Showtime
2006 The Monkey Puzzle
2009 The Visitor
  Headstone: Live At Hamme...
2012 Seven Deadly
2015 A Conspiracy Of Stars
2017 The Salentino Cuts
 

- Style : Thunder, The Union
- Membre : MotÖrhead, Pink Fairies, Savoy Brown, Ted Nugent, Scorpions, Paul Raymond Project , Michael Schenker , Nils Lofgren
- Style + Membre : House Of X, Msg
 

 Site Officiel (2208)

UFO - Werewolves Of London (2023)
Par GEGERS le 26 Février 2023          Consultée 1471 fois

Je crains que la postérité ne retienne pas le nom d’UFO aussi longtemps que les amateurs du turbulent groupe britannique le souhaiteraient. C’est une impression, mais le risque que l’Histoire oublie cet éminent représentant du genre décrit aujourd’hui comme 'classic rock' est bel et bien présent. Cela en dépit d’une grosse poignée d’albums particulièrement réussis, d’une belle brouettée de brûlots hard-rock percutants ou de pépites plus alambiquées, et d’un seul (mais cela suffit pour marquer à jamais les esprits) album live mythique, tout autant indispensable que le Tokyo Tapes de SCORPIONS ou le Made in Japan de DEEP PURPLE. Strangers in The Night, publié en 1979, soldé par une démission fracassante du guitar-hero Michael Schenker, est un album de référence que chaque amoureux de distorsion et de classe mise en musique se doit de faire figurer en bonne place dans ses étagères.

Forcément, Strangers In The Night a fait des émules et UFO, sans aller jusqu’à courir après le succès de cet album charnière, a profité de ses différentes réunions (souvent houleuses) avec l’instable Michael Schenker pour tenter d’émuler l’ambiance de cette période dorée (plus pour les fans que pour les musiciens qui, en coulisses, se mettaient copieusement sur la figure). Ainsi, le retour de l’ange blond de la six-cordes en 1993, duquel naît en 1995 l’excellent album Walk On Water, sert également de prétexte à l’organisation de tournées marquées par un succès fluctuant, les concerts étant parfois annulés faute de combattants sur scène. Néanmoins, quelques fulgurances, notamment lors de la tournée 1998, ont permis aux fidèles transis d’apprécier l'indéniable flamboyance qui marque parfois la présence sur scène de Michael Schenker et de Phil Mogg, son meilleur ennemi. De cette salve de concerts, le show de Vienne, donné le 28 janvier, fait l’objet d’une publication discrète en 2003 sous le titre Live On Earth. Quelques jours plus tard, l’escale britannique de la formation est marquée par l’enregistrement du concert donné au Civic Hall de Wolverhampton, dans la banlieue de Birmingham, le 10 février. Initialement publié en 1999 chez Zoom Club Records, comme une sorte de bootleg plus ou moins officiel, voici ce concert réédité comme il se doit par Cleopatra, label américain responsable ces dernières années de sorties intéressantes.

Un des enregistrements du groupe réalisés alors que celui-ci était accompagné du batteur Simon Wright (DIO, AC/DC), ce Werewolves of London bénéficie d’un line-up de premier ordre, présentant 4/5ème des musiciens officiant lors de la période bénie de la fin des années 70. Comme si le temps n’avait pas pu poser ses griffes sur la formation germano-british, ce concert de 1998 nous renvoie 20 ans en arrière, tant l’interprétation se fait ici flamboyante et accrocheuse. Très en voix, Phil Mogg se fait homme de peu de mots, mais compense par un charisme vocal intact. Sur "Love to Love", complainte épique, il se balade et égale en intensité, après tout pourquoi pas, un certain Robert Plant sur "Stairway to Heaven". En tout cas, nous n’en sommes pas loin. Revigoré par la sortie d’un album particulièrement réussi, la belle équipe extrait de Walk On Water trois extraits bariolés aux ambiances distinctes, que l’on apprécie de voir ainsi mêlés aux classiques indéboulonnables du groupe. Ouvrant le concert sur le direct "Natural Thing" (nous retrouverons ses jumeaux "Too Hot to Handle" et "Only You Can Rock Me" en fin de concert), UFO ne se limite pas qu’à ses morceaux-références, même s’ils sont égrenés pour notre plus grand plaisir en fin de concert ("Lights Out", "Doctor Doctor" et "Rock Bottom", sont tous là). Il va en effet chercher plus loin, dégainant le blues "This Kids", transcendé par un solo enivrant autant qu’époustouflant du sieur Schenker, ou encore "Electric Phase" porté par une bottleneck donnant au morceau des ambiances évoquant le sud des Etats-Unis.

Naturellement, comment ne pas se pâmer, se damner, à l’écoute de l’exquise prestation de Michael Schenker qui, sobre, s’impose sans forcer comme un technicien hors-pair au feeling inégalé? On en vient presque à regretter la présence des claviers imposants de Paul Raymond qui, sans être dérangeants, nuisent quelque peu à l’appréciation du long solo de "Rock Bottom".

Ce live ressorti des cartons n’est pas Strangers In The Night bien sûr. Mais il en a l’intention, la saveur et les arguments, porté par une fine équipe qui, lorsqu’elle parvenait à mettre de côté ses différends, restait capable de tenir une foule comme personne. Avec ce chapelet de vieilleries incontournables ou exhumées et de nouveautés percutantes, UFO cuvée 1998 nous propose un live auquel une mise en son impeccable, au naturel, rend ici parfaitement justice. 20 ans après leur live culte, les Britanniques étaient encore d’indécrottables showmen ! Avant que les égos, une nouvelle fois, ne ruinent cette belle entreprise de rabibochage.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


ELECTRIC SUN
Fire Wind (1981)
Antinomie du silence.




UFO
You Are Here (2004)
La (belle) vie sans Michael Schenker


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Pete Way (basse)
- Simon Wright (batterie)
- Paul Raymond (guitare, claviers)
- Michael Schenker (guitare)
- Phil Mogg (chant)


- disc 1:
1. Natural Thing
2. Mother Mary
3. A Self Made Man
4. Electric Phase
5. This Kid’s
6. Out In The Streets
7. One More For The Rodeo
8. Venus
9. Pushed To The Limit

- disc 2:
1. Love To Love
2. Too Hot To Handle
3. Only You Can Rock Me
4. Lights Out
5. Doctor Doctor
6. Rock Bottom



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod