Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Ufo 1
1971 Ufo 2 Flying - One Ho...
1972 Live
1974 Phenomenon
1975 Force It
1976 No Heavy Petting
1977 Lights Out
1978 Obsession
1979 Strangers In The Night -...
1980 No Place To Run
1981 The Wild, The Willing...
1982 Mechanix
1983 Making Contact
1985 Misdemeanor
1988 Ain't Misbehavin'
1995 Walk On Water
2000 Covenant
2004 You Are Here
2006 The Monkey Puzzle
2012 Seven Deadly
2015 A Conspiracy Of Stars
2017 The Salentino Cuts
 

- Style : The Union , Thunder
- Membre : Scorpions, Michael Schenker , Paul Raymond Project , Ted Nugent
- Style + Membre : Msg, House Of X
 

 Site Officiel (750)

UFO - You Are Here (2004)
Par GEGERS le 16 Septembre 2016          Consultée 745 fois

En janvier 2003, peu après la sortie de l'album Sharks (qui n'a d'ailleurs été soutenu par aucune tournée), Michael Schenker est de nouveau annoncé sur le départ. Le guitariste est alors au fond du trou : au beau milieu d'un divorce difficile, floué par sa manager qui s'est évanouie dans la nature avec la caisse, le Schenk' doit alors, pour s'en sortir, vendre trois de ses célèbres Flying V. Deux années intensives de tournées en compagnie de son groupe MSG, à l'occasion desquelles l'artiste n'est plus que l'ombre de lui-même, seront nécessaires pour lui permettre de retomber financièrement sur ses pattes.

Du côté de UFO, on ne vit pas cette situation comme une fatalité. Le groupe s'empresse tout d'abord d'annoncer (pour la deuxième fois) l'arrivée dans ses rangs de John Norum, ce que dément l'intéressé quelques semaines plus tard. Pete Way s'en va remettre sur pied son groupe Waysted et propose en 2004 l'album Back From The Dead, tandis que Phil Mogg, le discret gentleman bagarreur, s'accorde quelques mois de repos. Dès juillet 2003 néanmoins, Vinnie Moore est pressenti pour devenir le nouveau guitariste des Britanniques. Certes moins connu que les Malmsteen, Van Halen ou Tony MacAlpine, l'Américain est un shredders reconnu par ses pairs, devenu professionnel dès l'âge de 12 ans. Un temps membre des Vicious Rumours ou d'Alice Cooper (période Hey Stoopid), le bonhomme jouit d'une bonne réputation sous son propre nom. Plus jeune que Pete Way et Phil Mogg d'une bonne douzaine d'années, son arrivée apporte un souffle de fraîcheur à une formation vieillissante.

Le line-up du groupe se stabilise finalement avec l'arrivée à la batterie de Jason Bonham, fils de John, et avec le 56è retour de Paul Raymond aux claviers (qui n'a pas quitté le groupe depuis). Sur les conseils de sa maison de disque SPV, le groupe s'en va enregistrer son nouvel album à Celle, en Allemagne, en compagnie du guitariste de Victory et producteur Tommy Newton (HELLOWEEN, GAMMA RAY, FREEDOM CALL) qui met ses velléités plus orientées vers le heavy metal au service du hard rock des Britanniques, donnant à l'album un son brut et rugueux qui renforce le côté mordant des compositions.

Car force est de le reconnaître : sans Michael Schenker, UFO s'en sort très bien. Vinnie Moore, qui signe l'essentiel des compositions, se fond parfaitement dans le moule du hard rock teinté de blues du groupe de Phil Mogg & co, et met son talent au service du collectif, parvenant à briller en toute modestie. Ses morceaux sont de très grande qualité. Somme toute classiques pour certains (l'introductif et AC/DCien "When Daylight Goes To Town, le sympathique et énergique riff de "The Wild One"), les titres parviennent à s'extirper du cadre plan-plan du mid-tempo pour papa et à se transformer en belles fulgurances musicales qui faisaient défaut à l'album précédent. "Black Cold Coffee", avec ses ambiances à la LED ZEPPELIN (le rejeton Bonham y serait-il pour quelque chose ?), renouvelle avec réussite le propos des UFO, tout comme l'alambiqué "Mr Freeze", sans-doute le titre le plus convaincant de l'album, qui permet d'apprécier la virtuosité de Vinnie Moore, parfaitement adaptée à l'univers musical des Britanniques et à la fausse nonchalance d'un Phil Mogg toujours très en voix.

La fin d'album est particulièrement savoureuse puisque l'énergique "Jello Man" et surtout la (fausse) ballade "Baby Blue", qui s'inscrit dans la droite lignée des tendres pièces écrites dans le courant des années 70, s'imposent comme d'indéniables réussites à mettre au crédit de Vinnie Moore. Peu aidé par Pete Way (qui ne participe à la composition que d'un titre, le dispensable "Give It Up"), épaulé par Paul Raymond (qui propose le sombre et convaincant "Sympathy"), le guitariste américain s'impose comme le choix idéal pour permettre à UFO d'aborder sereinement un nouveau chapitre de sa longue histoire. Somme toute, un bien bel album qui donne un coup de jeune à un groupe que l'on croyait moribond. Il y a bien une vie sans Michael Schenker !

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MAGNUM
Escape From The Shadow Garden Live 2014 (2015)
Vivants




BON JOVI
These Days (1995)
Europe et aime


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Phil Mogg (chant)
- Vinnie Moore (guitare)
- Paul Raymond (claviers)
- Pete Way (basse)
- Jason Bonham (batterie)


1. Daylight Goes To Town
2. Black Cold Coffee
3. The Wild One
4. Give It Up
5. Call Me
6. Slipping Away
7. The Spark That Is Us
8. Sympathy
9. Mr. Freeze
10. Jelloman
11. Baby Blue
12. Swallow



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod