Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (39)
Questions / Réponses (4 / 20)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1967 The Piper At The Gate...
1979 The Wall
1983 The Final Cut
1987 A Momentary Lapse Of ...
1994 The Division Bell
2014 The Endless River
 

- Style : Mostly Autumn, Eloy, The United States Of America , Deconstruction
- Membre : David Gilmour , Roger Waters , Syd Barrett , Rick Wright
- Style + Membre : Nick Mason

PINK FLOYD - The Wall (1979)
Par WALTERSMOKE le 4 Août 2013          Consultée 2504 fois

The Wall ou l'arnaque rock des années 70. Voire dans l'absolu.

Telle est la première pensée qui me vient à l'esprit quand il s'agit d'évoquer le premier album solo de Roger WATERS. Car oui, il a beau être estampillé Pink Floyd, il a beau contenir une pièce soit-disant grandiose de l'ami Gilmour (on y reviendra), l'implication et surtout le diktat du bassiste mégalo l'expulsent de la disco du groupe. Un élément finalement pas si négatif que ça, surtout au vu de la qualité de The Wall.

Côté pile, The Wall est vendu comme un chef-d'oeuvre fort et émouvant, noir et poignant, et inspiré de la vie de WATERS. Alors oui, ce dernier point est vrai, mais pour les autres, mieux vaut les remplacer par « chiant comme la pluie ». A titre personnel, je n'ai rien contre raconter un peu de sa vie en musique, encore faut-il que ce soit bien fait. Or ici, rien de tel. WATERS se lamente, chiale, gémit, mais de manière ridicule et navrante. Le pire étant que ça n'en devient pas brillant. En terme de concept, Animals apportait mieux le sujet, et sans chouiner.

Sur le plan strictement musical, The Wall est surtout connu pour la deuxième partie de "Another Brick in the Wall". Encore une fois, voici une chanson brandie par ceux qui disent connaître Pink Floyd alors qu'ils ne connaissent que cette chanson. Elle est tout de même moins bien représentative de l'album que les autres, sans pour autant dépareiller niveau qualité.
Et donc, The Wall c'est aussi d'autres morceaux d'anthologie. "Comfortably Numb", par exemple, présenté comme la maigre heure de gloire de David Gilmour. Ce dernier fait un boulot de guitariste remarquable, mais sur un morceau insipide et plat, sans saveur ni originalité. Sa durée exceptionnelle devient de facto une circonstance aggravante. Mais le plus fort avec The Wall, c'est qu'il n'y a besoin de faire long pour être exécrable. Plutôt que de citer ces dits morceaux, mieux vaut jeter un coup de projecteur sur les meilleurs morceaux : "Empty Spaces", "Waiting for the Worms"...et c'est tout. Vraiment maigre, comme bilan.

The Wall est un échec artistique et humain atroce. De plus, l'aimer revient à cautionner l'emprise de Roger Waters sur Pink Floyd, hautement déplorable. Mais The Wall est objectivement un chef-d'oeuvre...placé à côté du WATERS suivant, The Final Cut.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


EMBRYO
Embryo's Rache (1971)
L'embryon se développe




KING CRIMSON
West Coast Live (projekct Four) (1999)
L'apothéose


Marquez et partagez





 
   LUDO

 
   MARCO STIVELL
   SUNTORY TIME
   WALTERSMOKE

 
   (4 chroniques)



- Roger Waters (chant, basse)
- David Gilmour (chant, guitare)
- Richard Wright (synthés)
- Nick Mason (batterie)


1. In The Flesh?
2. The Thin Ice
3. Another Brick In The Wall (part 1)
4. The Happiest Days Of Our Lives
5. Another Brick In The Wall (part 2)
6. Mother
7. Goodbye Blue Sky
8. Empty Spaces
9. Young Lust
10. One Of My Turns
11. Don't Leave Me Now
12. Another Brick In The Wall (part 3)
13. Goodbye Cruel World

1. Hey You
2. Is There Anybody Out There?
3. Nobody Home
4. Vera
5. Bring The Boys Back Home
6. Comfortably Numb
7. The Show Must Go On
8. In The Flesh!
9. Run Like Hell
10. Waiting For The Worms
11. Stop
12. The Trial
13. Outside The Wall



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod