Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ MODAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ennio Morricone
- Membre : The Mahavishnu Orchestra , Keith Jarrett , John Mclaughlin , John Scofield
- Style + Membre : John Coltrane , Ornette Coleman , Thelonious Monk, Marcus Miller , Weather Report, Dizzy Gillespie
 

 Guide Jazz (264)

Miles DAVIS - Kind Of Blue (1959)
Par MARCO STIVELL le 7 Juin 2011          Consultée 3263 fois

Définition d'un mode (by moi-même) : échelle de notes en musique qui constitue un équivalent des gammes, avec tout comme elles une couleur spécifique. En vérité, en dehors des gammes pentatoniques (cinq sons : do, ré, mi, sol, la pour la penta de do par exemple), les modes constituent les échelles les plus anciennes dont on ait hérité en Occident surtout. Les premiers remontent à la Grèce Antique, portent tous un nom, et pour les trouver simplement, il suffit de monter une gamme avec les touches blanches du piano à partir de la note fondamentale. On trouve ainsi le mode de do (ionien), celui de ré (dorien), mi (phrygien), fa (lydien), sol (mixolydien), la (aéolien), et si (locrien). Pour exemple, le mixolydien et le dorien sont très employés dans certaines musiques traditionnelles, les celtiques notamment, et on retrouve le second comme l'un des favoris du jazz (après les néo-classiques du début du XXème siècle qui ont eux-mêmes bien récupéré les modes). C'était votre cours théorique du jour, ça vous fera 800 euros.

Si cette petite explication n'est pas gratuite (ha ha), c'est parce que très modestement, je tente d'expliquer la base de travail du trompettiste Miles DAVIS pour ce Kind of Blue qui a été souvent considéré comme le plus grand album de jazz de l'Histoire, ce qui n'est pas rien. Emergeant d'abord d'une période très marquée par le hard-bop (et l'héroïne), puis d'une autre avec le Miles Davis Quintet dans lequel on trouvait déjà John Coltrane (que Miles, avec le caractère facile qu'on lui connaît, avait fini par renvoyer pour cause de... toxicomanie), le trompettiste se lance dans l'une des principales aventures de sa carrière (qui a traversé tous les grands courants du jazz) : le jazz modal. Il y en avait déjà des bribes sur Milestones (1958), mais c'est bien Kind of Blue qui représente la quintessence de cette musique, "inspirée" à Miles par le livre Lydian Chromatic Concept of Tonal Organization (mot à mot "le concept du lydien - rappel de votre cours : mode de fa - chromatique de l'organisation tonale) du pianiste George Russell paru en 1953. Miles explique que la complexité des grilles harmoniques (relatives aux accords si vous préférez) du bebop le gênait par rapport à la "créativité", en parlant notamment du domaine de l'improvisation. Il opère donc un retour à des grilles plus simples, et avec des couleurs particulières qui s'éloignent des gammes majeures ("Frère Jacques", ouvert et lumineux) et mineures ("Shine on you Crazy Diamond", plus "triste") traditionnelles. Ce sont donc les modes, et ça fait le jazz modal. Sur la forme, c'est comme l'explique Miles, un "retour à la mélodie", un sentiment de puissance pour toutes ces possibilités (infinies dit-il) de création à partir d'une base harmonique (ou d'une grille d'accords) peu importante. Révolutionnaire pour l'époque, on peut le dire...

Pour ce faire, Miles a sélectionné quelques-uns des meilleurs musiciens de jazz de l'époque, notamment les archi-connus John Coltrane, Bill Evans, son accompagnateur de longue date Paul Chambers, le saxophoniste alto Julian Cannonball Adderley et Jimmy Cobb à la batterie. Pour le morceau "Freddie Freeloader" qui est plus inspiré du blues traditionnel, Miles a préféré les talents d'accompagnateur du pianiste Wynton Kelly. Pour l'enregistrement, il faut savoir que les musiciens sont entrés en studio avec un minimum d'informations (seulement des esquisses de lignes mélodiques sur lesquelles improviser). Mais c'est souvent comme ça que naissent les chefs-d'oeuvres de ce style, et ça conforte la légende de la "première prise" qui reste la meilleure. Cependant, le titre "Flamenco Sketches" a bien été enregistré deux fois.

On a donc ces cinq morceaux emblématiques, la plupart assez longs et tous structurés de la même manière. Le début propose un thème et la fin le reprend, après une série plus ou moins longue d'improvisations. Le "tube" "So What" démontre bien la qualité de cette approche mélodique grâce à l'emploi du fameux dorien (mode de ré) si apprécié dans le jazz, alors que "Flamenco Sketches" renferme une série de cinq échelles mélodiques que les solistes jouent à tour de rôle "aussi longtemps qu'ils le souhaitent". Cette dernière pièce et "Blue in Green" sont les plus softs de l'ensemble, exemplaires dans leur manière d'offrir de splendides couleurs. "All Blues" se réserve quant à lui de solides échappées sur un rythme ternaire (1, 2, 3 ; 1, 2, 3...). La batterie de Cobb se contente de maintenir le rythme, tandis que Chambers aligne quelques walks (ce fameux jeu en syncope) savoureux. Les solistes sont à mon goût pratiquement toujours au top, je ne veux simplement pas déclencher une hérésie en affirmant que je trouve Coltrane un peu trop bavard par moments (sur "All Blues" notamment). Le fait est que cette musique modale trouve facilement grâce avec si peu de notes, c'est ce que recherchait Miles. Et que dire de ce dernier, royal dans toutes ses interventions à la trompette bouchée ou non, ou encore du génial Bill Evans pour sa participation aux deux derniers morceaux notamment, toujours entre justesse et simplicité ? Peu de notes, mais les bonnes. Côté composition, Miles DAVIS s'est approprié tout l'album, mais la paternité de Bill Evans a été reconnue pour moitié pour les morceaux "Blue in Green" et "Flamenco Sketches". Par ailleurs, Miles se serait inspiré de Claude Debussy ("Voiles") pour le thème d'introduction de "So What".

Kind of Blue, est ainsi à défaut d'être reconnu unanimement comme le plus grand album de jazz, l'un des plus importants aussi bien pour le jazz instrumental que le jazz tout court. Quincy Jones, qui n'a bien sûr pas été que le producteur de Michael Jackson, confie que Kind of Blue est "sa" musique, celle qu'il préfère. Richard Wright, feu-claviériste de Pink Floyd, se serait inspiré de certaines progressions d'accords du disque pour Dark Side of the Moon. Plus qu'un indispensable, un mythe.

A lire aussi en JAZZ par MARCO STIVELL :


Bruce HORNSBY
Harbor Lights (1993)
Pat Metheny, Branford Marsalis, Phil Collins...




SANTANA
Welcome (1973)
Un des meilleurs de la période jazz de Santana


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Miles Davis (trompette)
- John Coltrane (saxophone ténor)
- Julian Cannonball Adderley (saxophone alto)
- Bill Evans (piano)
- Paul Chambers (contrebasse)
- Jimmy Cobb (batterie)
- Wynton Kelly (piano)


1. So What
2. Freddie Freeloader
3. Blue In Green
4. All Blues
5. Flamenco Sketches



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod