Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Union , Thunder
- Membre : Scorpions, Michael Schenker , Paul Raymond Project
- Style + Membre : Msg, House Of X
 

 Site Officiel (450)

UFO - Phenomenon (1974)
Par GEGERS le 25 Janvier 2013          Consultée 1928 fois

L'effet papillon... On en parle, on le chante, on en fait des films, mais on en prend rarement sa pleine mesure. Imaginez, un seul instant, qu'au lieu d'acheter une guitare à leur fils aîné Rudolf au début des années 60, les parents Schenker lui aient offert une tronçonneuse. Pas de Scorpions. Et aucun moyen, pour le petit Michael, de piquer la guitare de son grand-frère pour faire ses premières gammes. En lieu et place du guitar-hero, placé au firmament des guitaristes hard rock, que nous connaissons aujourd'hui, peut-être aurions-nous, à l'occasion du Festival du Sirop d'Erable, croisé un Michael bûcheron, la canadienne sur les épaules. Non pas que la profession ne soit pas honorable, mais il est rare que sortent des compiles des meilleurs abattages de chênes allemands.

Merci aux parents Schenker donc, et merci à Rudolf, qui prit son petit-frère pré-adolescent sous son aile pour l'intégrer dans son groupe naissant au nom d'arachnide. Reste que si le hasard et la chance jouent un rôle dans cette histoire, nul doute que le talent de celui amené à devenir le « Mad Axeman » quelques années plus tard y est également pour beaucoup. Car c'est ce talent qui doit à Michael Schenker le fait d'être repéré par UFO, groupe britannique déjà établi embarqué dans une tournée du Royaume-Uni commune avec les Scorpions. Bernie Mardsen (alors guitariste de UFO, futur Whitesnake) indisponible pour un show, c'est au pied levé que Michael Schenker le remplace et s'approprie, en quelques heures à peine, le répertoire du groupe, avant de le restituer sans fausse note sur scène. Le jeune prodige se fait quasiment aussitôt embaucher par Phil Mogg et ses acolytes, et intègre le groupe en juin 1973.

Onze mois plus tard arrive dans les bacs des disquaires ce Phenomenon à la pochette remarquable, à la fois kitsch, mystérieuse et fascinante. Un album aux allures de rouleau compresseur, tant le talent du quatuor se fait ici explosif et participe à la mise en place d'un genre à la recherche de références. Des références, UFO en propose deux sur son troisième album : « Doctor, Doctor » et « Rock Bottom ». Le premier, troisième piste d'un disque qui décolle et s'enflamme enfin au son cristallin de la Flying V du virtuose teuton. Un tube hard rock comme on en fait plus ma bonne dame, fort d'une rythmique imparable, de vocalises fédératrices et imparables, et de solos éblouissants dans leur retenue. Le deuxième, longue pièce épique de plus de six minutes, au riff rageur et au groove dantesque, prendra sa pleine mesure en live, prétexte à des déferlements de solos enflammés. Deux morceaux gravés pour l'éternité, deux flamboyances qui génèreront un nombre incroyables d'hommages et de vocations.

Sauf que, UFO, dans sa grande mansuétude, propose un album composé d'une grande majorité de titres séduisants et remarquables, bien que souvent éclipsés par les deux étoiles filantes précitées. Et pourtant, sans pour autant renier son passé space-rock, le groupe britannique évolue vers un hard rock plus structuré, et donne naissance à un paquets de réussites : le plus « rock » que « hard » « Oh my », seul titre composé par Pete Way fait partie de celles-ci, au même titre que l'ébouriffante « Space child », qui derrière une rythmique lancinante cache une véritable démonstration de force de Michael Schenker, ce dernier proposant un solo au toucher et au feeling extraordinaires. Le quasi-folk « Time on my hands », la reprise de « Built for comfort » de Willie Dixon, ou encore l'instrumental « Lipstick traces », à nouveau une véritable démonstration de la part du guitariste, sont autant de titres qui participent à faire de ce Phenomenon un album incontournable.

On ne retrouve pas, sur Phenomenon, cette conviction hard rock qui verra le jour sur les albums suivants. C'est justement cette légère hésitation persistante, ce sentiment de progression, de bond en avant généré par l'arrivée de Michael Schenker, qui participe au charme de cet album. Irrésistible de bout en bout, ce troisième album de UFO mérite une place de choix dans votre discothèque !

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


BONFIRE
Don't Touch The Light (1986)
Que la lumière soit




UFO
Force It (1975)
Lève-toi et marche !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Phil Mogg (chant)
- Andy Parker (batterie)
- Pete Way (basse)
- Michael Schenker (guitare)


1. Oh My
2. Crystal Light
3. Doctor Doctor
4. Space Child
5. Rock Bottom
6. Too Young To Know
7. Time On My Hands
8. Built For Comfort
9. Lipstick Traces
10. Queen Of The Deep



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod