Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (31)
Questions / Réponses (3 / 5)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1979 The Wall
1983 The Final Cut
1987 A Momentary Lapse Of ...
 

- Style : Mostly Autumn, Eloy, The United States Of America , Deconstruction
- Membre : David Gilmour , Roger Waters , Syd Barrett , Rick Wright

PINK FLOYD - The Final Cut (1983)
Par WALTERSMOKE le 24 Février 2016          Consultée 1247 fois

On aura beau décrier The Wall, le rouler dans la boue et le dénigrer en place publique, force est d'admettre qu'il possède une aura (de pacotille) qui ramène vers lui bien des rockeurs persuadés d'avoir affaire à un album de génie, et qui aura malgré tout une influence notable. Après tout, c'est la marque de fabrique des idoles rock, demandez à John, Paul et autres Jimmy.

Ce genre d'aura, The Final Cut n'en est pas doté. Témoin d'une triste époque voyant un Pink Floyd agonisant sous la guerre de tranchées entre Roger Waters et David Gilmour (Nick Mason compte les points), ce disque estampillé Pink Floyd est une extension du déjà pénible double album de 1979 (l'aspirine est conseillée pour une écoute consécutive des trois disques). Une nouvelle fois, Waters raconte une histoire personnelle fortement inspirée de sa propre vie. Et encore une fois, il y va avec de gros sabots. Surprise : l'album n'est pas bon. Mais The Final Cut n'est pas raté comme The Wall, qui se vautrait dans l'inutile grandiloquence malgré des éclairs de génie ça et là (ok, faut les chercher). Non, c'est pire, puisqu'au lieu d'une inspiration mal dirigée, c'est avec du vent que Waters compose. Quand il ne gémit pas comme une chèvre (le morceau-titre, "Paranoid Eyes"), le bassiste verse dans l'éloquence ridicule, comme sur "The Hero's Return". Niveau interprétation, si ce n'est Gilmour qui sauve à peine la baraque grâce à ses soli, la musique est plate, morne, jouée sans maestria et donc ennuyeuse.

Le seul moment « génial » c'est "Not Now John" et c'est un rock balourd.

Bref, The Final Cut est un nouvel acte de la chute de Pink Floyd. Si cet album est culte, c'est uniquement pour les rares qui ne l'ont pas encore écouté et qu'on gave de réflexions du genre « Pink Floyd c'est culte donc c'est génial ». Mais, contrairement à ce qu'affirment des mauvaises langues, l'histoire n'est pas finie. Encore heureux.

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


Brian ENO
Another Green World (1975)
Brian Eno, ce génie




MISS LI
Wolves (2013)
Doublement intéressant


Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
   ELLIOTT
   MARCO STIVELL
   STREETCLEANER
   WALTERSMOKE

 
   (5 chroniques)



- David Gilmour (guitare)
- Roger Waters (chant, basse)
- Nick Mason (batterie)
- Avec :
- Michael Kamen (piano, harmonium)
- Andy Bown (orgue hammond)
- Ray Cooper (percussion)
- Andy Newmark (batterie sur “two suns”)
- Raphael Ravenscroft (saxophone tenor)
- Avec L’orchestre Philharmonique National


1. The Post War Dream
2. Your Possible Pasts
3. One Of The Few
4. The Hero’s Return
5. The Gunners Dream
6. Paranoid Eyes
7. Get Your Filthy Hands Off My Desert
8. The Fletcher Memorial Home
9. Southampton Dock
10. The Final Cut
11. Not Now John
12. Two Suns In The Sunset



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod