Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Elvis Presley , Eddie Cochran , Gene Vincent , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson , Bill Haley And His Comets, Johnny Cash

Jerry Lee LEWIS - Sun 9 - The Guilty One (1959)
Par ERWIN le 25 Août 2020          Consultée 77 fois

Jerry Lee LEWIS est tombé en enfer ! Plus rien ne fonctionne pour lui, les jeunes ne veulent plus entendre parler de lui, ses cachets ont été divisés par dix. Pas de solutions, il faut pourtant tourner et enregistrer, la chance finira bien par tourner. Il le fait en tout cas avec un certain courage et une évidente volonté. Sam Phillips n'y croit guère, il faut bien l'admettre, et son ex-poulain futur king du rock lui pose plus de soucis que de satisfaction. Alors, il s'intéresse à d'autres et ne met plus sa légendaire énergie au service du Killer pour se consacrer à d'autres espoirs, comme Charlie RICH ou Carl MANN. Il ne peut dès lors plus compter que sur lui-même. Nous sommes courant 1959 et notre artiste est déjà un has been.

Alors, il virevolte dans tous les sens. C'est ainsi qu'un esprit crooner de saloon se trouve sur "My Blue Heaven" qui sonne pas mal, mais nous éloigne des trademaks du killer. La seconde prise, plus énergique, me paraît aussi plus conforme. Roger MILLER vient de pondre un grand succès avec "Home". Logiquement, vu ses influences et ses goûts, rien d'étonnant à trouver ici la version de Jerry Lee. Assez laidback et pleine de bonhomie, bien loin des débordements habituels du killer. On s'approche d'une vision assez policée de la musique. Il commence aussi à plonger la tête la première dans la hard country. "I'm The Guilty One", qui annonce les années soixante de l'artiste. Nous avons le petit tonk sympa de "The Wild Side Of Life", avec tout de même beaucoup de sax !

Composé par Otis Blackwell, "Let's Talk About Us" est le morceau de choix de cette livraison sun. Titre coquinou et assez léger, il ressemble aux succès du king à la même époque, avec une vibe pop suave et agréable. Jerry Lee s'en sort plutôt bien. On assiste à sa progression sur les différentes versions ici, fort proches des compositions de Eddie COCHRAN. On pense à "Teresa" notamment. On note aussi "Night Train To Memphis" de Roy ACCUF, qui date de 1942, un classique de la country auquel Jerry lee applique un traitement rockabilly fort honorable. Il y est tranquille, maîtrise son sujet de bout en bout. Encore une rerise de Chuck BERRY avec "Little Queenie". Il paraît que la maman de Jerry Lee chantait cette chanson en boucle et que son fiston, agacé, voulut reprendre le lead dans le cœur de sa génitrice, même musicalement. Nous sommes un brin plus boogie sur "Billy Boy", puis nous avons un petit rock qui déménage avec "Mexicali Rose".

Il y a ici plusieurs titres qui sortent du piano de Charlie RICH. On connaît tous la version de Bobby GENTRY, "The Ballad Of Billie Joe", On se situe ici entre folk et country, avec une présence trop discrète de notre tueur préféré. Charlie remplace Jerry Lee au killer et on l'attend sur les backings, encore que sur "Sail Away" il est presque devant le Louisianais. Crime de lèse majesté ? Sur l'essai de "Am I To Be The One", Jerry Lee et Charlie chantent à nouveau en duo. Que ne falllait-il pas faire pour sortir de l'ornière. C'est un titre de travail qui n'a pas été plus travaillé que cela malgré le nom célèbre de son compositeur, le patron Otis Blackwell, qu'on retrouve ici pour la seconde fois.

Trois instrumentaux sont de la partie : "I get The Blues When It Rains" est une tentative de Sam Philips d'introduire une identité différente à la musique du killer et ainsi le réinsérer dans le tissu musical de 59, qui se fait littéralement sans lui. Le résultat est un peu pop, un peu bluesy, très sympa. Glen MILLER ? Ca sonne étonnant mais le sieur LEWIS se lance ici dans une réinterprétation du classique "In The Mood", instrumentale comme il se doit, et le killer s'y défend pas mal. Le piano déchire bien. On appréciera aussi le musicien sur le "Lewis workout", visiblement un titre d'échauffement pour lui et son band.

Bref, il ne restera rien de ces sessions une fois passé le cap de l'enregistrement. Le billboard ne frémit pas. Il est pourtant clair que "Let's Talk About us" déploie une classe toute particulière. Rien n'y fait, LEWIS est aux abonnés absents du succès en cette terrible année 59, la pire de sa carrière. Du strict point de vue musical cependant, nous sommes toujours dans une certaine qualité, et même si on sent que l'artiste en fait moins, joue moins la virtuosité ou le cabotinage, il reste sûr de lui et de son art, je reste sur un trois.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Elvis PRESLEY
Elvis (1956)
Elvis devient le King




Elvis PRESLEY
Girls! Girls! Girls! (1962)
Excellente B.O. à découvrir


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Jerry Lee Lewis (chant-piano)
- Roland Janes (guitare)
- Jimmy Van Eaton (batterie)
- Charlie Rich (piano)


1. My Blue Heaven
2. My Blue Heaven
3. Let's Talk About Us
4. Home
5. Night Train To Memphis
6. The Ballad Of Billie Joe
7. Let's Talk About Us
8. Sail Away
9. Am I To Be The One
10. I'm The Guilty One
11. Let's Talk About Us
12. Little Queenie
13. Lewis Workout
14. The Wild Side Of Life
15. Billy Boy
16. Mexicali Rose
17. I Get The Blues When It Rains
18. In The Mood



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod