Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Elvis Presley , Eddie Cochran , Gene Vincent , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson , Bill Haley And His Comets, Johnny Cash

Jerry Lee LEWIS - Sun 11 - Won't Happen With Me (1962)
Par ERWIN le 13 Septembre 2020          Consultée 117 fois

Nous arrivons presque au terme de la collaboration entre la maison Sun et Jerry Lee LEWIS qui vient d'éviter de boire la tasse grâce au succès inattendu de "What I'd Say". Cela dit, ce n'est pas encore la panacée car même si les cachets redeviennent de bonne facture, les ventes de singles ne sont pas folichonnes. Alors le chanteur continue de hanter les studios à Nashville et met les bouchées triple pour réinvestir le haut des billboards. Quelle obstination tout de même – je ne peux prononcer le mot patience, il n'en a pas !

"It Won't Happen With Me" est certainement le titre inconnu de Jerry Lee dont le destin a été le plus injuste. Il s'agit d'un rock certes un peu teenage, mais de facture irrésistible. Le ton est jouissif, la mélodie limpide et taillée pour être un best seller. Le sujet est humoristique, on sent que le chanteur ne se prend pas au sérieux. Je conseille vivement cette chanson de Otis Blackwell à tous les amateurs de rock'n'roll un peu léger. C'est gai et le ton du killer est magnifique. En bref, le single fait un flop retentissant. Classique de Jimmie RODGERS, Jerry Lee yodelise tant qu'il peut sur la joyeuse "Waiting For A Train", une chanson sur les clochards attendant les trains que l'icône avait pour habitue de convier à l'apéro chez lui.

Nous trouvons dans ce dixième tome Sun de belles choses : comme à chaque fois qu'il se lance dans le blues, Jerry Lee fait fort. Un tel traitement n'échappe pas à la vieille "CC Rider" de Chuck WILLIS passée à la moulinette louisianaise. Quelle surprise ! Jerry Lee est étonnement à l'aise avec le standard des DRIFTERS, et "Save The Last Dance For Me" a une fort belle gueule ! Un doowop à écouter avant de partir ! L'immense Jerry Lee LEWIS n'a jamais été aussi R'n'B que dans cette version de "Ramblin Rose" qui va bluffer son monde. L'époque est mauvaise, seule raison plausible pour expliquer le manque de succès du single. Peu importe, l'histoire lui rendra justice.

La vision de Jerry Lee LEWIS interprétant "Money" avec son air goguenard, jouant avec son pied droit sur le piano en faisant le signe des cornes est une des images symboliques les plus puissantes de l'artiste. Elle regroupe tous les éléments qui en font l'icône qu'il est aujourd'hui, jusqu'au sujet de l'argent. Ce rock présent sur le deuxième opus est d'excellente qualité. Dans le cas de "Set My Mind At Ease", le résultat est tout à fait à la hauteur. Le traitement pop ressemble aux standards d'Elvis de la même époque – on pense à "I Don't Wanna Be Tied" ou à "The girl Of My Best Friend" -. A retenir.

Le reste est moins glorieux : "I Love You Because" nanti d'une orchestration -surprenante ? - n'existe pas face à la version du King. "Hello Josephine" de FATS DOMINO est présentée ici sous divers atours : dans une version R'n'B - avec un orgue - tout ça sonne presque motown -, et dans une autre plus datée avec un sax presque irritant. Pas le nirvana ! "High Powered Woman" traite de l'addiction à la schnouffe, de quoi regagner ses fans pour sûr. La chanson n'est pas vilaine quoiqu'un peu inconsistante, un clone de "What I'd Say". "Rockin The Boat Of Love" me semble fort inconsistante avec son ton poppy. Nous avons un mid-tempo correct de country avec "I Know What It Means".

Alors bien sûr, le temps a passé, de l'eau a coulé sous les ponts et pour essayer de regagner les faveurs de sa fan base, voilà que notre killer s'est mis au twist. Voyez plutôt "I've Been Twistin" au rythme sympatoche et à l'esprit frondeur de l'artiste. Alors, oui, oui le twist et tout ça, voilà voilà... Certes, mais que vois-je qu'ouis-je dans quel état j'erre ? Que signifie ? "Whole Lotta Twistin Is Goin On" ? C'est une blagounette ! Quand on dispose d'un tel classique, on ne va pas lui coller une version twistante, même si elle fait la part belle aux solos de guitare ! Quelle incongruité ! Quel drame ! D'autant plus évidemment que le public boude cette version. Un scandale !
Enfin, les reprises de Chuck BERRY ont toujours fait partie des setlist du Killer, alors ces versions de "Sweet Little Sixteen" sonnent logiques. Plus modernes, plus slows aussi, on retiendra la seconde plus couillue.

On n'est pas mieux ni pire qu'auparavant. Jerry Lee LEWIS parvient toujours à s'en sortir. Il faut attendre la fin des années 70 et l'arrivée de l'horrible countrypolitan pour voir sa discographie trébucher. En attendant, il y a ici de belles découvertes à faire dont l'essentielle "It Won't Happen With Me" que je tiens pour une de ses plus belles chansons -à mon goût bien sûr, avec l'enjouée "Corrine Corrina" et l'inusable "Great Balls Of Fire". A mettre entre toutes les mains !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Dick DALE
Surfer's Choice (1961)
Surfing guitar




STRAY CATS
40 (2019)
Dieu, que c'est jouissif !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. It Won't Happen With Me
2. Cc Rider
3. I Love You Because
4. Save The Last Dance For Me
5. Hello Josephine
6. High Powered Woman
7. Ramblin Rose
8. Rockin The Boat Of Love
9. Money
10. I've Been Twistin
11. Whole Lotta Twistin Is Goin On
12. High Powered Woman
13. I Know What It Means
14. Sweet Little Sixteen
15. Sweet Little Sixteen
16. Hello Josephine
17. Set My Mind At Ease
18. Waiting For A Train



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod