Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Elvis Presley , Eddie Cochran , Gene Vincent , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson , Bill Haley And His Comets, Johnny Cash

Jerry Lee LEWIS - Sun 10 - What I'd Say (1960)
Par ERWIN le 12 Septembre 2020          Consultée 95 fois

1960 est un tournant dans la carrière de Jerry Lee LEWIS. Le changement de décennie peut lui permettre de bénéficier d'une forme de « relaxe » de la part de ses anciens fans. L'espoir fait vivre. En attendant ce miracle, le chanteur pianiste continue de tenter un peu dans tous les sens. Le rapport avec Sam Phillips est toutefois bien bas, et Jerry Lee est passé dans la division Sun de Nashville où il continue d'enregistrer. Cette fois, c'est l'immense Hank Garland qu'on retrouve à la guitare alors que Van Eaton fait régulièrement le trajet depuis Memphis pour seconder le Killer à la batterie.

On retrouve ici quelques titres, vraiment excellents, totalement oubliés. "Old Black Joe", au piano boogisant et à la superbe ambiance festive, est un rock de superbe tenue, reprise du méconnu Stephen FOSTER. Quelle superbe performance au piano de la part du Killer avec un chant laidback assez génial ! A écouter et réécouter, symbole de ses années de disette sur le plan de la popularité, mais finalement riches du point de vue artistique. La très chouette "As Long As I Live" de Dorsey BURNETTE trouve en Jerry Lee LEWIS un interprète vraiment idéal. Le chanteur laisse tout son talent déborder dans ce grand classique entraînant et dynamique. "Bonnie BB", aussi joyeuse et swinguante que ses classiques, aurait pu en être un nonobstant la situation inextricable du Louisianais.

Sinon, cette version de "Cold Cold Heart" du regretté Hank WILIAMS présente un chant d'une qualité incroyable, Jerry Lee est toujours au top quand il s'agit de reprendre le maître. La première tentative de "What I'd Say" bien qu'honorable n'atteint pas encore la sublime version du hit de Ray CHARLES. La seconde est cependant exemplaire et proche de la définitive. Pianiste avant toute chose, il était logique que Jerry Lee LEWIS fasse de ce titre un de ses classiques, comme le live in Hamburg le confirmera quelques années plus tard. Le public d'ailleurs ne se trompe pas, le billboard réouvrant ses portes au tueur de la Louisiane qui s'y hisse à la 30eme place. Enfin, un bref instant de respiration dans cette débâcle, voilà qui fait du bien.

Parmi les titres rock de facture sympa, figure "Baby Baby Bye Bye" qui aurait pu devenir un succès si notre Jerry Lee s'était senti un tant soit peu concerné. Tel n'est visiblement pas le cas ici, mais la chanson se tient et rappelle la carrière d'Elvis à Hollywood dans ses meilleurs moments. On retient aussi le Beat de piano et le solo de gratte de Garland sur "Livin Lovin Wreck" qui n'est hélas pas resté dans les mémoires. Le standard de blues de Chuck WILLIS "CC Rider" n'est pas désagréable, le chat dans la gorge de notre chanteur lui seyant pas mal du tout. "John Henry" lui offre même l'occasion de tenter une voix totalement cassée, sans que cela ne nuise en rien à l'ambiance. On a rarement entendu un titre aussi prémonitoire et, en ce sens, l'artiste n'a pas froid aux yeux quand il chante les paroles de "Hang Up My Rock And Roll Shoes".

Le reste est moins remarquable. "When My Blue Moon Turns To Gold Again" n'égale pas la version plus smooth du King. De même, on est en droit de préférer la version de "I Forgot To Remember To Forget" par Elvis à celle qu'en délivre ici Jerry Lee, même si le guitariste Hank Garland y possède un son fort notable. La joyeuse "My Bonnie" n'est pas désagréable, mais il lui manque la saveur de la subversion. La très Rythm'n'blues et étonnamment moderne "When I Get Paid" se montre peu conforme aux canons habituels du chanteur qu'on ne retrouve pas derrière son piano. "Love Made A Fool Of Me" est un slow plein de choeurs sirupeux d'un effet assez désastreux, très éloigné du pré-carré, tandis que l'orchestration à la Frankie AVALON de "No More Than I Get" rend traumatisante à vivre cette expérience.

Il y a du très bon, de l'écoutable et du moins bon dans ce dixième tome des Sun records. Seule "What I'd Say" passera le cap de la postérité, même si d'autres morceaux vraiment intéressants, comme "Old Black Joe" et "As Long As I Live" auraient dû atteindre un statut plus qu'honorable dans la carrière du Killer. On déplore aussi quelques petites faiblesses vocales, signe d'une certaine lassitude qui s'installe, mais globalement tout ceci reste de bon aloi, en phase avec le reste de ses contributions Sun.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Eddie COCHRAN
The Eddie Cochran Memorial Album (1960)
Classique des fifties




Chuck BERRY
Concerto In B Goode (1969)
Blues et guitare.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Jerry Lee Lewis (chant-piano)
- Hank Garland (guitare)
- Van Eaton (batterie)


1. Old Black Joe
2. Baby Baby Bye Bye
3. As Long As I Live
4. Bonnie Bb
5. Cc Rider
6. Hang Up My Rock And Roll Shoes
7. John Henry
8. When My Blue Moon Turns To Gold Again
9. When I Get Paid
10. Love Made A Fool Of Me
11. No More Than I Get
12. My Bonnie
13. I Forgott To Remember To Forget
14. Cold Cold Heart
15. Livin Lovin Wreck
16. What I'd Say



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod