Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE MODERNE  |  OEUVRE

Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1922 Suite Pour Deux Pianos (Genova...
1923 Trio Pour Violon, Violoncelle ...
1925 Symphonies N°1 (Kondrachine)
1926 Sonate Pour Piano N°1 (Chtcher...
1927 Aphorismes (Chtcherbakov)
Symphonie N°2 A Octobre (Kondr...
1928 Le Nez (Pokrovski)
1929 Symphonie N°3 Le Premier Mai (...
1931 Six Romances Sur Des Textes De...
Le Boulon (Ratmanski)
1932 Lady Macbeth Du District De Mt...
1933 Vingt-Quatre Préludes (Kadouch...
Concerto Pour Piano N°1 (Chost...
1934 Suite Pour Orchestre De Jazz N...
Sonate Pour Violoncelle Et Pia...
1936 Symphonie N°4 (Kondrachine)
1937 Quatre Romances Sur Des Poèmes...
Symphonie N°5 (Mravinski)
1938 Quatuor à Cordes N°1 (Quatuor ...
1939 Symphonies N°6 (Kondrachine)
1940 Quintette Avec Piano (Quatuor ...
1941 Symphonie N°7 Leningrad (Berns...
1942 Sonate Pour Piano N°2 (Leonska...
Six Romances Sur Des Textes De...
1943 Symphonie N°8 (Mravinski)
1944 Trio Pour Violon, Violoncelle ...
Quatuor à Cordes N°2 (Quatuor ...
1945 Symphonie N°9 (Bernstein)
1946 Quatuor à Cordes N°3 (Quatuor ...
1948 Concerto Pour Violon N°1 (Oïst...
Extraits De La Poésie Populair...
Raïok Antiformaliste (Khoutare...
1949 Le Chant Des Forêts (Temirkano...
Quatuor à Cordes N°4 (Quatuor ...
1951 Vingt-Quatre Préludes Et Fugue...
1952 Quatuor à Cordes N°5 (Quatuor ...
1953 Symphonie N°10 (Karajan)
1956 Suite Pour Orchestre De Jazz N...
Quatuor à Cordes N°6 (Quatuor ...
1957 Concerto Pour Piano N°2 (Chost...
Symphonie N°11 L'Année 1905 (M...
1959 Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1960 Quatuor à Cordes N°7 (Quatuor ...
Quatuor à Cordes N°8 (Quatuor ...
1961 Symphonie N°12 L'Année 1917 (M...
1962 Symphonie N°13 Babi Yar (Haiti...
1964 Quatuor à Cordes N°9 (Quatuor ...
Quatuor à Cordes N°10 (Quatuor...
1966 Quatuor à Cordes N°11 (Quatuor...
Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1967 Concerto Pour Violon N°2 (Oïst...
1968 Quatuor à Cordes N°12 (Quatuor...
1969 Symphonie N°14 (Kondrachine)
1970 Quatuor à Cordes N°13
1971 Symphonie N°15 (Kondrachine)
1929 La Nouvelle Babylone (Judd)
 

- Style : Sergueï Prokofiev , Alfred Schnittke , Galina OustvolskaÏa
 

 Site Officiel (699)
 The Exhaustive Shostakovich (734)
 Dsch Journal (498)

Dimitri CHOSTAKOVITCH - Le Nez (pokrovski) (1928)
Par SASKATCHEWAN le 6 Juin 2011          Consultée 2839 fois

Qui ne connaît pas Le Nez de Gogol, l’une des nouvelles les plus génialement drôle de littérature russe ? En tout cas, avant d’aborder l’opéra de CHOSTAKOVITCH, il faut potasser le livre au risque d’être complètement perdu dans la trame elliptique du livret d’Alexandre Preys et Georgy Ionine. Les Russes ne sont pas de grands amateurs d’intrigues explicites en art, a fortiori quand il s’agit d’une œuvre considérée comme un classique.

Pour ceux qui n’auraient pas encore lu Les Nouvelles de Saint-Pétersbourg (que leur nom, leur semence et leurs racines de cheveux soient maudits jusqu’à la prochaine Pâques), un petit résumé s’impose. Un fonctionnaire imbu de sa personne, Platon Kouzmitch Kovalev, se réveille un matin avec un vide à la place du nez. Comble du malheur, ledit nez se promène désormais dans les rues de la capitale impériale en uniforme de conseiller d’Etat. L’infortuné Kovalev va devoir courir toute la ville à la recherche de son appendice nasal. Voilà pour la nouvelle de Gogol.

Quelques années après ces terribles évènements, alors que la ville a été rebaptisée Leningrad, le jeune CHOSTAKOVITCH décide de monter un opéra à partir du Nez. Vous venez d’admettre qu’un nez pouvait marcher et gérer les affaires de l’Etat, il va falloir maintenant l’entendre chanter. Ceux qui sont sensibles à l’humour russe s’émerveilleront à coup sûr devant les péripéties des personnages de Gogol revisitées par CHOSTAKOVITCH. Les amoureux du cabotinage trouveront leur âme sœur en la personne de Boris TARKHOV, qui joue le commissaire de police. Danses burlesques, démonstration de kung-fu, paroles absurdes : rien n’est épargné au sergent de ville. Le début de la « Scène 1 » de l’Acte III constitue le sommet de sa performance, quand, avec ses sbires, il prépare l’arrestation du Nez. On l’entend caqueter, gémir, hurler à la mort, avant qu’un dialogue avec le chœur des gendarmes ne révèle la part pathétique du personnage.

Kovalev, joué par Edvard AKIMOV, n’est pas en reste. Ses lamentations sont à la fois touchantes et hilarantes. Ses échanges avec son valet Ivan, digne héritier de Figaro et Sganarelle, sont toujours de grands moments. En plus des rôles principaux, le Nez comporte une galerie impressionnante de personnages secondaires, qui trahissent chacun un travers de la société du XIXe. Le docteur incompétent, le barbier maladroit et la vendeuse de pâtisserie ont des ridicules qui les rendent attachants.

L’humour, omniprésent dans le texte, l’est aussi dans la partition. Le Nez est incontestablement le sommet du style burlesque de CHOSTAKOVITCH, avec des trouvailles sonores complètement inédites. On mentionne souvent l’« Interlude » du Premier Acte, où le compositeur soviétique est l’un des premiers à proposer une musique uniquement percussive. Ecrire de cette façon en 1933, c’est tout simplement révolutionnaire. Les autres sections de l’orchestre ne sont pas abandonnées pour autant. Si les cordes sont un peu en retrait, le rôle des cuivres et des bois est primordial. Comme toujours chez CHOSTAKOVITCH, ce sont eux qui introduisent le grotesque à coups de dissonances criardes.

Explosions, sifflets, sonneries, coups de cymbales : c’est cela l’univers du Nez. Pourtant, on aurait bien tort de la qualifier de musique légère. Comme le texte de Gogol, la partition de CHOSTAKOVITCH est pleine de subtilité et de profondeur. Quand l’écrivain se moque de ses personnages, on trouve toujours en arrière-plan une complicité qui change la moquerie en autodérision. Quand le musicien parodie l’opérette, le romantisme et la musique moderne, c’est fait avec un tel amour pour la musique qu’on ne peut être que conquis par la fraîcheur et l’originalité de l’œuvre.

Créé en 1930, l’opéra Le Nez a subi de plein fouet le revirement de la politique culturelle soviétique. Les associations d’artistes, qui ont senti le vent tourner, se mettent à attaquer les œuvres modernes. La cabale contre Le Nez n’est pas encore organisée par le pouvoir, comme ce sera le cas pour Lady Macbeth en 1936, mais toute la rhétorique minable des idéologues est déjà en place. Malgré son succès public, l’œuvre est très vite retirée de l’affiche, avant d’être redécouverte peu avant la mort du compositeur par Gennadi ROJDESTVENSKI. Le DVD de VAI sorti en 2010 propose la version de l’opéra montée par le célèbre chef d’orchestre et le théâtre Kamerny dans les années soixante-dix. Malgré les défauts du son et le côté désuet des costumes et des décors, la mise en scène est pleine d’inventivité, ce qui compense largement le manque de moyen.

En résumé, tout est génial : le texte, la partition, la mise en scène, les musiciens, les chanteurs… tout, sauf peut-être la coupe de cheveux des spectateurs. J’encourage tous ceux qui sont fâchés avec l’opéra à donner une chance au Nez de CHOSTAKOVITCH, tant cette œuvre-là détonne dans l’univers de la musique classique.

Fiche « Le Nez » :
Opus : 15
Date de composition : 1927-1928
Date de Création : 1930 à Leningrad
Date du concert : 1979 au théâtre Kamerny. Boris Pokorvski.
Références du DVD : Dmitri Shostakovich – The Nose, VAI, 2010.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par SASKATCHEWAN :


Dimitri CHOSTAKOVITCH
Trio Pour Violon, Violoncelle Et Piano N°2 (stern, Ma, Ax) (1944)
Un essentiel de la période de guerre




Dimitri CHOSTAKOVITCH
Quatuor à Cordes N°9 (quatuor Borodine) (1964)
Fin de la crise d'inspiration pour Chostakovitch


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Dimitri Chostakovitch (compositeur)
- Boris Pokrovski (metteur en scène)
- Gennadi Rojdestvenski (chef d'orchestre)
- Orchestre Et Choeur Du Théâtre Kamerny
- Edvard Akimov (kovalev)
- Alexandre Lomonossov (le nez)
- Valeri Belykh (le barbier)
- Nina Sasoulova (la femme du barbier)
- Boris Tarkhov (le policier)
- Boris Droujinine (le valet)
- Achot Sarkissov (le médecin)


1. Crédits
- Acte I
2. Prologue
3. Scène 1
4. Scène 2
5. Interlude
6. Scène 3
7. Galop
8. Scène 4
- Acte Ii
9. Prologue
10. Scène 1
11. Interlude
12. Scène 2
- Acte Iii
13. Scène 1
14. Scène 2
15. Interlude
16. Epilogue
17. Finale
18. Générique



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod