Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (2 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1573)
 Site Officiel (694)

SCORPIONS - Moment Of Glory (2000)
Par GEGERS le 12 Mars 2012          Consultée 2901 fois

Bien sûr, si l'on en croit Klaus Meine (comment pourrait-on faire autrement ?), SCORPIONS a eu avant tout le monde l'idée de la collaboration avec un orchestre symphonique. Avant Metallica, à en croire le lutin à la voix d'or, qui leur « piqua » Michael Kamen afin de réaliser son propre projet symphonique, S&M. Pas une grande perte, car en 1999, les Allemands trouvent leur bonheur en la personne de Christian Kolonovits, conducteur de l'Orchestre Symphonique de Berlin, soit le plus prestigieux au monde ! Rappelez-vous, en 1999, à l'occasion des 10 ans de la chute du mur de Berlin, SCORPIONS interprète « Wind of Change » porte de Brandeburg en compagnie dudit orchestre symphonique, alors dirigé par Rostropovitch. Moins d'un an après, le groupe concrétise son projet d'album. Donc, un projet de très longue date, et non pas un moyen détourné de tenter de se reconstruire et faire oublier l'échec retentissant de l'album Eye II Eye, qui faillit mener le groupe au split. Oui, bien sûr...

Moment of Glory se veut donc un magnum opus. La pochette l'atteste : SCORPIONS est maintenant un dinosaure du hard rock, et mérite d'être habillé de belles parures. Les arrangements symphoniques sont en effets exceptionnels sur cet album, s'adaptant parfaitement aux ossatures des morceaux pour les emmener dans des ambiances et vers des horizons nouveaux. On pense à « Rock you like a hurricane » bien sûr, classique des classiques qui se voit agrémenté d'un break inédit, sombre et agressif, que le groupe conservera par la suite. Vraiment, sur les arrangements, rien à dire. Osant se mettre légèrement en danger, les SCORPIONS se permettent même de proposer une suite metallico/symphonique, « Deadly Sting Suite », mélange savamment agencé des morceaux « He's a woman/She's a man » et Dynamite », pour un résultat détonnant.

Si reproche il y a ici à faire, il n'est donc certainement pas au niveau du concept, parfaitement mis en œuvre. Les critiques se situent plutôt au niveau des artistes invités et de la setlist établie. Hasard du calendrier, Hanovre (la ville natale des arachnides), accueille en 2000 l'Exposition Universelle, et invite Klaus Meine à en composer l'hymne. Erreur, car si le chanteur a écrit de très bons morceaux dans le passé, ce n'est pas le cas de ce « Moment of glory » mielleux au possible, soutenu bon an mal an par une chorale d'enfants et englué dans les bons sentiments. Une pièce sympathique pour séduire la quinquagénaire en tailleur, mais certainement un des plus mauvais morceaux de SCORPIONS.

Autre erreur, la prédominance des ballades sur cet album, qui tendent à le rendre poussif et bien trop sage. Bien sûr, impossible de couper à « Wind of change » et « Still Loving You ». On apprécie également « Send me an angel », grâce en partie à la prestation impeccable d'un Zucchero à fleur de peau. Et l'on prend plaisir à redécouvrir « Lady Starlight », ballade oubliée de l'album Animal Magnetism, qui se voit ici magnifiée par de superbes arrangements. Malgré tout, était-il bien nécessaire d'intégrer là-dedans l'horripilante « Here in my heart », interprétée de surcroit en duo avec la crieuse allemande Lyn Liechty ? Et que vient faire Ray Wilson, alors chanteur de Genesis, sur un « Big City Nights » totalement inadapté à son timbre de voix, bien plus rugueux et moins puissant que celui de Klaus Meine.

Entre approximations et semi-déceptions, Moment of Glory, l'album, se veut un objet sympathique pour découvrir les classiques de SCORPIONS sous un jour nouveau. Au niveau musique, il sera en revanche bien vite écrasé par son pendant vidéo, reprenant le concert symphonique donné à l'occasion de l'Exposition Universelle, et qui se révèle pour sa part tout bonnement indispensable.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


KINGDOM COME
Hands Of Time (1991)
One-man-band collaboratif




UFO
The Monkey Puzzle (2006)
Une histoire de retours...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Klaus Meine (chant)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- James Kottak (batterie)
- Ken Taylor (basse)
- Orchestre Philarmonique De Berlin
- Zucchero (chant)
- Lyn Liechty (chant)
- Ray Wilson (chant)


1. Hurricane 2000
2. Moment Of Glory
3. Send Me An Angel
4. Wind Of Change
5. Crossfire
6. Deadly Sting Suite
7. Here In My Heart
8. Still Loving You
9. Big City Nights
10. Lady Starlight



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod