Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1543)
 Site Officiel (675)

SCORPIONS - A Tribute To The Scorpions (2000)
Par GEGERS le 5 Août 2012          Consultée 2499 fois

SCORPIONS n'est pas ce que l'on peut appeler un groupe à reprises. Bien entendu, le combo, notamment à ses débuts, à rempli ses setlists de covers d'Elvis, Little Richard ou Jimi Hendrix afin de proposer des concerts d'une durée suffisante. Tout groupe débutant donne dans la reprise à ses débuts. Puis plus grand chose : une cover des Who (« Can't Explain ») en 1988, quelques hommages (à Queen, à Kansas et aux Cars) sur le live Acoustica, et plus récemment l'album Comeblack, qui voit les Allemands se frotter aux Beatles, aux Rolling Stones ou encore à T. Rex. En revanche, comme tout dinosaure du hard rock, SCORPIONS a fait l'objet d'un nombre incalculable de reprises. Artistes établis (Bon Jovi, Dream Theater, Bruce Dickinson) ou anonymes (à l'image du tribute-band In Trance, fondé en 1996 et jouissant d'un certain succès au Québec), nombreux sont ceux qui ont tenté de se frotter avec succès au répertoire fourni des arachnides. Étrangement, il faut attendre l'année 2000 pour que le label metal Nuclear Blast ait le premier l'idée de rassembler plusieurs artistes de son écurie afin de proposer un album complet dédié aux bebêtes venimeuses.

L'argument principal de cet album-tribute est qu'il présente 16 titres exclusifs, pour un total de 19 morceaux. Argument mensonger, puisqu'une majeure partie des titres présentés ainsi est en réalité issue d'albums ou singles des groupes concernés. Ces groupes, signés chez Nuclear Blast, œuvrent donc dans un heavy speed mélodique (Helloween, Sonata Arctica, Stratovarius) ou dans un heavy metal plus mordant (Metalium, Seven Witches), allant parfois jusqu'au thrash (Paradox) ou au death (Children of Bodom, pour qui cette étiquette reste discutable). L'idée pouvait être intéressante, et aurait pu donner un résultat à la hauteur. Frotter la musique des SCORPIONS à des sonorités plus « dures », voici qui aurait pu permettre de redécouvrir le patrimoine du groupe sous un jour nouveau.

Comme dans tout tribute-album, le résultat se découpe en 3 catégories : on isole tout d'abord les reprises fidèles aux versions originales, qui ne dénotent pas d'un pouce de l'interprétation des arachnides. Forcément, malgré toute la qualité des musiciens, tout amateur normalement constitué gardera sa préférence pour les versions originales. C'est donc avec un certain plaisir que l'on découvre les sympathiques version de « Pictured life » par Breaker, « Dark Lady » par Agent Steel, « Top of the bill » par Steel Prophet, « Lady Starlight » par Custard ou « Blackout » par Stratovarius. Il faut reconnaître que le choix des morceaux est judicieux, puisqu'il couvre une grande période de l'histoire des SCORPIONS, et met en valeur certains vieux titres pour ne pas se focaliser sur l'âge d'or 1979-1990.

Sauf que, il faut bien en venir à la (longue) liste des reprises ratées : vient tout d'abord « Don't stop at the top », titre mésestimé de l'album Savage Amusement, atrocement détruit par Children of bodom. Bien ensuite « Coming Home », dont Tankard tente de faire une version thrash mais se plante lamentablement. Plus drôle est la reprise de « Passion rules the game » par To/Die/For, qui donne l'impression de rejouer le titre original mais avec un tempo ralenti au moins 2 fois. Tranche de rire garantie.

Enfin, et heureusement, viennent les reprises audacieuses ou plus personnelles, qui apportent un semblant d'intérêt à l'ensemble. A ce petit jeu, c'est bien la version de « Still Loving You » par Sonata Arctica qui remporte la palme, puisque le groupe transforme la power ballade en un morceau speed mélodique épique et imparable. Un pari risqué, mais payant ! Bien plus que la version speed de « He's A woman/she's a man » par Helloween, complètement à côté de la plaque). Autre surprise, le groupe Therion qui propose une version très personnelle de « Crying days » (et non pas « Polar nights » comme indiqué dans le livret), à grands renforts de chœurs et d'orchestrations, spécialité d'un groupe que l'on sait amateur du SCORPIONS des années 70 (le groupe reprendra « Polar nights » et « Fly to the rainbow » sur d'autres de ses albums).

Au final, un résultat mitigé (comme toujours) pour cet album-tribute qui permet néanmoins d'affirmer un peu plus le statut de SCORPIONS en tant qu'icône du hard rock et comme source d'inspiration pour tous les groupes ici présentés. Un hommage à moitié foiré, mais un hommage néanmoins.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


GOTTHARD
G. (1996)
Comme un poing dans la gueule.




BONFIRE
Don't Touch The Light (1986)
Que la lumière soit


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. He's A Woman, She's A Man (helloween)
2. Rock You Like A Hurricane (sinergy)
3. Dynamite (paradox)
4. Still Loving You (sonata Arctica)
5. Blackout (stratovarius)
6. Don't Stop At The Top (children Of Bodom)
7. Dark Lady (agent Steel)
8. Top Of The Bill (steel Prophet)
9. Dampflockfuhrer (prolopower)
10. Coming Home (tankard)
11. Coast To Coast (disbelief)
12. Passion Rules The Game (to/die/for)
13. Pictured Life (breaker)
14. Polar Nights (therion)
15. Is There Anybody There (rough Silk)
16. Another Peace Of Meat (metalium)
17. Alien Nation (seven Witches)
18. Send Me An Angel (custard)
19. Rock You Like A Hurricane (s.o.d.)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod