Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  DVD

Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1529)
 Site Officiel (666)

SCORPIONS - Mtv Unplugged In Athens (2013)
Par GEGERS le 16 Décembre 2013          Consultée 4675 fois

Il aura fallu 25 ans à la marque MTV Unplugged pour accrocher les SCORPIONS à son palmarès. Déjà, en 1988, époque où le concept de rassembler des hard rockers et leur faire débrancher les guitares était en plein boom, le groupe avait été contacté pour proposer un concert de ce genre, mais avait du décliner, alors en pleine tournée en support de l'album Savage Amusement. 25 ans plus tard, le groupe aurait tout aussi bien pu décliner, ayant déjà donné dans l'exercice acoustique avec le superbe album Acoustica en 2001. Reste que, libéré de ses engagements en matière de tournées intensives, et désireux de rester malgré tout sur le devant de la scène, SCORPIONS accepte de donner une série de 3 concerts en septembre 2013 au Lycabettus Theatre d'Athènes, magnifique esplanade chargée d'histoire, proposant par la même le premier MTV Unplugged en plein air.

Le premier challenge était donc d'éviter la redite. Et à ce petit jeu, les SCORPIONS ont tout bon ! En ayant eu la bonne idée de confier les arrangements et le choix des morceaux à Matthias Jabs ainsi qu'au duo de producteurs responsables de la mise en son de Sting In The Tail, le groupe bénéficie d'un regard extérieur salvateur sur sa musique. Peu de titres font ainsi doublon avec Acoustica : « Send me An Angel », « Wind of Change », « Rock You Like a Hurricane » et « Holiday » (présent sur l'édition allemande de l'album) seulement. Un bon point pour le groupe qui prend des risques, en ressortant des vieilleries pas jouées depuis des lustres (« Can't Live Without You », inédit en live depuis 1991) et des titres jamais interprétés en live (« Born to touch your feelings », « Passion Rules the Game »), ce qui lui permet de réhabiliter certains albums mésestimés, à l'image de Pure Instinct qui se voit représenté par deux superbes extraits (« When you Came into my life » sur lequel Rudolf se la joue Ravi Shankar à la sitar et « Where the river flows », doté d'un sympathique feeling country apporté par la présence d'un harmonica). Rajoutez à cela 5 nouveaux titres, composés pour l'occasion ou tirés de chutes studio des années 80, et vous obtenez une setlist alléchante, qui permet au groupe d'éviter la redite.

Il est dommage, néanmoins, que le groupe n'ait pas poussé le concept jusqu'au bout, quitte à assumer totalement la prise de risques et délaisser les classiques, ce que souhaitait faire Klaus Meine, noble projet face auquel la maison de disques à mis son veto. Reste que l'énergie positive dégagée par le choix pertinent des morceaux se voit décuplée par les arrangements novateurs et la présence d'une pléthore d'instrumentistes chargés de mettre en valeur le répertoire du groupe. Si les deux producteurs précités sont de la partie (à la guitare, à la mandoline et à l'harmonica notamment), d'autres musiciens viennent mettre leur grain de sel en matière de piano, d'accordéon, de percussions ou d'instruments classiques (violons, violoncelles). Certains titres se voient ainsi savamment mis en valeur. C'est le cas de « Pictured Life », doté d'une ligne d'harmonica entraînante et d'un rythme tango délectable. Il en va de même pour « Born to touch your feelings », l'une des plus grosses surprise du set, agrémenté d'un accordéon lancinant, qui participe à la beauté pure de ce titre malheureusement un peu réduite par la performance « too much » d'une actrice grecque, qui pleure des larmes de crocodile pour tenter de forcer l'émotion. Dommage. Alors qu'Acoustica se faisait fidèle aux ambiances déployées par les morceaux dans leur version studio, ce nouveau live prend plus de liberté avec les versions originales : le feeling country entraînant de « Where the river flows », les percussions hypnotisantes de « When you came into my life » sont à mettre au crédit du groupe, qui respecte l'esprit original des morceaux tout en leur offrant de nouveaux habits fort seyants.

Et puis, comment taire la réussite indéniable qu'est l'interprétation de cinq nouveaux titres ? « Dancing With The Moonlight » et « Rock'n'roll band », écrites soit par le duo Schenker/Meine (la première), soit par Klaus Meine seul, se font deux morceaux énergiques et entraînants qui renvoient droit vers les années 80, époque probable de leur écriture. De plus, le groupe a la bonne idée de proposer un intermède mettant en valeur chacun de ses 3 membres historiques : Matthias Jabs interprète « Delicate Dance », un instrumental délicat (comme son titre l'indique) qui rappelle le répertoire solo d'un Michael Schenker. Rudolf, pour sa part, offre une superbe ballade piano / guitare, dont la beauté et l'émotion se voit renforcée par la voix hésitante et fébrile du guitariste qui, aux débuts du groupe, tenait également le micro. Klaus, pour sa part, propose une petite pièce folk entraînante, ode à l'accomplissement personnel. De quoi tenir la dragée haute aux inédits présents sur Acoustica.

Malgré tous ces atouts, on met un peu de temps à rentrer vraiment dans le concert : Rudolf, au départ en retrait et très concentré sur ses parties de guitare, des arrangements pas forcément au poil pour « Sting in the tail » qui se traîne sans convaincre, il faut tout le charisme de Klaus et l'enthousiasme communicatif de Matthias Jabs pour sauver le show. De plus, les arrangements, qui se font si pertinents sur certains titres, peinent à rendre d'autres intéressants. La volonté de conférer une grande puissance à la section de cordes, en voulant ainsi combler l'absence de distorsion, peine à rendre les titres les plus heavy véritablement convaincants : « Blackout » et « Hit between the eyes », notamment, se font assez peu séduisants. Là ou Acoustica, très intimiste, provoquait une émotion bien plus naturelle, celle-ci semble ici comme provoquée, et peine ainsi à se faire sincère.

Enfin, comment cautionner la présence d'invités qui ne servent strictement à rien ? Si Morten Harket (A-Ha) justifie sa présence sur « Wind of Change » en proposant des lignes mélodiques et un contrepied intéressant à la voix de Klaus, que penser de la chanteuse Cäthe qui en fait des tonnes sur « In Trance » ou de Johannes Strate (Revolverheld), pour sa part totalement transparent sur « Rock you like a hurricane » ?

Là où Acoustica frôlait l'excellence, quelques motifs de insatisfaction viennent donc réduire l'impact de ce MTV Unplugged. SCORPIONS fait son âge, c'est évident, et il est certain que le groupe a pris son pied en apportant ainsi un peu de variété et d'audace dans sa musique, après une longue série de shows électriques plan-plan. Reste que si la multiplicité des intervenants et les arrangements surprenants confèrent à l'ensemble son intérêt, ces mêmes éléments se font aussi porteurs de déception lorsqu'ils peinent à se faire à la hauteur (« Passion Rules the game », « Sting in the tail ») et amoindrissent l'intérêt de l'ensemble. Pour certains, cette sortie va donc être amenée à prendre la poussière, à côté de Comeblack et du Live 2011. Il y a néanmoins de quoi piocher, apprécier, pour redécouvrir et approfondir la facette la plus calme (mais pas forcément la moins venimeuse) des cinq arachnides.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SCORPIONS
Live At Wacken Open Air 2006 (2007)
Lorsque l'histoire parle, on regarde




SCORPIONS
Blackout (1982)
De bruit et d'acier...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Klaus Meine (chant, guitare)
- Rudolf Schenker (guitare, sitar, chant)
- Matthias Jabs (guitare)
- Pawel Maciwoda (basse)
- James Kottak (batterie)
- Mikael Nord Andersson (guitare, mandoline, slide guitar)
- Martin Hansen (guitare, piano, harmonica)
- Hans Gardemar (piano, accordéon)
- Ola Hjelm (guitare)
- Ingo Powitzer (guitare)
- Pitti Hecht (percussions)
- Strings From Heaven (section à cordes)


1. Sting In The Tail
2. Can't Live Without You
3. Pictured Life
4. Speedy's Coming
5. Born To Touch Your Feelings
6. The Best Is Yet To Come
7. Dancing With The Moonlight
8. In Trance
9. When You Came Into My Life
10. Delicate Dance
11. Love Is The Answer
12. Follow Your Heart
13. Send Me An Angel
14. Where The River Flows
15. Passion Rules The Game
16. Rock You Like A Hurricane
17. Hit Between The Eyes
18. Drum-athenica
19. Rock 'n' Roll Band
20. Blackout
21. Still Loving You
22. Big City Nights
23. Wind Of Change
24. No One Like You
25. When The Smoke Is Going Down



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod