Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  DVD

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1593)
 Site Officiel (710)

SCORPIONS - Live In 3d (2011)
Par GEGERS le 5 Décembre 2011          Consultée 4250 fois

Faire ses adieux après plus de 40 ans de bons et loyaux services à la cause du hard rock n'est pas choses aisée, et SCORPIONS se complique la tâche en s'embarquant dans une longue tournée sur les cinq continents, ponctuée de sorties diverses et variées (album de reprises, album live). Contrairement aux deux projets précités, ce Live in 3D s'avère somme toute particulier puisqu'il s'adresse à un public restreint, équipé de lecteurs blu-ray et de téléviseurs 3D. En se vantant d'être à la pointe des nouvelles technologies, SCORPIONS se permet le luxe de laisser de côté toute une partie de ses fidèles amateurs, souvent collectionneurs de surcroît, qui ne pourront visionner ce témoignage live, capté en plein cœur de la dernière tournée du groupe.

Et pourtant, que ce live est bon ! Filmé en Allemagne (plus précisément dans la ville de Saarbrucken, fief de l'ex-batteur mythique du groupe, Herman Rarebell), ce concert prouve une nouvelle fois (la dernière ?) que les SCORPIONS sont des showmen d'exception. Certes, nous ne retrouvons pas ici la folie hard rock d'un Berlin 1991, ou l'aspect commémoratif d'un Wacken 2006. Le groupe propose un concert parfaitement ficelé du début à la fin, et ne laissant aucune place à l'improvisation. Les discours de l'emblématique Klaus Meine, la discrétion du bassiste Pawel Maciwoda, les sauts de cabri de Rudolf Schenker, la classe naturelle et le sourire omniprésent de Matthias Jabs, la folie furieuse de James Kottak, tous ces ingrédients sont ici savamment dosés, et ce show aura très probablement des airs de déjà-vu pour qui a assisté « en vrai » à l'un des concerts de la tournée d'adieu.

Reste que, filmé de façon très pro, et doté d'un son irréprochable, ce Live in 3D se fait un témoignage de qualité d'un groupe encore très en forme, comme en atteste le triptyque d'entrée, composé de « Sting in the tail », « Make it real » et « Bad boys running wild », qui prend le spectateur à la gorge. Les curieux venus voir une bande de papys chanter « Still loving you » en sont pour leurs frais. Car si les ballades sont présentes (« Send me an angel », « Holiday » interprétées lors d'un passage acoustique, « The best is yet to come » dont la participation du public l'installe de plus en plus comme un classique), le concert est avant tout un pur moment de rock. Pendant près de deux heures, SCORPIONS, loin d'économiser son énergie, se dépense sans compter, et n'omet pas de jouer ses titres les plus agressifs, « Dynamite » et « Blackout » en tête. Entrecoupés d'un solo de batterie « rétrospectif » du déjanté James Kottak, ces deux titres démontrent que si le groupe se fait forcément plus statique que par le passé (à l'exception du survolté Rudolf Schenker), la puissance et l'énergie sont toujours partie intégrante de ses concerts.

A la fin d'une deuxième moitié de show entièrement dédiée à ses classiques, et laissant un espace d'expression à Matthias Jabs qui glisse un solo-brouillon indigne de son talent, le groupe achève une première fois sont concert avec la célèbre pyramide, avant de revenir pour une série de rappels faisant la part belle aux classiques des classiques (« Still loving you », « Wind of change », « Rock you like a hurricane »), ainsi qu'à une petite cerise sur le gâteau via l'interprétation de « When the smoke is going down ».

Même en occultant totalement la folie de ses débuts, SCORPIONS prouve en cette année 2011 qu'il reste un des meilleurs groupes de hard rock sur scène. En témoigne ce live parfaitement réalisé et illustrant superbement les derniers moments d'un des fleurons du genre. Un cadeau de Noël idéal pour les fans et les novices, à condition de l'accompagner du lecteur blu-ray et téléviseur 3D adéquats...

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


UFO
Phenomenon (1974)
L'effet papillon




MSG
The 30th Anniversary Concert - Live In Tokyo (2010)
Comme un air de budokan...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Klaus Meine (chant)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Pawel Maciwoda (basse)
- James Kottak (batterie)
- Ingo Powitzer (guitare)


1. Intro
2. Sting In The Tail
3. Make It Real
4. Bad Boys Running Wild
5. The Zoo
6. Coast To Coast
7. Loving You Sunday Morning
8. The Best Is Yet To Come
9. Send Me An Angel
10. Holiday
11. Raised On Rock
12. Tease Me Please Me
13. Dynamite
14. Kottak Attack
15. Blackout
16. Six String Sting
17. Big City Nights
18. Still Loving You
19. Wind Of Chamge
20. Rock You Like A Hurricane
21. When The Smoke Is Going Down



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod