Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1592)
 Site Officiel (710)

SCORPIONS - Pure Instinct (1996)
Par GEGERS le 15 Novembre 2011          Consultée 2594 fois

Le voici donc, ce premier album réellement problématique, cette première pomme de la discorde qui divise les fans et déchaîne les passions. Car si Face The Heat n'avait pas fait l'unanimité au sein du considérable (encore pour un temps) cercle d'amateur des arachnides, voici que déboule en mai 1996 un album qui va détourner violemment et durablement les aficionados les plus « métalliques » de la musique du combo teuton. Faites entrer l'accusé, j'ai nommé Pure Instinct.

Un album mal reçu, car annoncé par Klaus Meine à l'époque comme l'album destiné à devenir le plus heavy du groupe. Et puis, EastWest et son contrat à 4 millions de dollars passèrent par là. Cédant au charme des billets verts, les rockers acceptent de mettre de l'eau dans leur vin et de s'atteler à l'écriture d'un album formaté pour séduire les radios et les masses, calibré pour plaire au plus grand nombre. Comme le veut la tradition, ce genre d'album ne plaît au final à personne, ou presque (cf le Load de Metallica sorti la même année).

C'est un fait, les années 90 n'ont pas été tendres avec les hard rockers nés dans les années 70 et 80. Les soldats tombent chacun leur tour au champ d'honneur. SCORPIONS perd pour sa part un de ses membres emblématiques, le batteur et compositeur Herman Rarebell, lassé par le rythme des tournées et désireux d'aller voir ailleurs si l'herbe y est plus verte (le bonhomme s'en ira fonder Monaco Records avec son ami le Prince Albert). Le groupe fait donc appel à un batteur de sessions, le mercenaire Curt Cress, avant d'engager définitivement le blondinet américain James Kottak, suggéré par Rarebell, et qui joue sur deux titres de l'album.

Et c'est vrai, Pure Instinct n'est pas vraiment hard rock. Enfin, l'opus est trompeur car il propose en guise d'introduction un titre à compter parmi les plus nerveux des SCORPIONS, l'excellentissime « Wild child », qui malgré ses nombreuses qualités ne survivra dans la setlist du groupe que le temps de la tournée suivante. D'autres pièces, à l'image des sympathiques « Stone in my shoe » et « Oh girl » (et ses chœurs introductifs façon Beatles), se posent en titres hard rock gentillets et tubesques, n'ayant rien à envier à un « Big city nights » des grands soirs. Des titres signés à quatre mains par la paire Schenker/Meine, qui ne feront appel à aucun compositeur extérieur pour cet album, à l'exception de la power-ballad « When you came into my life », sur laquelle interviennent deux célèbres compositeurs indonésiens.

Finalement, cet album est un peu l'album de Klaus Meine, celui qu'il aurait pu sortir s'il s'était lancé dans une carrière solo. Tout d'abord, le chanteur signe seul 3 des morceaux de l'album, et non des moindres : la mordante et envoûtante « But the best for you », ainsi que les ballades « You and I » (qui pour sa part atteindra la postérité) et la plus anecdotique « Does anyone know ». Et l'artiste de mettre en avant ses influences (cette référence aux Beatles, groupe que le chanteur adore, sur « Oh girl »), et ses capacités vocales. Car il faut bien reconnaître que Pure Instinct présente quelques unes des meilleures lignes de chant du bonhomme, ainsi que quelques envolées lyriques qui l'assoient un peu plus au sommet de la hiérarchie des chanteurs hard rock. Le hard rock, justement, se fait plus discret. Le recours aux guitares acoustiques et aux ambiances pop se fait plus présent, comme sur « Soul behind the face », « Where the river flows » ou « Time will call your name », qui malgré tout constituent des chansons d'une grande beauté, souvent dissimulée par la moindre qualité des nombreuses ballades qui parsèment l'album. A ce petit jeu, on oublie assez rapidement « Does anyone know », mais l'on s'attarde agréablement sur la prenante et sensible « When you came into my life », ainsi que sur celle qui clôture l'album, « Are you the one », magnifique pièce aérienne et délicate marquée par l'absence de toute guitare mais par une profonde richesse des sentiments déployés. Le groupe offrira plus tard ce titre à la chanteuse Bonnie Tyler, qui l'intègrera dans son répertoire sous le titre « You are the one ».

C'est vrai, Pure Instinct nécessite une grande ouverture d'esprit et de mettre de côté ses connaissances sur le groupe teuton pour être apprécié à sa juste valeur. Si on peut regretter (comme on le lui a longtemps reproché) que le groupe ait « vendu son âme » au dieu dollar, il faut reconnaître un immense talent dans ces compositions qui reflètent une personnalité (voire des aspirations ?) différentes du groupe teuton. Lorsque l'on connaît la suite, on peut trouver dans Pure Instinct une réalisation fort honorable des Allemands. Qu'on se le dise !

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MAGNUM
The Visitation (2011)
Le voyage sans fin...




SCORPIONS
Lovedrive (1979)
Scorpions mkii lance un premier boulet de canon...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Klaus Meine (chant)
- Rudolph Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Ralph Rieckermann (basse)
- James Kottak (batterie)
- Curt Cress (batterie)


1. Wild Child
2. But The Best For You
3. Does Anyone Know
4. Stone In My Shoe
5. Soul Behind The Face
6. Oh Girl (i Wanna Be With You)
7. When You Came Into My Life
8. Where The River Flows
9. Time Will Came Your Name
10. You And I
11. Are You The One ?



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod