Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ / FUSION / FUNK  |  LIVE

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Spike Jones , The United States Of America
- Membre : The Mahavishnu Orchestra , Roxy Music, King Crimson, Genesis, The Blues Brothers , Johnny "guitar" Watson , Steve Vai , Uk
- Style + Membre : Captain Beefheart
 

 Guide Frank Zappa (579)
 Guide Jazz (387)

Frank ZAPPA - In New York (1978)
Par ONCLE VIANDE le 4 Janvier 2008          Consultée 5918 fois

En 1977, Frank Zappa projetait de publier un coffret de quatre LP constitué de sources inédites. Suite à un conflit juridique, il fut dépossédé des masters que Warner publia séparément : « In New York », « Studio Tan », « Sleep dirt » et « Orchestral favorites ». C’est sous cette forme qu’elles seront chroniquées, même si le coffret « Läther » a réhabilité le projet initial.

-


Les concerts donnés au Palladium de New York ont des allures de flashback puisqu’ils reviennent à la veine musicale de 1973 / 1975. Entre temps, Zappa avait simplifié sa musique avec « Bongo fury » et « Zoot allures ». Pour autant, « In New York » n’est pas un coup de rétroviseur mais bien une forme d’apothéose.
Des prestations du 26 et 29 décembre 1976, Zappa veut faire un produit fini de très haute qualité, quitte à pratiquer l’overdub. Il fait appel à une formation élargie, dont cinq souffleurs, cinq percussionnistes et une harpiste. C’est aussi l’occasion de retrouver Ruth Underwood aux « percussions inhumaines » qui, si je ne me trompe pas, se produit ici pour la dernière fois avec Frankie.
Le programme est à la hauteur de l’entreprise. « In New York » évite soigneusement les redites avec « Roxy & Elsewhere ». Il est constitué pour un tiers de classiques du répertoire zappien largement retravaillés : « Cruisin’ for burgers », méconnaissable et splendide, ou encore « I’m the slime », « Pound for a brown », « Big leg Emma », « Sofa » et « The torture never stops ». Le reste est constitué d’inédits composés pour l’occasion ou traînant dans les cartons depuis plusieurs années. Parmi ces nouvelles pièces, le fameux « Black page », première composition pour percussions seules, taillé sur mesure pour Terry Bozzio, et qui renvoie à « Ionisations » d’Edgard Varèse. Zappa adaptera de plus en plus sa musique à la personnalité de ses musiciens (cf Vinnie Colaiuta sur « Joe’s garage »).

Le son est ample et chaud, le style plus jazz que les Mothers III en raison d’une section cuivrée imposante. L’emphase symphonique est réussie et n’enlève rien à l’empreinte funk ni à l’humour, comme le prouve le dialogue d'ouverture entre Zappa et le diable, ou l’histoire de ce détraqué de l’Illinois administrant des lavements à ses victimes ce qui, comme le dit le narrateur, « n’est pas interdit par la loi ».
Contrairement aux trois disques suivants, « In New York » bénéficie d’un packaging soigné, Zappa ayant pu choisir lui-même la pochette. On pourra pester contre la démarche mercantile de Warner, il n’empêche que cette publication séparée n’offre que des avantages. Elle propose des titres absents du coffret (quand ils ne sont pas écourtés) et nous gratifie de quarante minutes de musique supplémentaire. Elle restitue également l’ambiance du concert que « Läther » cassait par ses interruptions incessantes.

« In New York » confirme l’excellence des prestations publiques de Frank Zappa, excellence jamais démentie et reposant sur une recette immuable : le professionnalisme, l’humour et un répertoire constamment renouvelé. Une formule qui fonctionnera jusqu’à la dernière tournée « Broadway the hard way » en 1989. Du grand art.

A lire aussi en JAZZ par ONCLE VIANDE :


Frank ZAPPA
Waka / Jawaka (1972)
Jazz-rock




Frank ZAPPA
Uncle Meat (1969)
Zappa de A à...


Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
  N/A



- Frank Zappa (direction, guitare, chant)
- Ray White (guitare rhythmique, chant)
- Eddie Jobson (claviers, violon, chant)
- Patrick O'hearn (basse, chant)
- Terry Bozzio (batterie, chant)
- Ruth Underwood (percussion, synthésiseur, overdubs humainement imp)
- Don Pardo (narration sophistiquée)
- David Samuels (timpani, vibraphone)
- Randy Brecker (trompette)
- Mike Brecker (sax tenor, flute)
- Lou Marini (sax alto, flute)
- Ronnie Cuber (sax baryton, clarinette)
- Tom Malone (trombone, trompette, piccolo)
- Avec :
- John Bergamo (overdub percussions)
- Ed Mann (overdub percussions)
- Lou Anne Neill (overdub harpe)


- disque 1 :
1. Titties & Beer
2. Cruisin' For Burgers
3. I Promise Not To Come In Your Mouth
4. Punky's Whips
5. Honey, Don't You Want A Man Like Me ?
6. The Illinois Enema Bandit

- disque 2 :
1. I'm The Slime
2. Pound For A Brown
3. Manx Needs Women
4. The Black Page Drum Solo/black Page # 1
5. Big Leg Emma
6. Sofa
7. Black Page # 2
8. The Torture Never Stops
9. The Purple Lagoon/approximate



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod