Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK / FUSION  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Spike Jones , The United States Of America
- Membre : The Mahavishnu Orchestra , Roxy Music, King Crimson, Genesis, The Blues Brothers , Johnny "guitar" Watson , Steve Vai , Uk
- Style + Membre : Captain Beefheart
 

 Guide Frank Zappa (530)
 Guide Jazz (356)

Frank ZAPPA - You Can't Do That On Stage Anymore, Vol.2 (1988)
Par LE BARON le 7 Septembre 2016          Consultée 451 fois

J'ai passé beaucoup de temps, lors de la chronique du 1er volume de You Can't Do That On Stage Anymore, à expliquer le principe de cette collection : des extraits de concerts, édités de façon non chronologique, mêlant différentes époques au fil de l'écoute, parfois dans un même morceau. J'ai fini par tenter de justifier pourquoi je considère cette collection comme un ensemble d'albums studios, bien qu'il s'agisse d'enregistrements « live ». Sauf que s'agissant de ZAPPA, les choses ne sont jamais aussi simples. De fait, cet album est un vrai « Live ». Non seulement l'enregistrement provient d'un unique groupe, d'une seule tournée, mais il s'agit en plus d'un seul soir !

Nous sommes à Helsinki, en Finlande, le 22 septembre 1974. Le groupe est le même que celui du concert au Roxy, mais « allégé » : un seul batteur, pas de trombone, pas de trompette, pas de guitare rythmique, et surtout pas d'overdubs. L'enregistrement au Roxy a eu lieu plus d'un an avant, et ce qui frappe tout d'abord, c'est la façon dont les musiciens se sont appropriés les morceaux que nous connaissons déjà. Ils sont notamment capables de jouer à une vitesse phénoménale. Le « triptyque » composé de « Village Of The Sun », « Echidna'Arf Of You » et « Don't You Ever Wash That Thing ? » en est une preuve ahurissante. En dehors de l'incroyable difficulté de ces morceaux, ZAPPA impose un tempo beaucoup plus rapide. Et les musiciens de tricoter à toute vitesse, avec brio et fluidité, sans jamais qu'aucun d'entre eux ne montre des signes de fléchissement. Il faut dire qu'il s'agit sans doute d'un des meilleurs groupes de ZAPPA, ce qui n'est pas peu dire : Chester THOMPSON (futur GENESIS), Tom FOWLER (frère de Walt et Bruce, qui accompagneront également ZAPPA à différentes reprises), Napoleon Murphy BROCK, Ruth UNDERWOOD, et l'immense George DUKE. Il brillent tous par leur virtuosité et leur imagination, mais de plus, il s'amusent.

« Inca Roads », qui n'apparaîtra que sur One Size Fits All, en 1975 (avec le solo de guitare d'Helsinki), montre combien ZAPPA, si prolixe à l'époque, n'hésite pas à jouer des morceaux inédits devant son public. Et il fait bien. Cette version est simplement magistrale, y compris le solo de claviers de George DUKE qui continue à me flanquer des frissons alors que je l'ai écouté des centaines de fois. Il faut dire que George DUKE sème son groove partout. Il serait capable de me faire danser en jouant du KRAFTWERK.

La base rythmique est également époustouflante. Le batteur et le bassiste sont en osmose, et que dire de Ruth UNDERWOOD ? ZAPPA lui offre des parties magnifiques, d'autant plus que le groupe est réduit. En l'absence d'une autre guitare ou de cuivres, elle est plus qu'un pilier rythmique, elle est une part du trio harmonique et mélodique : guitare, claviers, marimba.

On est également frappé par la quantité de musique pure que joue l'orchestre. ZAPPA est incroyablement prolifique à cette époque, et n'a pas encore sombré dans la « facilité » du format des chansons (couplet, refrain, etc.). On entend aussi des premières versions de plusieurs morceaux qui ne verront le jour que plus tard dans sa discographie, soit tels quels (« Inca Roads », « Approximate »), soit radicalement différents (« Tush Tush Tush », une bêtise qui ouvre le concert devenant « A Token Of My Extreme » sur Joe's Garage).

S'il y a, comme toujours, des « histoires » racontées sur scène (« Room Service »), ZAPPA joue également avec le public à partir de la musique. Il stoppe par exemple « Approximate » après quelques mesures, et fait recommencer le morceau à ses musiciens sans instruments. D'abord avec une version vocale. Puis une autre, avec les pieds ! C'est drôle et brillant. Mentionnons également le jeu avec les différents tempi de « Montana », preuve supplémentaire de l'incroyable adaptabilité de tous.

Pour les « hard-core  maniacs», signalons « Dupree's Paradise », qui sera ultérieurement joué avec une grande platitude par l'Ensemble Intercontemporain de Pierre Boulez. La version proposée ici nous emmenant à la vitesse du son dans la stratosphère, il n'est nul besoin de de développer. Disons aussi que si ZAPPA reprendra régulièrement, des années plus tard, le « Whipping Post », des ALLMAN BROTHERS, la raison est entendu ici. Quelqu'un le demande dans le public, tout simplement. ZAPPA, qui semble ne pas connaître la chanson à l'époque, et qui en profite pour ironiser sur John CAGE, la fera jouer à différents groupes ultérieurement. Il faut dire que la correspondance avec le "Whipping Floss" de "Montana" est troublante.

L'ensemble est admirable. Faisant feu de tout bois, le groupe ingère et recycle toutes les influences musicales de ZAPPA. On a même droit à un tango finnois. Jusqu'ici, je n'en avais entendu que dans les films de KAURISMAKI. La musique est délicieusement surannée et les efforts de Napoleon Murphy BROCK pour chanter en finlandais très drôles.

Pas une seule faute de goût, pas une seule faiblesse, cet album mérite largement un 5. Et si ZAPPA s'interrogeait sur ce pour quoi ce groupe en particulier reste très aimé, je crois que la raison en est simple : il joue énormément de musique pure. Quant aux chansons, elles tirent vers le surréalisme et sont loin de toute critique sociale, de sarcasmes centrés sur le monde la musique, d'histoires de groupies.

Un très grand album.

A lire aussi en ROCK par LE BARON :


Frank ZAPPA
You Can't Do That On Stage Anymore, Vol.6 (1992)
Make a sex noise here.




Frank ZAPPA
You Can't Do That On Stage Anymore Vol.1 (1988)
Tous styles confondus


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Frank Zappa (guitare, voix)
- Napoleon Murphy Brock (saxophone, flûte, voix)
- George Duke (claviers, voix)
- Ruth Underwood (percussions)
- Tom Fowler (basse)
- Chester Thompson (batterie)


- you Can't Do That On Stage Anymore, Vol.2
1. Tush Tush Tush (a Token Of My Extreme)
2. Stinkfoot
3. Inca Roads
4. Rdnzl
5. Village Of The Sun
6. Echidna's Arf (of You)
7. Don't You Ever Wash That Thing?
8. Pygmy Twylyte
9. Room Service
10. The Idiot Bastard Son
11. Cheepnis

1. Approximate
2. Dupree's Paradise
3. Satumaa (finnish Tango)
4. T'mershi Duween
5. The Dog Breath Variations
6. Uncle Meat
7. Building A Girl
8. Montana (whipping Floss)
9. Big Swifty



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod