Recherche avancée       Liste groupes



      
ZAPPA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Spike Jones , The United States Of America
- Membre : The Mahavishnu Orchestra , Roxy Music, King Crimson, Genesis, The Blues Brothers , Johnny "guitar" Watson , Steve Vai , Uk
- Style + Membre : Captain Beefheart
 

 Guide Frank Zappa (530)
 Guide Jazz (357)

Frank ZAPPA - Ship Arriving Too Late To Save A Drowning Witch (1982)
Par LE BARON le 1er Mai 2016          Consultée 561 fois

1982. Quelques mois seulement après «You Are What You Is», Frank Zappa édite un nouvel album, plus ou moins dans la même veine.
Il est composé pour partie de morceaux enregistrés en studio, pour l'autre d'extraits de concerts. Toutes les compositions sont inédites. L'album est court, et il est difficile d'en avoir une vue d'ensemble. Il manque d'unité, ce qui est une première dans la discographie de Zappa.
On a en fait l'impression d'un album monté un peu à la va-vite, avec ce qui reste des morceaux enregistrés lors des sessions du précédent album (pourtant un double LP à sa sortie), complété par des compositions récentes, enregistrées en concert.
Peu d'unité, donc. Mais une progression. «Ship Arriving Too Late To Save A Drowning Witch» démarre à fond de cale, mais finit par prendre son envol. Il n'atteint pas toujours la stratosphère, mais une altitude plus que raisonnable.

Passons le premier morceau «No Not Now», insupportable et vain. On est dans la lignée de «You Are What You Is», en pire ! Musique de hard FM, répétitive, texte sans relief. Le travail sur les voix est certes impressionnant (on est bien dans la lignée du précédent opus), mais insuffisant pour donner un véritable relief.

Petite surprise avec «Valley Girl», que Zappa enregistre avec sa fille. Moon est charmante, elle imite parfaitement l'accent insupportable et le vide abyssal des conversations d'une jeune fille de la «valley». Et, bien sûr, Frank Zappa est fière d'elle, ils se font prendre en photo, etc. Un peu embarrassant, mais on a déjà vu ce type de comportement chez d'autres pères musiciens.
Le texte est plutôt drôle. Les stupidités enchaînées par Moon, son débit intarissable, son accent, le tout ponctué de «Oh my God» est réjouissant. C'est la musique qui est indigente. Un Riff se répétant à l'infini, vaguement relevé des interventions des chœurs, Ike Willis en tête.

Passées ces deux corvées, nous parvenons à «I Come From Nowhere», pour lequel Zappa continue d'explorer une piste, celle du chant lead dans une tonalité différente du groupe. Je suppose que Roy Estrada est au micro. La musique ne tient pas encore entièrement ses promesses, mais s'avère moins ennuyeuse que pour les précédents morceaux, notamment grâce à l'arrivée d'un chorus tendu à souhait.
Précisons, même si le livret est plutôt avare de notes, pour une fois, qu'il s'agit de prises mélangées. Art Barrow est signalé à la basse sur la première partie, puis c'est Patrick O'Hearn qui prend le relais le temps du chorus. Le solo est sans doute enregistrée en «Live», il est vraisemblable que Zappa l'ait injecté sur la chanson enregistrée en studio.

«Drowning Witch», le morceau titre, constitue le plat de résistance de l'album. On y retrouve le chant «atonal» de Zappa, des paroles rappelant les séries B qu'il adore, la musique qui l'accompagne est brillante et cartoonesque.
Au bout de 2 minutes, le morceau prend véritablement son envol, avec une magnifique partie de percussions.
Zappa a beaucoup écrit pour les percussions à clavier : le marimba, bien sûr, mais également le vibraphone ou le glockenspiel. Ed Mann passe de l'un à l'autre avec aisance, enchaînant ce que les musiciens classiques appelleraient sans doute des traits d'orchestre. Avec aisance, fluidité et une certaine jubilation.
Vient ensuite un Chorus de guitare, plutôt aérien. On y entend des réminiscences de «Shut Up», par le lyrisme déployé.
Un passage de guitare, de nouveau doublé par Ed Mann, qui amène un nouveau solo. S'agit-il d'une autre prise, d'un autre soir, voire d'un autre morceau ? C'est probable. Zappa aime brouiller les pistes, au sens propre comme au sens figuré.

Les deux derniers morceaux de l'album sont également bons, même moins brillants que «Drowning Witch».
«Enveloppes», d'abord : pièce pour guitare, synthétiseur, marimba. Les synthétiseurs sont peut-être un peu trop présents, leur son n'a pas forcément bien vieilli. Mais Zappa semble revenir à l'écriture pour orchestre, et on lui en sait gré. L'ensemble est beau, pur, couinements compris, et démontre sa grande maîtrise de la direction d'orchestre. On pense à des œuvres qui restent des pépites dans son œuvre, type « RDNZL », avec, peut-être, un peu moins de lyrisme.

« Teen-Age Prostitute », qui clôt l'album, mélange l'écriture musicale et ce qui est devenu la règle en matière de voix : l'hystérie. C'est un morceau de très bonne facture, même s'il est plus simple. Il relève le début de l'album, plutôt désastreux.

Dans l'insupportable lignée de «You Are What You Is» pour sa première partie, «Ship Arriving Too Late To Save A Drowning Witch» est sauvé par la deuxième. «Music, music !», comme l'exprime Zappa lui-même pour évoquer ses compositions sans paroles. On a beau aimer son ironie et son côté sardonique, c'est bien dans la musique qu'il révèle le meilleur de lui-même.
Un bon antidote au précédent album.

A lire aussi en ROCK par LE BARON :


Frank ZAPPA
You Can't Do That On Stage Anymore, Vol.6 (1992)
Make a sex noise here.




Frank ZAPPA
The Best Band You Never Heard In Your Life (1991)
Bonheur cuivré.


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Frank Zappa (lead guitar, vocals)
- Steve Vail (impossible guitar parts)
- Ray White (rhythm guitar, vocals)
- Tommy Mars (keyboards)
- Bobby Martin (keyboards, sax & vocals)
- Ed Mann (percussion)
- Scott Thunes (bass)
- Arthur Barrow (bass)
- Patrick O'hearn (bass)
- Chad Wackerman (drums)
- Roy Estrada (vocals)
- Ike Willis (vocals)
- Bob Harris (vocals)
- Lisa Popiel (vocal on 'teen-age prostitute')
- Moon Zappa (vocal on 'valley girl')


- ship Arriving Too Late To Save A Drowning Witch
1. No Not Now
2. Valley Girl
3. I Come From Nowhere
4. Drowning Witch
5. Enveloppes
6. Teen-age Prostitute



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod