Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Spike Jones , The United States Of America
- Membre : The Mahavishnu Orchestra , Roxy Music, King Crimson, Genesis, The Blues Brothers , Johnny "guitar" Watson , Steve Vai , Uk
- Style + Membre : Captain Beefheart
 

 Guide Frank Zappa (608)

Frank ZAPPA - Meets The Mothers Of Prevention (1985)
Par LE BARON le 18 Juin 2016          Consultée 762 fois

Ceci est la chronique de la réédition en CD d'un disque de 1985. Initialement, il s'agissait d'un vinyle dont la version américaine différait de la version européenne. Certains morceaux étaient présents sur une version, pas sur l'autre, et réciproquement. Le CD reprend l'intégralité des deux versions.

The Mothers Of Prevention, c'est ainsi que Frank ZAPPA appelle le PMRC*. Constitué de femmes de sénateurs américains, il s'agit d'un comité parti en croisade, au début des années 80, contre certains groupes de rock ou de rap suspectés de pervertir la jeunesse. Ce comité s'est entre autres rendu célèbre en donnant une liste de 15 chansons jugées particulièrement dangereuses. PRINCE, DEF LEPPARD, VENOM (haha ! VENOM !), MADONNA, CINDY LAUPER et j'en passe sont ainsi visés pour oser parler de masturbation, de drogue, d'alcool, du Diable, que sais-je encore ? Frank ZAPPA a témoigné devant une commission du sénat pour tenter de défendre les musiciens contre cette tentative de censure. Cela sera un demi-succès. Les albums jugés « dangereux » devront porter le désormais célèbre « Parental Advisory ». En revanche, ils ne seront pas masqués, comme cela était envisagé et les disquaires n'auront pas à s'acquitter d'une taxe pour pouvoir les vendre.

« Porn Wars », qui ouvre l'album, est un morceau enregistré à partir du Synclavier. ZAPPA y ajoute des interventions de sénateurs ou de lui-même lors de son audition au sénat. Il malaxe les voix, les triture, fait réagir ses musiciens. L'ensemble est très réussi, à la fois drôle et glaçant. ZAPPA, qui a toujours dénoncé, par le biais de l'humour, les travers du pouvoir, pose ici un véritable acte politique. Les sénateurs sont ridicules tant leurs arguments sont faibles. Ils sont de mauvaise foi, et usent de la connivence avec leurs affidés plutôt que du raisonnement. ZAPPA prend sa revanche par son disque, faisant même intervenir « Thing-Fish » en plein milieu du morceau. Une réussite, et une sorte de retour aux sources des expériences sonores des années soixante. Voilà pour le PMRC, qui a pris beaucoup de temps à ZAPPA (un seul album en 1985, c'est très peu!). Finissons sur ce sujet en disant juste que le comble du ridicule atteint par le PMRC sera avec ZAPPA lui-même. L'album Jazz From Hell, que ZAPPA publiera l'année suivante aura droit au fameux sticker. C'est très fort, pour un album ne contenant strictement aucune parole !

Le reste de l'album est composé de morceaux joués au Synclavier ou enregistrés avec ses musiciens habituels : Ike Willis, Ray White, Steve VAI, etc. Et il y a quelques bonnes surprises.

« We're Turning Again » est une charge acide et ravageuse contre les hippies dont ZAPPA s'est toujours beaucoup moqué. Les chanteurs s'en donnent à cœur-joie, la musique est brillante, drôle, enlevée. On a l'impression de retrouver enfin ZAPPA après les sorties plus ou moins catastrophiques de l'année 1984.

Coté morceaux instrumentaux, « Alien Orifice » est de belle facture, et « What's New In Baltimore » très beau. Un peu comme « Sinister Footwear », l'orchestre se déploie autour d'un arpège faussement simple qui se développe jusqu'à atteindre un certain lyrisme.

Signalons également « I Don't Even Care » pour les retrouvailles avec Johnny « Guitar » Watson, musicien très apprécié de ZAPPA depuis toujours et déjà entendu sur de précédents albums.

Je suis moins intéressé par le Synclavier, même si je reconnais qu'en dehors de « Porn Wars », « Aerobics In Bondage », par exemple, peut valoir l'écoute. ZAPPA semble avoir progressé dans sa pratique de « l'instrument » depuis Thing-Fish ou le pénible Francesco Zappa. Ce qui reste par moments moins réussi, c'est lorsque le compositeur donne l'impression de n'utiliser son nouveau gadget que comme outil de virtuosité, tout à son plaisir très personnel de créer une musique injouable autrement.

Un album intéressant, pour son ouverture bien sûr, mais qui montre également une sorte de regain de créativité de ZAPPA.

*Parents' Music Resource Center

A lire aussi en ROCK par LE BARON :


Lou REED
Coney Island Baby (1976)
Rock




Lou REED
Perfect Night : Live In London (1998)
Rock


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



Non disponible


- frank Zappa Meets The Mothers Of Prevention
1. Porn Wars
2. We're Turning Again
3. Alien Orifice
4. Aerobics In Bondage
5. I Don't Even Care
6. Little Beige Sambo
7. What's New In Baltimore ?
8. One Man, One Vote
9. H.r. 2911
10. Yo Cats



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod