Recherche avancée       Liste groupes



      
SEXE ET CANICHES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Spike Jones , The United States Of America
- Membre : The Mahavishnu Orchestra , Roxy Music, King Crimson, Genesis, The Blues Brothers , Johnny "guitar" Watson , Steve Vai , Uk
- Style + Membre : Captain Beefheart
 

 Guide Frank Zappa (541)
 Guide Jazz (364)

Frank ZAPPA - You Can't Do That On Stage Anymore, Vol.6 (1992)
Par LE BARON le 15 Novembre 2016          Consultée 361 fois

Dernier album de la série, ce volume de YCDTOSA est à mes oreilles un des plus aboutis, bien que construit presqu’entièrement autour des chansons les plus scabreuses de ZAPPA, c’est-à-dire les plus provocantes pour la morale WASP (on pourrait dire bourgeoise) et les moins intéressantes dans leur forme musicale. Alors bien sûr, ce n'est pas le ZAPPA que je préfère. Mais ce qui donne tout son intérêt à l'objet est ailleurs. En fait, il ne s'agit plus de proposer de simples extraits « Live », mais de mettre en abyme le personnage ZAPPA, ce musicien qui aura connu davantage de succès pour ses provocations que que pour son immense talent de compositeur.

En compilant autant de chansons sur la sexualité plus ou moins délirante de ses musiciens (qui restent la matière première de son observation), ZAPPA tend un miroir à son public. Redisons en effet que beaucoup de gens sont allés voir ZAPPA, et ce dès les premiers MOTHERS, non pour entendre une musique novatrice, jouée par d’excellents musiciens, mais pour assister au spectacle d’une bande de freaks dont on pouvait espérer qu’il seraient drôles, et surtout choquants ! Cela est caractéristique de ce qui a formé en grande partie le succès de ZAPPA, l’idée qu’il était un type bizarre ayant des comportements marginaux. C'est ce personnage qui est ici mis en avant.

ZAPPA ne se contente toutefois pas d'enchaîner les grivoiseries. Deux moments significatifs sont mis en valeur entre promesses de ne pas montrer son zob (« The M.O.I . Anti-Smut Loyalty Oath », qui fait suite à la provocation de Jim MORRISSON), reniflement de petites culottes jetées sur scène (« The Madison Panty-Sniffing Festival »), histoires de poupées gonflables ("Lonely Person Devices", qui introduit « Ms Pinky », si l'on peut dire) et viol avec poire à lavement (« The Illinois Enema Bandit »).

Le premier de ces moments, c'est « Is That Guy Kidding or what ? ». Prenant Peter FRAMPTON en exemple, (ce dernier a tout de même osé sortir un album appelé « I'm In You », la grande classe!), ZAPPA tente d'expliquer à son public que le rock est un leurre absurde, et qu'il est ridicule de le prendre au sérieux. Mais il n'est à l'évidence pas entendu, la meilleure preuve étant que des membres du public portent le fameux tee-shirt « Disco Sucks » (nous sommes en 1977) comme si le rock était plus... sérieux. Ce décalage entre la vision de ZAPPA du monde du rock et celle du public semble du coup tourner à l'incompréhension. ZAPPA, lucide, nous donne alors la suite qui convient à ce malentendu. Puisque le public n'est pas assez mature, ou simplement amateur de musique, ZAPPA en prend son parti et pousse le trait. Il compose « I Have Been In You ».

La deuxième charnière du disque, c’est le morceau « Thirteen ». ZAPPA commence par en expliquer la signature rythmique : 13 temps, divisés en un 5/8 et un 4/4. Si ce type de rythmique est très courant chez ZAPPA, il est assez éloigné du 4/4 habituel du rock qui, disons-le en passant, est une musique particulièrement pauvre en matière de rythme. Bref. « Thirteen » permet à SHANKAR d’entamer un beau solo de violon, suivi par ZAPPA à la guitare, sur un accompagnement très dépouillé. Et l’on entend le public hurler, non de contentement, mais d’excitation ? D'ennui ? Les deux ? Il apparaît en tous cas évident que personne n’écoute, tout simplement parce-qu'il s'agit de « vraie » musique. Le public attend attend plutôt la prochaine obscénité/provocation du moustachu.

Alors ZAPPA y va à fond : Sexe, dépravation, négation de tout sentiment humain. Les femmes sont évidemment très malmenées, et, là encore, le public en redemande. « Crew Slut » est à ce propos particulièrement révélatrice. Encore une histoire de groupie ? Oui, mais chanté avec un immense cynisme. Que la vie sur la route soit prétexte à des rencontres d’un soir, cela fait partie du mythe du rock. Mais parler – littéralement – de la salope de l’équipe, cela manque tout de même un peu de distinction. ZAPPA voit les hommes comme des mâles perpétuellement en rut et les femmes comme des proies. Et le public en redemande encore !

Il y a d'ailleurs eu très peu de musiciennes pour accompagner ZAPPA. En dehors de la très grande Ruth UNDERWOOD aux percussions, on peut mentionner Lisa POPEIL faisant une (ré)apparition. Nous l'avons déjà entendue dans « Teenage Prostitute », sur Ship Arriving Too Late. Encore un titre pas très fleur bleue... Bianca THORNTON, au chant et aux claviers, est tout à fait convaincante dans sa version de « Wind Up Workin’ In A Gas Station ». Or, non seulement elle ne fera que passer, mais ce qui constitue un des très bons morceaux de l'album est détruit par son enchaînement avec « Make A Sex Noise », un moment de participation du public qui n’est quand même pas terrible, puisqu’il ne s’agit que de faire monter des femmes sur scène pour simuler des orgasmes. On est plus proche du vestiaire que de la grande musique.

Drôle d'album. Le plaisir d'entendre toutes ces excellentes formations est évident. La mise en forme est révélatrice de la maîtrise de ZAPPA en tant que directeur artistique, qui ne se contente pas d'aligner les morceaux, mais qui donne un sens à l'ensemble, et semble en profiter pour régler quelques comptes avec une partie de son public. Donnons un dernier exemple : sur « Dirty Love », brillamment exécutée, ZAPPA profite de la mention du caniche* pour faire battre des mains les spectateurs, leur balançant, avec ironie : « Little paws, stickin'up** ! ». La voilà, la révélation de ce 6ème volume: ZAPPA nous fait l'honneur de nous dire ce qu'il pense de nous, son public. Et c'est assez clair. Nous ne sommes rien d'autre que des caniches.



*Le caniche est très important dans la « continuité conceptuelle » de ZAPPA. A ce sujet, je ne peux que recommander le très gros bouquin de Ben Watson : « Frank Zappa’s Negative Dialectic Of Poodle Play », une somme d’érudition hilarante qui crée des liens entre ZAPPA, Adorno, ou Joyce. Un régal, malheureusement pas encore traduit en français, à ma connaissance.

**Soit à peu près :  « Levez vos petites pattes ! ».

A lire aussi en ROCK par LE BARON :


Lou REED
Ecstasy (2000)
Sexe et caniches




Frank ZAPPA
The Best Band You Never Heard In Your Life (1991)
Bonheur cuivré.


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Frank Zappa (guitare, voix, synthétiseur)
- Mark Volman (voix)
- Howard Kaylan (voix)
- Lisa Popeil (voix)
- Denny Walley (guitare slide, voix)
- Ike Willis (guitare, voix)
- Adrian Belew (guitare, voix)
- Ray White (guitare, voix)
- Warren Cucurullo (guitare)
- Steve Vai (stunt guitar)
- Mike Keneally (guitare, synthétiseur, voix)
- Patrick O'hearn (basse, voix)
- Jeff Simmons (basse)
- Arthur Barrow (basse)
- Scott Thunes (basse, mini-moog)
- Tom Fowler (basse)
- Bob Harris (claviers, voix)
- Bianca Thornton (claviers, voix)
- Peter Wolf (claviers)
- Allan Zavod (claviers)
- George Duke (claviers)
- Tommy Mars (claviers)
- Ian Underwood (claviers, saxophone alto)
- Albert Wing (saxophone ténor)
- Napoleon Murphy Brock (saxophone, voix)
- Paul Carman (saxophones alto, soprano, baryton)
- Bruce Fowler (trombone)
- Walt Fowler (trompette, bugle, synthétiseur)
- Kurt Mcgettrick (saxophones baryton et basse, clarinette contrebass)
- Jean-luc Ponty (violon)
- Shankar (violon)
- Ralph Humphrey (batterie)
- Vinnie Colaiuta (batterie)
- Aynsley Dunbar (batterie)
- Terry Bozzio (batterie)
- Chad Wackerman (batterie)
- Ed Mann (percussions)


- you Can't Do That On Stage Anymore, Vol.6
1. The M.o.i. Anti-smut Loyalty Oath
2. The Poodle Lecture
3. Dirty Love
4. Magic Fingers
5. The Madison Panty-sniffing Festival
6. Honey, Don't You Want A Man Like Me?
7. Father O'blivion
8. Is That Guy Kidding Or What?
9. I'm So Cute
10. White Person
11. Lonely Person Devices
12. Ms. Pinky
13. Shove It Right In
14. Wind Up Workin' In A Gas Station
15. Make A Sex Noise
16. Tracy Is A Snob
17. I Have Been In You
18. Emperor Of Ohio
19. Dinah-moe Humm
20. He's So Gay
21. Camarillo Brillo
22. Muffin Man

1. Nyc Halloween Audience
2. The Illinois Enema Bandit
3. Thirteen
4. Lobster Girl
5. Black Napkins
6. We're Turning Again
7. Alien Orifice
8. Catholic Girls
9. Crew Slut
10. Tyrin' To Grow A Chin
11. Take Your Clothes Off When You Dance
12. Lisa's Life Story
13. Lonesome Cowboy Nando
14. 200 Motels Finale
15. Strictly Genteel



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod