Recherche avancée       Liste groupes



      
ZAPPA  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Spike Jones , The United States Of America
- Membre : The Mahavishnu Orchestra , Roxy Music, King Crimson, Genesis, The Blues Brothers , Johnny "guitar" Watson , Steve Vai , Uk
- Style + Membre : Captain Beefheart
 

 Guide Frank Zappa (532)
 Guide Jazz (358)

Frank ZAPPA - You Are What You Is (1981)
Par LE BARON le 4 Mai 2016          Consultée 641 fois

Peu après Shut Up 'N Play Yer Guitar, qui portait si bien son nom, Frank ZAPPA revient... à la chanson !
Son précédent album, uniquement composé de soli de guitare, était présenté comme une réponse à des critiques sur ses bavardages et ses obscénités. Il y exposait sa virtuosité, mais surtout son talent de compositeur. Voilà qu'il revient au format précédent.

Des chansons, donc, avec tout d'abord un immense travail réalisé sur les voix. ZAPPA a toujours aimé les chanteurs. Et comme dans le doo-wop, qu'il adore, il s'est entouré de différentes tessitures. On retrouve Bob Harris, Ike Willis, Ray White, et lui-même. Il continue de parfaire sa technique en studio : il enregistre bien sûr les différentes voix séparément, puis les double, triple, quadruple, rajoute des cris, des voix stupides déclamant des imbécillités. Cela enrichit la texture des morceaux, tout en les rendant parfois à la limite du roboratif, surtout lorsque la musique - notamment certains riffs de guitare – est répétitive. Les différents effets et le travail sur le son ne suffisent pas toujours à masquer une simplicité à la limite de l'indigence.

Chansons, donc, moqueries, dérision. Les Teenagers, bien sûr, mais également les routiers ("Harder Than Your Husband"), une éditorialiste moralisatrice ("Society Pages"), l'obsession de l'apparence sur "I'm A Beautiful Guy" et "Beauty Knows No Pain", les télévangélistes et leur goût pour l'argent dans "Heanvenly Bank Account". Tout cela est très californien. Cela s'entend dans les textes, mais également dans la prise de son. A chaque fois que j'entends cet album, je pense à Christopher CROSS. Après qu'il ait ait avalé pas mal de speed. C'est particulièrement vrai dès le premier morceau "Teen-age Wind". ZAPPA y décrit les préoccupations du teenager moyen. Et quelles sont-elles ? Trouver un moyen d'aller au concert du GRATEFUL DEAD, sniffer de la colle. Entonner un refrain qui pourrait être libertaire si le teenager en question avait un cerveau, mais qui devient, sous les sarcasmes de ZAPPA : "Free is when you don't have to pay for nothing or do nothing, we want to be free, free as the wind". La révolution n'est pas complètement en marche... Quand à la musique, elle est soignée, propre et nette, à la limite du fade, en tous cas taillée pour les radios. On dirait vraiment, après les "Shut Up", une tentative de revenir au succès commercial.

Il y a par ailleurs des prises de position qui étonnent par le ton employé. ZAPPA est particulièrement sérieux lorsqu'il parle de drogue sur "Charlie's Enormous Mouth" ou "Any Downers". Il s'est toujours élevé contre son usage, pour lui comme pour son entourage. Pas le genre à fumer un joint ou sniffer un rail avant de monter sur scène, sa musique est trop exigeante pour pouvoir être jouée autrement que "straight". Mais le ton employé ici semble moralisateur, ce qui est pour le moins étonnant venant d'un iconoclaste. Rassurez-vous, on n'arrive pas au ridicule d'"Aux Enfants de la Chance".

"Dumb All Over" peut également surprendre, notamment chez un américain. Si ZAPPA aime s'attaquer à toutes les institutions, y compris les nombreuses églises présentes aux États-Unis, il nous délivre carrément une charge athée: après avoir démontré la stupidité de l'homme, il rappelle que si Dieu nous a fait à son image, il l'est donc lui même. Dieu est un crétin, et peut-être même qu'il est un peu laid sur les bords, le tout sur un riff particulièrement enlevé et efficace. "I don't Wanna Get Drafted", qui clôt l'album, est plus proche de ce que nous connaissons. S'il est évident que ZAPPA est contre le service militaire, il ne le dit pas directement. Il préfère se moquer de la réaction pour le moins hystérique du teenager moyen – encore lui ! - lorsqu'il apprend qu'il doit partir. C'est assez brillant, et très drôle.

Toutes ces chansons laissent, il faut bien le dire, peu de place à la musique. Les riffs sont impeccables, la production également. So what ? Seules incursion hors de la chanson pour radios FM, "Theme From The 3rd Movement of Sinister Footwear" est un chorus de guitare. Mouaif. Son intérêt est qu'il est doublé par Ed Mann aux percussions à clavier. Cela suffit-il ? Pas sûr. Un passage de "Jumbo Go Away", comme sorti de nulle part, vaut aussi le détour. On y retrouve, le temps de quelques mesures, une vrai composition qui aurait mérité d'être développé à part plutôt qu'entre deux sanglots crétins de Jumbo. Idem pour le court solo de "If Only She Woulda".

Pour les amateurs, on glane également, au gré des morceaux, des éléments de "continuité conceptuelle" qui les raviront. Je pense par exemple au "Kinda Young, Kinda Wow" dans "Charlie's Enormous Mouth", et à l'annonce de "Thing Fish" et de son ambigüité raciale dans "You Are What You Is". A noter également, la participation de deux enfants ZAPPA (Moon et Ahmet), et le passage de quelques anciens comparses : Motorhead Sherwood et Jimmy Carl Black (The Indian Of The Group).

Un album dispensable, donc, sauf pour les amateurs qui l’achèteront de toutes façons, et pour les archivistes du son, qui s'attacheront à lui pour sa coloration sonore californienne des années 80.

A lire aussi en ROCK par LE BARON :


Lou REED
Magic And Loss (1992)
Inspiré par le crabe.




Frank ZAPPA
You Can't Do That On Stage Anymore Vol.1 (1988)
Tous styles confondus


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Frank Zappa (lead guitar and vocals)
- Ike Willis (rhythm guitar ans vocals)
- Ray White (rhythm guitar ans vocals)
- Bob Harris (boy soprano and trumpet)
- Steve Vai (strat abuse)
- Tommy Mars (keyboards)
- Arthur Barrow (bass)
- Ed Mann (percussion)
- David Ocker (clarinet and bass clarinet)
- Motorhead Sherwood (tenor sax and guest vocalist)
- Denny Walley (slide guitar and guest vocalist)
- David Logeman (drums)
- Craig 'twister' Stewart (harmonica)
- Jimmy Carl Black (guest vocalist)
- Ahmet (guest vocalist)
- Moon (guest vocalist)


1. Teen-age Wind
2. Harder Than Your Husband
3. Doreen
4. Goblin Girl
5. Theme From The 3rd Movement Of Sinister Footwear
6. Society Pages
7. I'm A Beautiful Guy
8. Beauty Knows No Pain
9. Charlie's Enormous Mouth
10. Any Downers ?
11. Conehead
12. You Are What You Is
13. Mudd Club
14. The Mek Shall Inherit Nothing
15. Dumb All Over
16. Heavenly Bank Account
17. Suicide Chump
18. Jumbo Go Away
19. If Only She Woulda
20. Drafted Again



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod