Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  COMPILATION

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1563)
 Site Officiel (688)

SCORPIONS - Best (1999)
Par GEGERS le 27 Février 2012          Consultée 2172 fois

Je parlais, dans ma chronique du best of Deadly Sting, de l'indigence ostentatoire des compiles de supermarché, qui servent simplement à ramener un peu de pognon dans la besace des maisons de disques : coûts de production proches de zéro, rendement maximum. Ces compiles, qui poussent à foison dans les rayons CD (s'il en reste encore) de Casino et Auchan, peuvent être de deux types : la compile officieuse, publiée sans que le groupe n'ait été impliqué dans le projet, le plus souvent par les anciens labels du groupe en question, si celui-ci a bénéficié durant sa carrière d'un certain succès commercial. Et puis il y a la compile officielle, que le groupe choisit de sortir pour des raisons historiques (changement de line-up, d'orientation musicale...) ou contractuelles, afin de boucler un contrat devenu embarrassant ou peu lucratif.
Dans ce cas précis, il semblerait plus juste d'invoquer le prétexte « fin de cycle ». En effet, en 1999, SCORPIONS vient tout juste de signer chez EMI, qui publiera également l'album Moment of Glory avant que le groupe ne s'en aille voir chez Sony-BMG si l'herbe est plus verte (et ne constate, par la même occasion, que le statut de pre-retraité du hard rock est relativement précaire). Affaibli par un album qui lui a (encore) fait perdre quelques fans supplémentaires et avoir frôlé le split, le groupe commence son lent et laborieux processus de renaissance. Première étape : tenter de renouer avec la ménagère, celle qui passait au début de la décennie le plumeau tout en battant la mesure de « Wind of change » et qui, bien sûr, s'en va tous les samedis faire ses courses au supermarché ! Entre le détergent et les steaks hachés premier prix, notre bonne ouvrière d'intérieure place délicatement dans son caddie ce petit album sans prétention, ce petit plaisir qui pimente le quotidien.

Au menu donc, un gros gâteau : des tubes, des tubes et encore des tubes, que je ne vous ferai pas l'affront d'énumérer ici. Tout juste peut-on saluer la présence (presque incongure) du timide « I'm going mad », extrait de premier album du groupe qui se voit ici curieusement calé entre une version live d' « In trance » extraite du Tokyo Tapes et le brûlot « He's a Woman – She's a Man », seuls rescapés de la période pré-Lovedrive.

En résumant la carrière des SCORPIONS avec 17 petits morceaux, EMI passe à côté de quelques succès commerciaux, dont le pourtant indispensable « Big city nights » qui passe ici à la trappe. Inutile de dire que ce gâteau ne serait d'aucun intérêt sans la cerise qui aguiche l'œil et séduit le chaland. Cette cerise, c'est l'inédit « Love si blind », titre mid-tempo énergique au riff entraînant et aux paroles mutines. Signé Herman Rarebell, ce morceau est issu des fonds de tiroirs des années 80, et voit le batteur, cœur d'artichaut notoire, se morfondre sur ses déceptions amoureuses, jurant à qui veut l'entendre qu'on ne l'y reprendra plus. Inutile de dire que ce titre, même s'il n'atteint pas des sommets de composition, reste un bon cru, et une pièce indispensable du puzzle SCORPIONS pour tout fan qui se respecte.
Donc, chères ménagères, si vous en avez l'occasion, volez la cerise et laissez de côté ce gâteau indigeste qui ne vaudra jamais plus qu'une compile de faces B de Bernard Menez. « Love is blind » nous dit ce bon vieux Herman. Lorsque l'on claque 15 balles pour une compile approximative et incomplète, ce dicton prend alors tout son sens ! Merci Auchan !

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SCORPIONS
Blackout (1982)
De bruit et d'acier...




MSG
In The Midst Of Beauty (2008)
Retour vers le futur


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Klaus Meine (chant)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Herman Rarebell (batterie)
- Francis Buchholz (basse)
- Michael Schenker (guitare)
- Uli Jon Roth (guitare)
- Wolfgang Dziony (batterie)
- Rudy Lenners (batterie)
- Lothar Heimberg (basse)


1. Loving You Sunday Morning
2. Rock You Like A Hurricane
3. Wind Of Change
4. Is There Anybody There?
5. Holiday
6. Rhythm Of Love
7. Passion Rules The Game
8. Still Loving You
9. No One Like You
10. Another Piece Of Meat [live]
11. In Trance [live]
12. I'm Goin' Mad
13. He's A Woman, She's A Man
14. Love Is Blind
15. Always Somewhere
16. Make It Real
17. Send Me An Angel



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod