Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (3 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1972 Lonesome Crow
1974 Fly To The Rainbow
1975 In Trance
1976 Virgin Killer
1977 Taken By Force
1978 Tokyo Tapes
1979 Lovedrive
1980 Animal Magnetism
1982 Blackout
1984 Love At First Sting
1985 World Wide Live
1988 Savage Amusement
1990 Crazy World
1993 Face The Heat
1995 Live Bites
1996 Pure Instinct
1999 Eye To Eye
2000 Moment Of Glory
2001 Acoustica
  Acoustica
2004 Unbreakable
2007 Humanity - Hour 1
  Live At Wacken Open Air ...
2010 Sting In The Tail
2015 Return To Forever
2022 Rock Believer
 

- Style : Bon Jovi, Whitesnake, Dokken, Judas Priest, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Mad Max, Second Reign
- Membre : Rock Wolves, Harald Grosskopf , Phantom V, The Seeing Tree , Eloy, Wallenstein, Dreamtide, Ufo, Kingdom Come, Kottak, Uli Jon Roth , Michael Schenker
- Style + Membre : Herman Rarebell , Electric Sun, Msg
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (2231)
 Site Officiel (1315)

SCORPIONS - Lovedrive (1979)
Par ELK le 21 Novembre 2022          Consultée 279 fois

Le fantastique live Tokyo Tapes a été la fin de la période Uli John Roth chez SCORPIONS, ce dernier ayant choisi d’embarquer sa guitare virtuose, son amour de Jimmy HENDRIX ainsi que ses aspirations néo-classiques vers d’autres contrées. Pour le remplacer, après avoir cherché bien loin ce qui était à portée de main, le groupe recrute le jeune et talentueux Matthias Jabs, guitariste moins flamboyant mais qui fera parfaitement le job durant les 43 années qui suivront !
Je vous passe les épisodes rocambolesques des allers et retours du fantasque frère de Rudolf Schenker (un certain Michael pour les connaisseurs), qui pose quand même sa (belle) patte sur trois morceaux de l’album et on se concentre sur ce formidable Lovedrive.

Commençons par cette pochette saisissante qui a notamment attiré l’œil de cohortes d’adolescents prépubères (dont votre serviteur). Son humour bien teuton annonce cependant mal la dimension impitoyable de ce qui nous attend : un Hard-Rock racé et implacable qui installe d’emblée le groupe dans une nouvelle dimension. Fini, les relents psychédéliques et progressifs ainsi que les compromis stylistiques qui atténuaient un peu l’impact des disques de la période antérieure (à l’exception du fantastique Taken By Force). Cette fois-ci, le groupe sait parfaitement où il va et il est remarquablement mis en scène par la production limpide de Dieter Dierks.
En guise de tour de chauffe, "Loving You Sunday Morning" annonce parfaitement la couleur : des textes bien machos et sans fioriture, une structure rythmique implacable, pilotée par la flying V de Rudolf et quelques jolies saillies guitaristiques en solo. La formidable voix de Klaus fait le reste et entonne ses célèbres Ouh, Ah, papapapapapa (c’est à peu près çà). Et dire que c’est peut-être le titre le plus faible de l’album, car la suite va nous terrasser !
SCORPIONS se fait très lourd et bien Heavy avec "Another Piece of Meat", morceau délicat et poétique au texte fleuri (blague) sur lequel virevolte la guitare virtuose de Michael ou avec l’implacable "Can’t Get Enough" du même acabit et tout aussi jouissif. En à peine moins speed, "Lovedrive" est un titre formidable qui met parfaitement en valeur la capacité du groupe à nous concocter des chansons bien lourdes, mais rendues accessibles par la netteté du jeu des musiciens et leur capacité à pondre des refrains imparables.
Que dire de l’instrumental "Cost to Coast", impressionnant de maîtrise (quel son de guitare !), et de "Is There Anybody Out There", premier reggae-rock de l’histoire qui passe tout seul malgré son rythme improbable ? Restent deux joyaux : "Always Somewhere", l’incontournable et magnifique balade, qui annonce plus que tout autre le firmament (dans les charts) qu’atteindra "Still Loving You". J’ai gardé pour la fin "Holidays", fomidable composition à la "Stairway to Heaven" qui brille tant par sa mélodie de départ que par sa brusque et magnifique accélération dont je ne me suis jamais lassé.

Cet album inaugure parfaitement l’entrée du groupe dans une nouvelle ère, celle d’une efficacité croissante, des succès à la pelle, mais d’une musique moins libre et aventureuse et plus formatée. Lovedrive a le charme de cette période intermédiaire où les surprises étaient encore possibles et la recherche du 'tube' moins grossière que dans la période suivante. Rien que pour cela, ma note réelle de 4,5 se transforme en un beau 5.

A lire aussi en HARD ROCK par ELK :


KING'S X
Out Of The Silent Planet (1988)
Une première offrande superbe




KING'S X
Gretchen Goes To Nebraska (1989)
Voyage en pays enchanté


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   ELK

 
   (2 chroniques)



- Klaus Meine (chant)
- Francis Buchholz (basse)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Herman Rarebell (batterie)
- Michael Schenker (guitare)


1. Loving You Sunday Morning
2. Another Piece Of Meat
3. Always Somewhere
4. Coast To Coast
5. Can't Get Enough
6. Is There Anybody There?
7. Lovedrive
8. Holiday



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod