Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1530)
 Site Officiel (666)

SCORPIONS - In Trance (1975)
Par GEGERS le 31 Janvier 2011          Consultée 3855 fois

La principale force de SCORPIONS (outre sa musique bien entendu) a toujours été sa capacité à donner des concerts de qualité, à jouer chaque show comme s'il était le dernier. Que ce soit devant 20 ou 200 000 personnes, le groupe est toujours parvenu à véhiculer cette énergie du live qui sied si bien aux artistes hard rock et est si importante à leurs yeux. C'est cette capacité à captiver les foules et à leur communiquer son énergie qui a permis à SCORPIONS de rencontrer celui qui allait devenir son sixième membre, le producteur Dieter Dierks. C'est après un concert donné par le groupe en Allemagne dans un gymnase devant 60 spectateurs que Dierks leur propose de produire leur troisième album alors en préparation, In Trance.

In Trance, c'est tout d'abord une pochette, la première d'une longue série à faire l'objet d'une censure dans plusieurs pays. Cachez ce sein que je ne saurais voir... Mais si la chair est dissimulée, le magnétisme animal de la photo de couverture n'en est pas pour autant amoindri. La guitare, objet du désir, se fait porteuse d'un plaisir sexuel à faire passer pour frigides les bimbos siliconées qui peuplent les pages des magazines masculins... Mais la guitare se fait aussi porteuse d'une énergie sauvage, brute. En deux mots : hard rock ! Sous l'impulsion de Dieter Dierks, SCORPIONS délaisse en effet les influences psychédéliques de ses deux albums passés pour proposer un rock mordant et rageur. En témoigne le riff de « Dark Lady » qui ouvre l'album. Pas de quartier, les arachnides violent les esgourdes de leurs auditeurs par le biais de ce brulôt irrésistible. Tout en progression, ce morceau voit Uli Jon Roth et Klaus Meine donner la voix tour à tour, formant un ensemble rageur et débridé. Doté d'un riff plus conventionnel bien que tout autant imparable, « Top of the Bill » se veut le parfait avatar de cette évolution sensible des SCORPIONS vers un hard rock violent. Chant, refrain, solo dantesque... le groupe allemand déploie sa force de frappe et frappe fort, très fort. Dans la même lignée, « Robot Man » complète de fort belle manière le trio des morceaux purement hard rock de l'album, développant des ambiances hypnotisantes de par la répétition des mélodies déployées.

Mais In Trance, ce sont aussi ces mid-tempi majestueux et d'une beauté à couper le souffle. A commencer par le morceau-titre, considéré par beaucoup comme la première power-ballad de l'histoire. Mêlant délicatesse et puissance, ce titre constitue en effet une véritable perle, et s'avère être sans doute le morceau le plus réussi de l'album. Composé par Rudolf Schenker dans une église lors d'une tournée en Belgique (qui verra d'ailleurs le groupe ramener dans ses bagages son nouveau batteur, Rudy Lenners), « In Trance » montre un Klaus Meine sûr de lui et des capacités de sa voix, qu'il module dans des envolées lyriques touchant au divin, alors qu'Uli Jon Roth fait gémir sa Stratocaster sur des soli parfaitement ficelés. « Living and Dying », « Life's Like a River », « Evening Wind » valent également leur pesant de cacahuètes dans le genre fausses ballades d'une puissance et d'une musicalité époustouflantes.

Et si la fin d'album se veut moins percutante, les morceaux proposés étant tout simplement en-deçà du reste de l'opus (le dispensable et bluesy « Sun in my Hand » en tête), In Trance se conclut de manière très honorable par l'enjoué « Longing for Fire » qui permet à Francis Buchholz de proposer une ligne de basse groovy et imparable, suivi de l'instrumental « Night Lights », agréable bien qu'un peu kitsch.

Au final, In Trance s'impose comme la dernière pierre des fondations, comme la couche de ciment sur laquelle les SCORPIONS construiront l'immeuble de leur succès musical. Varié, riche en ambiances mordantes et éthérées, l'album est encore considéré aujourd'hui à juste titre comme un indispensable du groupe de Hanovre. Beau et délicieux.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MSG
Michael Schenker Fest (2017)
C'est la fest !




SAXON
Call To Arms (2011)
Saxon wants you !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   RED ONE

 
   (2 chroniques)



- Klaus Meine (chant)
- Rudy Lenners (batterie)
- Francis Buchholtz (basse)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Uli Jon Roth (guitare)


1. Dark Lady
2. In Trance
3. Life's Like A River
4. Top Of The Bill
5. Living And Dying
6. Robot Man
7. Evening Wind
8. Sun In My Hand
9. Longing For Fire
10. Night Lights



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod