Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1543)
 Site Officiel (675)

SCORPIONS - Humanity - Hour 1 (2007)
Par GEGERS le 21 Mai 2012          Consultée 2803 fois

Après avoir retrouvé le devant de la scène et reconquis le noyau dur de ses fans grâce à Unbreakable, témoignage studio d'un groupe à l'inspiration retrouvée, les SCORPIONS semblent bien partis pour revivre leur gloire passée. Survolté par le bon accueil du public réservé à l'album, le groupe, dont la communication est un des points faibles, annonce sans tarder être déjà en écriture d'un nouvel opus, prévu pour l'année suivante. Il faudra finalement attendre trois ans avant que ne paraisse ce Humanity – Hour 1, qui surprendra les fans par son contenu résolument moderne.

Alors que Hanovre a été la ville du renouveau, Los Angeles sera la ville de la remise en question. C'est en effet dans la Cité des Anges que les SCORPIONS écriront et mettront en boîte la majeure partie de cet album, en compagnie du producteur James Michael ainsi que du célèbre compositeur Desmond Child, qui invitera le groupe à évoluer vers des sphères plus modernes. Le choix s’avérera rapidement judicieux. Après tout, les SCORPIONS étaient face à un mur, un dilemme : composer un nouvel album a la Unbreakable, tenter de rattraper le passé et plonger dans l'oubli avec un album honnête mais sans magie, et qui aurait signé le glas de la carrière du groupe ? Ou alors aller de l'avant, former une équipe de gens motivés et inspirés, ouverts aux musiques contemporaines, quitte à quelques peu ébranler les fondements du groupe et son mode auto-pilote ? En choisissant la seconde option, SCORPIONS se met alors en danger, mais le résultat vaut bien la prise de risque.

Car Humanity – Hour 1 est, n'y allons pas par quatre chemins, un des meilleurs albums de la féconde discographie du groupe. Si certains voit dans cet opus le résultat d'un groupe ayant sacrifié son identité au profit d'un hypothétique renouveau commercial, ces derniers semblent sciemment occulter le fait que musicalement parlant, cet album est d'une qualité époustouflante. Si les SCORPIONS participent peu à l'écriture de l'opus (Rudolf Schenker n'est que crédité sur 3 morceaux, Klaus Meine sur 4, tout comme Matthias Jabs), les spécificités du groupe sont toujours là, et se mêlent parfaitement avec les ambiances plus modernes instillées par Child et Michael. Soutenu par un pseudo-concept futuriste (l'humanité, dénuée de sa pureté et de son innocence, est en guerre contre les robots...), l'album évite donc l'écueil du Eye II Eye bis et rassure : SCORPIONS est grand !

Car si Unbreakable montrait les limites de l'inspiration des teutons, Humanity – Hour 1 laisse penser qu'avec un coup de main, SCORPIONS est encore capable des plus grandes choses. D'ailleurs, comment considérer ces titres modern-rock, catchy et efficaces que sont « The game of live », « You're loving me to death » ou « 321 », sinon comme des morceaux imparables à ranger dans le haut du panier du répertoire des Allemands ? Itou pour « Hour 1 », « We will rise again » et « The cross », titres très sombres et conceptuels qui, soutenus par une production puissante et la frappe pachydermique d'un James Kottak volontairement mis en valeur, qui constituent les meilleures pièces de l'album. Les soli de Matthias Jabs, plus courts par le passé, sont sujets à critique, mais le guitariste ponctue comme à son habitude les morceaux de lignes mélodiques omniprésentes qui apportent une richesse supplémentaire à l'ensemble.

Seule légère déception, la ballade « Love will keep us alive », qui montre un groupe niais et tombant dans la facilité. En revanche, « The future never dies », soutenue par un piano et un Klaus Meine très en forme, se veut une power-ballade irrésistible, tout comme la fausse ballade finale, « Humanity », dont les couplets en arpèges tranchent avec la puissance d'un refrain imparable agrémenté de riffs plaqués.

Décidément, il fait bon, très bon, à l'écoute d'un SCORPIONS novateur et osant remettre en cause son hard rock. Car en agissant ainsi, le groupe allemand est parvenu à transcender sa musique pour un résultat quasiment irréprochable, s'il n'avait pas été légèrement entaché par la présence de la ballade de trop. Même la b-side, « Cold », composée par Matthias Jabs, se veut un titre fort d'une énergie désespérée provoquant une empathie immédiate. Du grand art. Comme quoi, lorsque l'audace se donne les moyens, elle permet de s'en tirer avec les honneurs. Un album à posséder impérativement !

Le clip de Humanity : http://www.youtube.com/watch?v=0755SXCTCN0

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MSG
Save Yourself (1989)
Le MSG atteint son Everest !




BONFIRE
Fireworks (1987)
Ready for action


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Klaus Meine (chant)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Pawel Maciwoda (basse)
- James Kottak (batterie)


1. Hour I
2. The Game Of Life
3. We Were Born To Fly
4. The Future Never Dies
5. You're Lovin' Me To Death
6. 321
7. Love Will Keep Us Alive
8. Your Last Song
9. Love Is War
10. Rise Again
11. The Cross
12. Humanity



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod