Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  COMPILATION

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Bon Jovi, Dokken, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Whitesnake, Mad Max
- Membre : Eloy, Wallenstein, Phantom V, Michael Schenker , Uli Jon Roth , Rock Wolves, Ufo, Kottak, Kingdom Come
- Style + Membre : Herman Rarebell , Msg, Electric Sun
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (1544)
 Site Officiel (676)

SCORPIONS - Deadly Sting : The Mercury Years (1997)
Par GEGERS le 23 Janvier 2012          Consultée 2633 fois

Des nombreuses compilations qui émaillent la discographie de SCORPIONS, officielles ou officieuses, peu valent réellement la peine d'encombrer vos étagères si vous n'êtes pas un amateur acharné des arachnides. Ainsi, les rares qui méritent le détour valent bien également une petite chronique. Attention, il ne sera pas question en ces pages des "Master series" et autres "Greatest hits" qui envahissent régulièrement les rayons de Carrefour, bien calés entre les invendus de Michel Sardou et Sergent Garcia. Essayons tout de même de taper un peu plus haut. Tenez, Deadly Sting, voilà une compil' qui a de la gueule. Sortie tout d'abord en Europe en 1995, elle fait l'objet d'une réédition augmentée d'un deuxième CD en 1997, afin de séduire le marché américain. Il faut dire que le milieu des années 90 marque un tournant dans la carrière des SCORPIONS sur le territoire US, ces derniers quittant la maison de disques Mercury pour s'en aller rejoindre EastWest (filiale de Warner), se doutant très probablement que les ventes d'albums du groupe poursuivraient inéluctablement leur triste decrescendo.

Pour marquer le coup, Mercury propose donc une compilation rétrospective, mettant à l'honneur chacun des albums du groupe publiés sous sa coupe, de l'audacieux Lovedrive jusqu'au dispensable live Live Bites. 9 albums, parmi lesquels plusieurs historiquement reconnus comme des indispensables du hard rock, inutile d'imaginer que le choix de la tracklist fut cornélien. Alors que la version européenne opte pour sa part pour un agencement des morceaux façon "bordel organisé", la version US de cette compil' respecte l'ordre chronologique de parution des morceaux, débutant sur 3 extraits de Lovedrive et s'achevant sur un "In Trance" dantesque issu du sus-nommé album live. Inutile de dire qu'il y a ici matière à se faire plaisir, en (re)-découvrant les différentes facettes, tubesques ou plus complexes, d'un groupe qui n'a eu de cesse de se renouveler, principalement pour le meilleur (surtout durant cette période bénie). Une porte d'entrée sympathique dans l'univers du groupe, c'est certain.

Mais l'essentiel n'est pas là. L'essentiel, finalement, ce sont ces 3 b-sides que nous propose Mercury en guise de bonus. Il y a tout d'abord cette véritable perle désabusée qu'est "Edge of time", réservée à l'édition européenne de l'album. Marqué par la présence de surprenantes orchestrations, ce titre heavy (bien qu'agrémenté d'un refrain lumineux) probablement enregistré lors des sessions pour l'album Face The Heat, fait partie de ces pépites oubliées et injustement sous-estimées. Ce titre, véritable tour de force et chef-d'oeuvre de composition, aurait sans doute constitué un des meilleurs moments de cet album. Un léger gâchis, qui décuple le plaisir de savourer cette magnifique pièce qui montre une fois de plus le talent des rockers teutons.

Les b-sides de la version américaines valent également leur pesant de cacahuètes, à l'image de "Over the top", une composition fun et rock signée, une fois n'est pas coutume, du guitariste Matthias Jabs. Dotée d'une mélodie "infantile", "Life goes around" est sans doute le moins convaincant de ces trois morceaux, malgré un riff et un refrain résolument fédérateurs. Et au final, on retire un petit sentiment de satisfaction à l'écoute d'une compilation qui, pour une fois, ne se fout pas de la gueule des fans, malgré sa déclinaison en deux versions, forçant les "die-hards" à porter deux fois la main au porte-monnaie. Reste un objet sympathique, agrémenté d'une pochette délicieuse, qui vaut vraiment le coup.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SCORPIONS
Tokyo Tapes (1978)
Les arachnides enflamment les planches !




BON JOVI
One Wild Night / Live 1985 - 2001 (2001)
Nuit de folie


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Klaus Meine (chant)
- Francis Buchholz (basse)
- Ralph Rieckermann (basse)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Michael Schenker (guitare)
- Herman Rarebell (batterie)


- Disque 1
1. Loving You Sunday Morning
2. Lovedrive
3. Holiday
4. Make It Real
5. The Zoo
6. Blackout
7. Can´t Live Without You
8. No One Like You
9. China White
10. Dynamite
11. Bad Boys Running Wild
12. Rock You Like A Hurricane
13. Coming Home
14. Big City Nights
15. Still Loving You
16. Coast To Coast

- Disque 2
1. Don´t Stop At The Top
2. Rhythm Of Love
3. Passion Rules The Game
4. Walking On The Edge
5. Believe In Love
6. I Can´t Explain
7. Tease Me Please Me
8. Don´t Believe Her
9. Wind Of Change
10. Hit Between The Eyes
11. Send Me An Angel
12. Alien Nation
13. Under The Same Sun
14. Woman
15. In Trance
16. Over The Top
17. Life Goes Around



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod