Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO / JAZZ / IMPRO  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Van Der Graaf Generator, Henry Cow, Sleepytime Gorilla Museum
- Membre : Robert Fripp , Andy Summers & Robert Fripp, Theo Travis & Robert Fripp , Bad Company, Porcupine Tree, Swans, Ministry, Uk, Giles, Giles And Fripp, Talking Heads, Camel, Yes, Uriah Heep, Emerson, Lake & Palmer, Alan Simon , Asia, Frank Zappa

KING CRIMSON - The Deception Of The Thrush (1999)
Par ONCLE VIANDE le 17 Janvier 2008          Consultée 4805 fois

Le double trio a fait son temps et King Crimson réorganise ses forces. Jamais à cours d’idées, Robert Fripp fractionne le groupe en quatre entités répondant au doux nom de « ProjeKcts ». Les ProjeKcts ont pour vocation de défricher les technologies electro en se forgeant un répertoire par l’improvisation. Ils écumeront les salles du monde entier entre décembre 1997 et mars 1999. Cette démarche visait à fournir au groupe mère le matériel de son prochain album, mais la montagne accouchera d’une souris. « The construKction of light » n’exploitera pas cette mine d’innovations et s’entêtera dans un métal lourdingue mille fois rabâché. Ce qui ne devait être qu’un outil de recherche deviendra un lot de consolation. Cinq albums « ProjeKcts » sortiront, inégaux mais passionnants. Afin d’offrir aux moins curieux ou aux moins fortunés la fine fleur de ses prestations, King Crimson publie fin 1999 la compilation « The deception of the thrush ».

Cette nouvelle démarche force l’admiration même si ses résultats seront mitigés. King Crimson se met une nouvelle fois en danger en s’ouvrant à une technologie qui n’est pas la sienne. S’il s’intéresse à l’electro, c’est moins par mode que pour en disposer des outils. C’est bien sûr un réservoir de sons neufs qui ouvrent des perspectives infinies, mais c’est beaucoup plus que cela. En intégrant ces nouvelles techniques au direct, le groupe bouleverse son approche de l’improvisation. Les séquences programmées lui permettent de fixer par avance des structures et d’assurer une cohérence sans faille à ses morceaux.
On pouvait craindre une domination des machines mais il n’en est rien. King Crimson ne fabrique pas de l’electro pur mais cherche une formule mixte où les musiciens dialoguent avec les machines. Malgré la puissance technologique mise en œuvre, le groupe n’a jamais été aussi proche du jazz dans son jeu. Les improvisations reposent sur des grooves puissants qui laissent libre cours aux solistes. On approche ici une fusion jazz-electro qui fait écho au jazz-rock des années 70.
Les ProjeKcts sont très différents de THRaKaTTak. Ce disque proposait une musique déstructurée qui le rendait fascinant ou insupportable. Les ProjeKcts eux, sont comme des sculptures qu’on admire pour leur plastique parfaite mais auxquelles on ne s’attache pas. La maîtrise technique est écoeurante pour une musique façonnée en direct, même si le groupe possède encore une marge de progression qu'il exploitera.

Tout ceci laissait augurer une compilation d’une grande densité. Elle se montre malheureusement décevante dans ses choix en se voulant plus représentative que sélective. Des titres de haute facture manquent à l’appel tandis que d’autres plus dispensables sont retenus. Les improvisations jouées en 2000 figurant sur « Heavy construKctions » sont bien meilleures. Elles penchent nettement du coté electro mais se montrent à la fois plus intenses et plus accessibles, même si l’effet de surprise est passé.
Les ProjeKcts sont d’abord des laboratoires et l'écoute de cette compilation nous le rappelle. On y pressent un fabuleux potentiel mais on peine encore à en saisir la portée sortis du cadre de la musique improvisée. « The construKction of light » est passé à travers, « The power to believe » donnera un début de réponse.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ONCLE VIANDE :


SLEEPYTIME GORILLA MUSEUM
Of Natural History (2004)
Toujours en colère




KING CRIMSON
Discipline (1981)
Le King Crimson nouveau est arrivé

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
  N/A



- Projekct One :
- Tony Levin (basse, stick, synthétiseur)
- Trey Gunn (touch guitare)
- Bill Bruford (batterie & percussion)
- Robert Fripp (guitare)
- Projekct Two :
- Adrian Belew (batterie virtuelle)
- Robert Fripp (guitare)
- Trey Gunn (touch guitare, talker)
- Projekct Three :
- Robert Fripp (guitare)
- Trey Gunn (touch guitare, talker)
- Pat Mastelotto (percussions électroniques)
- Projekct Four :
- Robert Fripp (guitare)
- Tony Levin (basse, stick)
- Trey Gunn (touch guitare, talker)
- Pat Mastelotto (percussions électroniques)


1. Masque – Projekct Three
2. Masque – Projekct Three
3. Masque – Projekct Three
4. Masque – Projekct Three
5. Masque – Projekct Three
6. Masque – Projekct Three
7. Masque – Projekct Three
8. 4 I 1 – Projekct One
9. 2 Ii 3 – Projekct One
10. 4 Ii 4 – Projekct One
11. Sus-tayn-z – Projekct Two
12. The Deception Of The Thrush – Projekct Three / Fou
13. Ghost (part 1) – Projekct Four
14. Ghost (part 1) – Projekct Four
15. Ghost (part 1) – Projekct Four
16. Ghost (part 2) – Projekct Four
17. Ghost (part 2) – Projekct Four



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod