Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Van Der Graaf Generator, Henry Cow, Sleepytime Gorilla Museum, Gizmodrome
- Membre : Robert Fripp , Theo Travis & Robert Fripp , Bad Company, Porcupine Tree, Swans, Ministry, Frank Zappa , Storm Corrosion, Andy Summers & Robert Fripp, Uk, Asia, Alan Simon , Emerson, Lake & Palmer, Uriah Heep, Yes, Camel, Talking Heads, Giles, Giles And Fripp, Foreigner

KING CRIMSON - East Coast Live (projekct Six) (2006)
Par WALTERSMOKE le 13 Août 2018          Consultée 154 fois

En 2006, ce que les fans de KING CRIMSON attendaient le plus, c'était un successeur à The Power to Believe (2003). Cet album rattrapait certes le très décevant The Construkction of Light, sorti 3 ans plus tôt, mais restait quand même un opus presque mineur, à cause de trop de longueurs et d'un cocktail prog/métal/électro certes bien digéré mais qui n'offrait que rarement de belles fulgurances. Le Roi avait de plus changé de line-up, Trey Gunn ayant mis les voiles et étant remplacé par Tony Levin qui réintégrait pour la deuxième fois la formation de Robert Fripp. Et puis... et puis les fans se sont retrouvés avec East Coast Live, un album signé Projekct Six. Étonnant, quand on sait que les Projekcts ont surtout vécu entre 1997 et 2000, non ? Pourtant, c'est bel et bien un nouveau side-projec(k)t que propose KING CRIMSON.

Le Projekct Six est une formation minimale. En effet, seuls Fripp et Adrian Belew y participent. Pour celles et ceux qui connaissent déjà l'histoire du groupe, la chose est évidente et entendue : Fripp alignera soli et Soundscapes tandis que Belew se fera plaisir aux V-drums, qu'il utilisait déjà au sein du Projekct Two. Un choix audacieux et pas forcément annonciateur d'une rythmique pauvre, les lignes de basse pouvant être « activées » par Belew.

Dans les faits, East Coast Live, dont le nom renvoie au West Coast Live du Projekct Four, est en fait une compilation de lives joués en 2006 à Boston, New York et Keswick. Et s'il fallait le résumer en une phrase, ce serait « le Projekct le plus calme et au son impeccable mais qui manque vraiment d'intérêt ». C'est un peu rude, mais l'écoute entière ne peut que déboucher sur une telle conclusion. Pourtant, quand on écoute les 6 premières pistes, celles du concert à Boston, il y a de quoi être plus positif. Comme attendu, il s'agit donc, de manière basique, d'un concert où Fripp aligne ses soundscapes, avec de temps à autre un solo de guitare bien placé, avec Belew qui cogne et appuie sur les boutons qu'il faut. Le résultat en fait quelque chose de moins ennuyeux à écouter que la discographie contemporaine de Fripp en solo, même s'il n'y pas là de quoi se relever la nuit.

Le problème majeur de East Coast Live, c'est que le reste de l'album, c'est du doublon à plus savoir quoi en faire. Le live à New York a peut-être un morceau vraiment plein d'énergie où les deux musiciens s'emballent au point d'être à deux doigts de passer aux choses sérieuses, mais du reste, on se demande vraiment qui va accepter de supporter l'écoute durant une heure de trois concerts aux morceaux quasiment identiques. De plus, ce n'est même pas comme si on comparait deux concerts du KING CRIMSON des années 90 par exemple, l'usage de nombreux samples et le caractère très carré de l'interprétation ne changent pas la donne selon qu'on soit à Boston ou à New York. Et si la musique était vraiment passionnante en termes de composition, pourquoi pas, sauf que non.

En résumé, si le Projekct Six s'était tenu à un EP de 23 minutes contenant juste le concert à Boston, on aurait dit banco. Au lieu de cela, il a délivré un disque d'une heure assez pénible à la longue, sauf peut-être en fond sonore, et qui propose une musique finalement énervante et sans vie. À réserver aux fans hardcore, donc.

Note réelle : 1,5/5

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
Miditerranean Pads (1990)
A prendre ou à laisser




Jean-michel JARRE
Equinoxe (1978)
Mieux qu'Oxygène ? Assurément !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Robert Fripp (guitare, soundscapes)
- Adrian Belew (v-drums)


- live à Boston
1. Threshold Knock Knock Who's There
2. Time Groove
3. Queer Jazz
4. Threshold P6
5. Berklee Strut
6. End Time
- live à New York
7. Threshold Knock Knock Who's There
8. Time Groove
9. Mission Possible
10. Space Threshold
11. Queer Jazz
- live à Keswick
12. Threshold Knock Knock Who's There
13. Persian E
14. Time Groove



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod