Recherche avancée       Liste groupes



      
MéTAL PROGRESSIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Van Der Graaf Generator, Henry Cow, Sleepytime Gorilla Museum
- Membre : Robert Fripp , Andy Summers & Robert Fripp, Theo Travis & Robert Fripp , Bad Company, Porcupine Tree, Swans, Ministry, Uk, Giles, Giles And Fripp, Talking Heads, Camel, Yes, Uriah Heep, Emerson, Lake & Palmer, Alan Simon , Asia, Frank Zappa

KING CRIMSON - Heavy Construkction (2000)
Par WALTERSMOKE le 30 Janvier 2016          Consultée 606 fois

Disons-le tout de go : le King Crimson de l'année 2000 fait partie des pires formations de rock progressif. Non pas que la musique soit absolument mauvaise, mais elle est à la fois un condensé des pires déceptions possibles après la période des Projekcts (1997-1999) et une preuve que même les plus grands peuvent tourner en rond et proposer quelque chose d'au moins franchement médiocre et peu inspiré. Du coup, il y a de quoi être apeuré par ce que pourrait proposer le Roi sur scène.

Pas de souci sur ce plan : King Crimson reste un monstre, le monstre capable de sortir des concerts terribles, furieux, volcaniques, d'où jaillissent des morceaux transfigurés et des improvisations excellentes. Heavy Construkction en est un bon compte-rendu. Sorti fin 2000, il permet de jeter un oeil rétrospectif sur l'année de King Crimson en concert. L'objet est un sacré défi à écouter, puisqu'il s'agit d'un triple album. On est certes loin de The Great Deceiver (1994) ou de la version complète d'Epitaph (1997), mais il va sans dire qu'on devrait en avoir pour son argent.

Enfin, pour cela, encore faut-il des compositions déjà bien sympathiques de base. Et là, pas de miracle : les extraits de THe Construkction of Light valent à peine mieux que les versions studio, tout juste un son plus lourd, plus métal vient-il redonner un minimum d'intérêt. Pour les extraits de THRAK, l'absence de la deuxième section rythmique crée un manque, une paupérisation du son (cela se sent en particulier sur "VROOOM"). Cependant, pour égayer la moyenne, quelques inédits ont réussi à faire leur nid. Ainsi, "Cage", à l'origine présent sur l'EP Vrooom (1994) se présente ici sous une version rallongée et intéressante, tandis qu'Adrian Belew interprète seul "Three of a Perfect Pair", amusant bien qu'anecdotique. King Crimson rend également hommage à feu David Bowie en reprenant l'emblématique "Heroes", sur lequel Robert Fripp avait posé son solo de guitare en 1977 – bien qu'elle soit inférieure à l'originale, ça va de soi. Enfin, signalons pour ceux que ça intéresse que le CD 2 contient une partie vidéo, extraite d'un concert donné à Rome, avec une improvisation.

En parlant d'impros, ce sont elles qui constituent le principal intérêt de Heavy Construkction. Si quelques-unes sont disséminées sur les CD 1 et 2, c'est sur le CD 3 qu'elles sont mis à l'honneur. C'est là qu'on retrouve LE King Crimson, celui qui est capable de sortir une musique dantesque et violente, à la croisée des chemins entre rock progressif, heavy metal et électro. On en revient à l'essence des Projekcts autant qu'aux fondements même de King Crimson, et le plaisir éprouvé n'en est que plus intense. Certes, il y a des ratés (comme "Tomorrow Never Knew Thela", ou encore "The Deception of the Thrush" qui fait doublon ici), mais le Roi offre clairement ce qu'on attendait de lui en studio à l'époque.

Sans être incontournable, Heavy Construkction est un album hautement conseillé dans l'établissement d'une discographie idéale de King Crimson. Les improvisations qui y sont consignées valent largement le coup, et font de l'ombre aux versions live des morceaux de The Construkction of Light. Oui, vraiment, voilà encore un argument en faveur de la déception qu'a provoqué l'album de l'an 2000.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


ELOY
Dawn (1976)
Eloy qui renaît ?




KING CRIMSON
B'boom: Live In Argentina (1995)
Le thrak en live


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Robert Fripp (guitare)
- Adrian Belew (guitare, chant)
- Trey Gunn (guitare warr, choeurs)
- Pat Mastelotto (batterie, percussions)


1. Into The Frying Pan
2. The Construkction Of Light
3. Prozakc Blues
4. München
5. One Time
6. Dinosaur
7. Vrooom
8. Frakctured
9. The World's My Oyster Soup Kitchen Floor Wax Museu
10. Bonn

1. Sex Sleep Eat Drink Dream
2. Offenbach
3. Cage
4. Larks' Tongues In Aspic, Part Four
5. Three Of A Perfect Pair
6. The Deception Of The Thrush
7. Heroes
- partie Vidéo
8. Rome
9. Larks' Tongues In Aspic, Part Four
10. Cage
11. The World's My Oyster Soup Kitchen Floor Wax Museu
12. Sex Sleep Eat Drink Dream
13. Vrooom

1. Sapir
2. Blastic Rhino
3. Lights Please (part One)
4. Ccccseizurecc
5. Off And Back
6. More (and Less)
7. Beautiful Rainbow
8. 7 Teas
9. Tomorrow Never Knew Thela
10. Uböö
11. The Deception Of The Thrush
12. Arena Of Terror
13. Lights Please (part Two)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod