Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Van Der Graaf Generator, Henry Cow, Sleepytime Gorilla Museum
- Membre : Robert Fripp , Andy Summers & Robert Fripp, Theo Travis & Robert Fripp , Bad Company, Porcupine Tree, Swans, Ministry, Uk, Giles, Giles And Fripp, Talking Heads, Camel, Yes, Uriah Heep, Emerson, Lake & Palmer, Alan Simon , Asia, Frank Zappa

KING CRIMSON - Ladies On The Road (2002)
Par WALTERSMOKE le 4 Février 2016          Consultée 590 fois

King Crimson est un groupe clairement fait pour vivre sur scène, et les innombrables live qu'il sort régulièrement sont là pour le prouver. Des live inutiles par pagaille, diront certains, qui préférent se focaliser sur les références, sur les meilleurs live disponibles, ce qui est un choix assez défendable. En l'an 2002, cette catégorie se refusant à tout compiler du Roi peut se sentir complet, chaque période ayant au moins un live pour la représenter. Mais il paraît que certains amateurs se sentent floués par Earthbound (1972), tout premier live de King Crimson, au son approximatif mais saignant. Ça tombe tellement bien, puisque 30 ans plus tard sort Ladies on the Road, un album au son rutilant et surtout bien propre comme il faut.

Ceci étant, à son écoute, difficile de s'enthousiasmer. Le King Crimson de 1971-1972, peu connu et sous-estimé, était une vraie machine de guerre, n'ayant pas de complexes à avoir face aux années Wetton (1972-1974). Les morceaux studio y étaient « massacrés » pour le plus grand plaisir du public, et les impros faisaient preuve d'une rage, d'une énergie qui débordait de toutes parts – je vous renvoie à la chronique de Earthbound pour plus de détails à ce sujet. Tout ceci, Ladies on the Road passe complètement à côté. Non pas que ce soit mauvais, mais les morceaux sont ici comparables à du roquefort dont on aurait retiré tous les champignons et bactéries : propres mais fades. Point de magma en fusion, de Robert Fripp qui froisse sa guitare ou de Mel Collins en roue libre (enfin si, mais pas tant que ça), etc...

L'intérêt majeur du premier CD de ce double live, c'est encore sa tracklist. En effet, Ladies on the Road propose des morceaux méconnus, plus en retrait par rapport aux grands classiques. Ainsi, il s'ouvre sur "Pictures of a City", le clone de "21th Century Schizoid Man", par ailleurs également présent ici. On a également "Groon", la face B du single Cat Food et complètement déstructurée, et plus surprenant encore, "Get Thy Bearings" et "Cirkus". Le premier n'est cependant qu'un prétexte à un solo de batterie nerveux suivi d'une courte impro où Peter Sinfield torture un VCS 3, et si le second rappelle que des extraits de Lizard ont été joués en concert, il souffre des mêmes défauts globaux que le reste. Et puis, il y a cette version blues de "In the Court of the Crimson King", assez amusante, mais qui reste au stade de blague.

Quant au deuxième CD, il s'agit d'une compilation pour le moins spéciale. Elle rassemble les passages instrumentaux des différentes interprétations de "21th Century Schizoid Man". L'intérêt est on ne peut plus faible : le son de ces passages est atroce, car ces derniers ont été pris directement de bootlegs sans remasterisation aucune, et écouter onze variations (ONZE) peut vite s'avérer épuisant.

Ladies on the Road (qui ne contient même pas la chanson éponyme) est clairement destiné à ceux qui n'ont pas compris Earthbound, et par conséquent le King Crimson période Islands. Sacrifier l'essence de ce qui composait ce groupe en live à l'époque vaut donc à ce live d'être considéré comme une sortie réellement mineure, qui ne devrait intéresser que les fans exhaustifs. Les autres, eux, ont Earthbound, ou bien d'autres lives contemporains bien plus intéressantes – pour ma part, Live at Plymouth s'avère être une bonne pioche au sein du KCCC, et Live at Summit Studios reste la référence incontournable.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
Radical Action (to Unseat The Hold Of Monkey Mind) (2016)
Le Roi en version intégrale




CAN
The Peel Sessions (1995)
Can chez tonton John ? Un régal !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Robert Fripp (guitare)
- Boz Burrell (chant, basse)
- Mel Collins (vents, claviers)
- Ian Wallace (batterie)
- Peter Sinfield (vcs 3)


1. Pictures Of A City
2. The Letters
3. Formentera Lady
4. Sailor's Tale
5. Cirkus
6. Groon
7. Get Thy Bearings
8. 21th Century Schizoid Man
9. In The Court Of The Crimson King

1. Schizoid Men 1
2. Schizoid Men 2
3. Schizoid Men 3
4. Schizoid Men 4
5. Schizoid Men 5
6. Schizoid Men 6
7. Schizoid Men 7
8. Schizoid Men 8
9. Schizoid Men 9
10. Schizoid Men 10
11. Schizoid Men 11



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod