Recherche avancée       Liste groupes



      
PROG / METAL / ÉLECTRO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Van Der Graaf Generator, Henry Cow, Sleepytime Gorilla Museum, Gizmodrome
- Membre : Robert Fripp , Theo Travis & Robert Fripp , Bad Company, Porcupine Tree, Swans, Ministry, Frank Zappa , Storm Corrosion, Andy Summers & Robert Fripp, Uk, Asia, Alan Simon , Emerson, Lake & Palmer, Uriah Heep, Yes, Camel, Talking Heads, Giles, Giles And Fripp, Foreigner

KING CRIMSON - Heaven & Earth (projekct X) (2000)
Par WALTERSMOKE le 17 Août 2018          Consultée 174 fois

Depuis les années 90, KING CRIMSON a la fâcheuse tendance à tout dévoiler à travers lives, E.P. et compilations de démos. Et je dis bien « fâcheuse », car si on aime bien savoir comment tel ou tel morceau a été créé, ou pourquoi tel solo figure ici et pas là, absolument tout savoir d'un groupe, au final, casse pas mal la magie et perturbe l'appréciation des produits finis [1]. Pour un peu plus de détails sur ce point, je vous renvoie à la chronique d'Oncle Viande sur The Power to Believe (2003). Mais ici, on va parler d'un objet littéralement unique dans la discographie du Roi, j'ai nommé Heaven & Earth. Sorti en l'an 2000, il s'agit d'un album au contenu plus que particulier, et au moins aussi intriguant de prime abord que The Construkction of Light, sorti la même année.

Heaven & Earth est même lié à ce dernier album. En effet, il s'agit de base d'une compilation de démos et de morceaux inachevés, composés et joués durant les sessions d'enregistrement de The Construkction of Light. C'est donc un assemblage de démos ? Pas vraiment, puisque la musique ici présente a été réarrangée, remixée par le batteur Pat Mastelotto, de manière à déboucher sur une nouvelle œuvre, un nouvel album studio, dans un sens. Aussi, de par le côté expérimental clairement mis en exergue, Heaven & Earth n'est pas un album de KING CRIMSON, mais un opus du Projekct X, une « ramification » limite inattendue quand on sait que les Projekcts initiaux, au nombre de 4, ne devaient pas connaître de suite.

« Mais du coup, c'est un objet pour les fans hardcore ? », demande un auditeur lambda. Oui, si l'on pense que tout album estampillé Projekct est conçu pour eux, et oui en regard de la distribution assez faible de l'album. Non quand on a écouté The Construkction of Light. Entendons-nous bien : Heaven & Earth n'est pas un grand album. Ce n'est même pas un bon album, en fait. Mais de par sa démarche et la qualité de certains de ses morceaux, on ne peut nier l'évidence quant à sa supériorité manifeste par rapport à l'album « officiel » de KING CRIMSON. Ici, les sons se croisent, s'entrechoquent, pour former un magma sonore pas toujours terriblement agressif, mais qui effectue une exploration introspective, pour tirer de lui-même une musique toujours plus intéressante à défaut d'être riche.

Ce n'est clairement pas le cas tout le temps, mais au moins l'ensemble est plaisant à écouter, en plus de toujours garder un aspect « demo » toujours intéressant. L'exemple le plus flagrant étant "Demolition", un morceau gardé et retravaillé pour The Construkction of Light, et qui servira de châssis pour l'affreux "The World's My Oyster Soup" bla bla bla. Ailleurs, on ne reconnaît peut-être pas ce qui aura été retravaillé pour l'album studio de l'an 2000, mais force est de constater que, même remixée par Mastelotto, la musique du Projekct X recèle de nombreuses pistes sonores et musicales intéressantes, faisant la synthèse des précédents Projekcts tout en intégrant l'ADN d'origine du Roi, et qui auraient pu aboutir à un véritable tournant majeur dans sa discographie [2].

Après, ça reste une collection de démos bricolées, avec son lot de morceaux ennuyeux, inaboutis, et dont le caractère « work in progress » n'est pas forcément intéressant ni pertinent. Et au fond, si seuls les sons intéressent Robert Fripp, l'auditeur, lui, veut de la musique. Bonne de préférence. Autant dire qu'il sera déçu du voyage avec Heaven & Earth, et que l'intérêt musicologique seul ne suffit pas.
Ceci étant, Heaven & Earth reste sous n'importe quel angle un solide lot de consolation par rapport à The Construkction of Light. C'est un brouillon encore plein d'idées, montrant un KING CRIMSON qui continue de tenter des choses et d'expérimenter, au lieu de s'aplatir sur sa propre légende.

Note réelle : 2,5/5

[1] : dit-il alors qu'il a écouté quasiment tout de KING CRIMSON
[2] : bon, quand on y réfléchit, The Construkction of Light est un tournant majeur lui aussi ; mais disons que ce n'était pas celui attendu

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


EMBRYO
Embryo's Rache (1971)
L'embryon se développe




TOMORROW'S GIFT
Tomorrow's Gift (1970)
Une pépite oubliée du krautrock !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Robert Fripp (guitare, soundscapes)
- Adrian Belew (guitare, v-drums sur 3)
- Trey Gunn (touch guitar, guitare)
- Pat Mastelotto (batterie, percussions)


1. The Business Of Pleasure
2. Hat In The Middle
3. Side Window
4. Maximizer
5. Strange Ears (aging Rapidly)
6. Overhead Floor Mats Under Toe
7. Six O'clock
8. Superbottomfeeder
9. One E And
10. Two Awkward Moments
11. Demolition
12. Conversation Pit
13. Çin Alayi
14. Heaven And Earth
15. Belew Jay Way



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod