Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Van Der Graaf Generator, Henry Cow, Sleepytime Gorilla Museum
- Membre : Robert Fripp , Andy Summers & Robert Fripp, Theo Travis & Robert Fripp , Bad Company, Porcupine Tree, Swans, Ministry, Uk, Giles, Giles And Fripp, Talking Heads, Camel, Yes, Uriah Heep, Emerson, Lake & Palmer, Alan Simon , Asia, Frank Zappa

KING CRIMSON - Live In Chicago, June 28th, 2017 (2017)
Par WALTERSMOKE le 15 Novembre 2017          Consultée 297 fois

Eh oui, un nouveau live de King Crimson, encore. Je ne veux même plus imaginer à ce stade combien un fan absolu du Roi Cramoisi a bien pu dépenser pour lui rien qu'en 2017. C'est tout simplement ahurissant. D'un autre côté, on va dire qu'on en a pour son argent, étant donné qu'on parle d'un groupe maîtrisant du bout des doigts l'art du concert et qui a marqué l'histoire de la musique avec des albums cultes.

Or donc, en septembre 2017 sort un live enregistré à Chicago en juin de la même année. Un concert qui permet de découvrir un nouveau line-up du King Crimson des années 2010. En effet, le batteur-claviériste Bill Rieflin avait quitté le Roi en 2016 pour un congé, et a été remplacé par Jeremy Stacey. Mais lorsque Rieflin est revenu en 2017, plutôt que de virer Stacey, il a été décidé que ce dernier allait rester batteur tandis que Rieflin se concentrera sur les claviers. Et à l'heure où j'écris cela, Rieflin a de nouveau quitté KC. Quand il reviendra, va-t-on se retrouver avec un King Crimson à 9 ?

En attendant, on a donc une formation à 8, enrichie par des claviers plus importants. Mais surtout, on se retrouve avec un live présenté comme un « bootleg officiel ». C'est toujours marrant et énervant à la fois de parler de ce genre d'opus, auquel King Crimson n'est pas étranger (rappelons-nous de B'Boom en 1995). On a donc un enregistrement live enregistré un peu à l'arrache, capté depuis la console, avec peu ou prou de modifications en post-production. Un peu malhonnête comme dénomination, sans compter qu'il existe toujours des clampins proposant sur le net de vrais bootlegs bardés d'une vraie authenticité sonore – et doublés du sceau du piratage, certes. Puis la qualité sonore reste trop bonne pour qu'on puisse rapprocher le live de Chicago de 2017 à ses frères illégaux.

Donc, Live at Chicago 2017 est un nouveau live de King Crimson. Et en dehors de son line-up « nouveau », il est surtout remarquable par une tracklist qui a intégré de nombreux changements. Ainsi, la bande à Robert Fripp a finalement décidé de jouer des morceaux de sa trilogie des années 80, comme l'atteste la présence de "Neurotica" et "Indiscipline". Un nouvel inédit, "The Errors", vient pointer le bout de son nez. Mais le plus chouette, c'est la décision de Fripp d'arrêter de faire la tête et donc d'intégrer, pour la première fois depuis 1972, des extraits de "Lizard" ! Au moins, ce qui est bien avec King Crimson, c'est sa volonté de changer régulièrement sa setlist plutôt que de jouer aux fainéants ou pire, de rejouer en intégralité un album devant des vieux fans conquis d'avance.

Après... le Roi déçoit plus d'une fois ici. Crevons l'abcès de suite en parlant de "Indiscipline". Que ce soit dans sa version studio ou les versions live d'époque, ce morceau est un monument d'hystérie porté par un Adrian Belew déchaîné. Ici, ben... ça joue bien, au moins. Parce que le chant de Jakko Jakszyk est plutôt pénible, et ne correspond en rien à la chanson. La surcharge d'instruments sur "Neurotica" est pour sa part sujette à controverse, et "Level Five" manque un peu de mordant. Ensuite, "The Errors", nouvel inédit du groupe, fait poser une question existentielle : King Crimson doit-il vraiment sortir un nouvel album studio ? Car pour être franc, les pistes lancées depuis la reformation sont au mieux sympathiques, mais tout un album de l'acabit de "Meltdown" ou "The Errors", soit un rock progressif jazzy et quand même bien garni niveau rythmique, ça laisserait perplexe tant il paraît manquer quelque chose, sans compter une homogénéité discutable.

Du reste, on a affaire à un énième live de King Crimson certes, mais à un live de King Crimson. Soit un très bon moment musical à passer, agrémenté de passages anthologiques loin d'être ratés. "The Lizard Suite", qui reprend en fait la seconde moitié de Lizard, est fortement prenante, surtout avec les arrangements de 2017. Jakszyk et Mel Collins sont comme des poissons dans l'eau sur "Cirkus", et tout le groupe est génialement féroce sur "Pictures of a City", "21th Century Schizoid Man" ou encore sur les deux "Larks' Tongues in Aspic". Et puis, il y a l'hommage à Bowie avec "Heroes", assez sympathique.

Le live à Chicago de 2017 montre donc un King Crimson en forme et affamé, capable de tenir 2 heures et demi sans s'essouffler considérablement. Mais soyons honnêtes, seul un fan pourrait vraiment se jeter sur pareil disque. Et encore, la qualité sonore, bien qu'authentique *tousse*, ne rend pas grâce à la musique du groupe, surtout quand il s'agit de passer après Radical Action, le triple live sorti un an plus tôt, en 2016. Bref, une nouvelle occasion de se dire « King Crimson sort trop de lives », malgré des surprises côté tracklist.

Note réelle : 2,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
A Young Person's Guide To King Crimson (1976)
Rock progressif




KING CRIMSON
The Night Watch (1997)
La nuit où sabb est né.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Pat Mastelotto (batterie, percussions)
- Jeremy Stacey (batterie, percussions, clavier)
- Gavin Harrison (batterie, percussions)
- Mel Collins (saxophones, flutes)
- Tony Levin (basses, chapman stick, choeurs)
- Bill Rieflin (claviers)
- Jakko Jakszyk (guitare, chant)
- Robert Fripp (guitare)


1. Bellscape And Orchestral Werning
2. Larks' Tongues In Aspic, Part One
3. Neurotica
4. The Errors
5. Cirkus
6. The Lizard Suite
7. Fallen Angel
8. Larks' Tongues In Aspic, Part Two
9. Islands
10. Pictures Of A City

1. Indiscipline
2. The Construkction Of Light
3. Easy Money
4. The Letters
5. Interlude
6. Meltdown
7. Radical Action Ii
8. Level Five
9. Starless
10. 'heroes'
11. 21th Century Schizoid Man



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod