Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nektar, Steve Roach , Ashra, Manuel Göttsching
- Membre : Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Richard Wahnfried , The Cosmic Jokers , Agitation Free, Klaus Schulze
- Style + Membre : Popol Vuh, Ash Ra Tempel, Peter Baumann , Edgar Froese
 

 Tangerine Dream Official Website (653)

TANGERINE DREAM - Mars Polaris (1999)
Par ARP2600 le 26 Avril 2015          Consultée 864 fois

La discographie de Tangerine Dream est pléthorique, mais il est curieux d'y constater des phases de pauses. Ainsi, il y a eu une bonne dizaine d'albums studio depuis 2006 sans compter une foule de gros EP, jusqu'au triste décès d'Edgar Froese en février 2015, qui devrait marquer la fin, ou au moins un net ralentissement, de la production. D'autre part, entre 1996 et 2006, les choses ont été relativement calmes : Goblin's club en 96, Mars Polaris en 99, Seven Letters from Tibet en 2000, Jeanne d'Arc en 2005, auxquels on doit ajouter la trilogie Dante et quelques BO qui ont dû être moins difficiles à composer. A noter que les lives ne comptent plus, étant donné qu'on y trouve beaucoup moins de musique originale que par le passé (ainsi Tournado et Valentine Wheels ne proposent-ils que des interprétations de morceaux connus (1)).

Quand on voit la piètre qualité des disques parus entre 92 et 96, c'était tout aussi bien de faire une pause, de toute façon... Oasis, Transsiberia et What a blast, les bandes originales parues entre 96 et 99, ont permis aux Froese de retrouver une musique rythmique, en s'améliorant progressivement après Goblin's club. Notons qu'il s'agit censément de BO de documentaires, ce qui est différent des films hollywoodiens... dans les années 80, ceux-ci avaient amené le groupe sur la mauvaise pente, celle du mercantilisme, alors qu'ici, ces disques confidentiels leur ont plutôt permis de se ressaisir. Oasis est assez plat, What a blast déjà nettement plus entraînant et convaincant, et nous en arrivons avec Mars Polaris à un véritable redressement de la qualité de leur musique. Il est paru dans le courant de 1999, juste à temps pour sauver leur décennie 90 du naufrage total.

En fait, ce disque est presque une bande originale à la base, c'est une idée d'Edgar Froese inspirée par la sonde Mars Polar Lander, qui a malheureusement connu un destin funeste. La version correcte de l'album (2), sous-titrée « Deep space highway to red rocks pavilion », dure 71 minutes et est constituée de dix plages, dont quatre durent une dizaine de minutes. Celles-ci sont certainement les plus réussies, tandis que les morceaux courts sont assez inégaux. Par exemple, la guitare héroïque de « Deep Space Cruiser » est assez kitsch et hors de propos, et on pourra regretter l'apparition de ce sample de voix faisant « aaa ééé iii ouuu » (dont je parle dans la chronique d'Inferno) sur « Spiral star date » et « Tharsis Maneuver ».

Le style de la musique est assez homogène, à nette dominante électronique malgré la présence de quelques guitares. Il faut un peu d'imagination pour relier ceci à Mars, mais de toute façon la musique de Tangerine Dream a toujours été peu figurative. L'ensemble est à la fois sombre et doux, un peu comme sur Goblin's club mais en bien meilleur. Il y a aussi beaucoup de percussions, assez originales dans leur musique, parfois un peu excessives, mais renforçant évidemment les structures rythmiques de l'ensemble. Néanmoins, ce qui rend ce disque nettement supérieur aux quelques précédents, c'est simplement la pertinence retrouvée de la composition : les mélodies sont évidentes, les rythmes limpides, et on n'a plus des bribes musicales mal développées mais bien de la structure, des passages-clés intelligemment amenés, des schémas plus proches du classique exposition-développement-réexposition... bref, un travail sérieux et qui fait plaisir à entendre.

Comme je l'ai dit plus haut, les longs morceaux sont particulièrement bons. L'ouverture « Comet's Figure head » rappelle un peu Enigma par ses rythmes lents et marqués et son harmonie rêveuse. A l'opposé, « Outland (The Colony) » semble plus techno et colle bien à l'idée d'une colonie mécanisée et industrieuse. Ce sont cependant les deux autres qui sont les plus susceptibles de ravir l'amateur de musique électronique. J'ose l'affirmer, le féerique « Pilots of the Ether Belt » était en 99 le meilleur morceau publié par Tangerine Dream depuis les quatre faces de Poland en 84. Enfin, on peut de nouveau parler de beauté, les sonorités à la résolution retrouvée y tissent un voyage passionnant et caressant. « Astrophobia » est presque aussi beau, mais plus sombre et inquiétant, encore un titre bien choisi, ce ne peut être un hasard. Dans le reste de l'album, on pourra encore retenir le mystérieux « Rim of Schiaparelli » et le mécanique « Mars Mission Counter ».

Il importe cependant de dire que tout l'album est agréable malgré les quelques petits creux. C'est une très belle performance de la part d'Edgar Froese et Fils, d'autant plus belle que les albums en duo du groupe n'ont pas souvent été réussis, et qu'ils ont connu le gros creux d'inspiration qu'on sait. Si Mars Polaris intéressera surtout les amateurs du Tangerine Dream mélodique des années 80, il n'en est pas moins un très bon album qui mérite qu'on fasse abstraction des préjugés qui courent, il est vrai souvent à juste titre, au sujet de la deuxième partie de carrière du groupe.

Note : 3,5/5

(1) Un problème qui touche aussi un certain Rocking Mars dont je vais réécrire la chronique dans la foulée de celle-ci, car il n'est en fait qu'une « interprétation » de Mars Polaris.

(2) Il existe une autre édition, également de 99, totalement erronée. Elle présente le sous-titre « Original motion picture space reality » et dure 60 minutes pour 11 plages. Elle mélange semble-t-il des morceaux du vrai Mars Polaris et d'une autre BO parue en 2000, Great Wall of China. Cette erreur a semé la confusion chez les fans de Tangerine Dream, d'autant que la réédition de 2006 a stupidement reproduit le problème. Une histoire lamentable d'autant que Mars Polaris est des meilleurs albums « récents ». Je ne peux que recommander aux personnes intéressées de faire preuve de la plus grande prudence à l'achat : il faut impérativement trouver un CD de 99, avec le bon sous-titre et les bons titres de plages.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par ARP2600 :


ENO MOEBIUS ROEDELIUS
After The Heat (1978)
Superbe musique électronique, sobre et inventive




TANGERINE DREAM
Ricochet (1975)
Td en live : une exprérience sans pareille

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Edgar Froese
- Jerome Froese


1. Comet's Figure Head
2. Rim Of Schiaparelli
3. Pilots Of The Ether Belt
4. Deep Space Cruiser
5. Outland (the Colony)
6. Spiral Star Date (level P)
7. Mars Mission Counter
8. Astrophobia
9. Tharsis Maneuver
10. Dies Martis (transmercury)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod