Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nektar, Steve Roach , Ashra, Manuel Göttsching
- Membre : Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Richard Wahnfried , The Cosmic Jokers , Agitation Free, Klaus Schulze
- Style + Membre : Popol Vuh, Ash Ra Tempel, Peter Baumann , Edgar Froese
 

 Tangerine Dream Official Website (653)

TANGERINE DREAM - Lily On The Beach (1989)
Par ARP2600 le 28 Mars 2014          Consultée 1247 fois

Une chronique se doit d'être la plus neutre possible mais, en ce qui concerne ce Lily on the beach, j'aimerais commencer par mon histoire personnelle au sujet de Tangerine Dream. En 2000, je me suis pris de passion pour ce groupe, j'ai découvert la trentaine de disques entre 1970 et 1989, certes pas toujours avec le même intérêt. La frénésie a cependant connu un coup d'arrêt brusque à l'écoute de celui-ci, et je n'ai découvert la plupart des albums plus récents qu'en 2011, quand il a été question de réécrire certains textes pour le site. Une vraie déception, qu'une petite série d'écoutes plus récentes n'a que partiellement résorbé.

Cet album n'est pas bon. Ce n'est pas le premier Tangerine Dream dans ce cas, bien sûr, il y a eu Alpha Centauri, Thief ou Green Desert mais il y a quelque chose de plus gênant ici : la qualité même du son, de la production, de la musicalité. S'agissait-il déjà de son midi ? Peut-être... le même phénomène apparaît sur certains disques de Klaus Schulze parus un peu plus tard : Les sonorités sont moisies et on sent l'exécution informatique à plein nez, encore plus que sur le déjà très logiciel Optical Race.

Et pourtant... il y avait de quoi faire un bel album, peut-être un peu démagogique et trop long, TD était passé depuis quelques temps à un style plus pop, mais une bonne partie des morceaux bénéficient de bonnes mélodies et de rythmes honnêtes. Un vrai gâchis, on peut le dire... ce genre de musique est tout juste bon à accompagner des jeux vidéos et encore, on a fait bien mieux que cela en la matière quelques années plus tard. À ce propos, les amateurs d'Age of Empires, premier du nom, peuvent déjà avoir une petite idée du contenu de Lily on the beach, car cet album a manifestement inspiré les compositeurs de la BO de ce jeu, certaines sonorités et même certains enchaînements rythmiques les utilisant sont presque des copier-coller, surtout par rapport à «Desert Drive» et «Valley of the Kings».

Ensuite, la question est : quelles sonorités aurait-il fallu pour mettre en valeur une telle musique. Peut-être celles que le groupe a tant bien que mal retrouvé vers la fin des années 90, à une époque où la qualité des mélodies avait malheureusement quasiment disparu ? Ou peut-être plus modestement celles qu'on trouve sur le relativement réussi Melrose sorti l'année suivante. Tangerine Dream a rarement été un groupe de deux mais, à chaque fois que cela s'est produit, le résultat a été faible au niveau du son. Ici, Edgar Froese et Paul Haslinger n'ont clairement pas dominé leur propos... il semble que Jerome Froese, le fils d'Edgar, n'a pas été que l'ombre de son père et a tout de même apporté quelque chose, au moins sur Melrose (notons qu'il se charge déjà du solo de guitare de «Radio City» sur Lily).

Pour ce qui est de Lily on the beach, les choses sont ce qu'elles sont... on peut quand même trouver un petit intérêt dans ce côté très artificiel, dans ces sonorités en plastique. Un fan de Tangerine Dream pourra même se surprendre à apprécier l'écoute de ce disque, notamment des plages comme l'ouverture «Too hot for my chinchilla», le morceau-titre ou «Crystal Curfew», mais l'illusion ne durera pas jusqu'au bout. Presque une heure d'un son aussi plat... même le plus grand zélateur devrait se lasser avant la fin.

NB : Cette chronique se rapporte à la version originale de 1989. S'étant sans doute rendu compte que le son était piètre, Edgar Froese l'a réenregistré en 2002. Pas de chance, le résultat est hybride donc incohérent... non, pas vraiment mieux ni pire, à choisir, mieux vaut comme toujours préférer l'authenticité.

Note : 1,5/5

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par ARP2600 :


CLUSTER
Cluster & Eno (1977)
Belle rencontre entre Eno et l'électro allemande




CLUSTER
Cluster 71 (1971)
Krautrock abstrait et somptueux


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Edgar Froese
- Paul Haslinger


1. Too Hot For My Chinchilla
2. Lily On The Beach
3. Alaskan Summer
4. Desert Drive
5. Mount Shasta
6. Crystal Curfew
7. Paradise Cove
8. Twenty-nine Palms
9. Valley Of The Kings
10. Radio City
11. Blue Mango Cafe
12. Gecko
13. Long Island Sunset



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod