Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Billy Lee Riley , Lapre, Nektar, Steve Roach , Ashra, Manuel GÖttsching
- Membre : The Cosmic Jokers , Klaus Schulze , Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Agitation Free, Richard Wahnfried
- Style + Membre : Popol Vuh, Ash Ra Tempel, Peter Baumann , Edgar Froese
 

 Tangerine Dream Official Website (886)

TANGERINE DREAM - Rubycon (1975)
Par WALTERSMOKE le 12 Mai 2013          Consultée 551 fois

Un an après un Phaedra bien mais pas top, TANGERINE DREAM revient à la charge avec son successeur, aussi bien temporel que stylistique, j'ai nommé Rubycon. Il se veut mieux maitrisé et surtout plus intéressant, mais dire qu'il est génial serait un poil exagéré.

Rubycon est scindé en deux parties, une par face. L'album est également relativement court, à peine 35 minutes, mais c'est largement suffisant pour ce qu'il y a, à savoir un nouveau festival de séquences, encore plus varié et surtout bien fait.
La première partie est, à défaut d'être la meilleure, en tout cas la plus riche dans son propos. Après un premier tiers qui se pose en grand moment de musique planante, Froese, Franke et Baumann lâchent les séquences, pour un résultat des plus convaincants. Non seulement la maitrise est complète, mais en plus la musique en devient captivante et très agréable à écouter. Le seul problème, mais de taille, c'est en revanche une tendance à la monotonie. Certes, les bruitages et les sons annexes maintiennent l'intérêt, sans compter les quelques touches de mellotron, mais il aurait été préférable d'aller plus loin dans l'audace. Ceci dit, il s'agit plutôt de détails, et elle s'achève au bon moment. En somme, la première partie de Rubycon, c'est Phaedra en inversé et en mieux.

En ce qui concerne la seconde partie, elle ressemble fort à la première, c'est un fait. Il est même tentant de parler de faux-jumeaux ici tant elles se ressemblent. Mais qu'on se le dise, les différences sont nombreuses, même si elles ne tournent pas à l'avantage de l'un ou de l'autre. Le séquençage dans la deuxième partie est plus rapide, plus vigoureux, et montre bien la puissance et la finesse des synthés de l'époque. Le dernier tiers du morceau replonge en plein dans l'ambient, avec une flûte compensant le caractère un peu anxiogène qui se dégage au fur et à mesure. Le calme après la tempête, en quelque sorte.

Avec Rubycon, TANGERINE DREAM crée là un digne successeur à Phaedra. Mieux, il s'agit d'une version améliorée sur bien des points. La suite de la carrière du trio berlinois sera encore plus grande, et surtout bien plus accessible, et ce dès Stratosfear, premier grand chef-d'oeuvre depuis Atem – en excluant Ricochet, bien sûr.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Jean-michel JARRE
Planet Jarre (2018)
Juste une (grosse) mise au point




Jean-michel JARRE
Equinoxe (1978)
Mieux qu'Oxygène ? Assurément !


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Edgar Froese (mellotron, synthés arp et vcs 3, orgue, guitare, g)
- Christopher Franke (moog, synthétiseurs arp, orgue elka, piano, gong)
- Peter Baumann (piano électrique, piano, orgue, synthétiseurs arp)


1. Rubycon
2. Rubycon (part. 2)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod