Recherche avancée       Liste groupes



      
COSMIC MUSIC  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Billy Lee Riley , Lapre, Nektar, Steve Roach , Ashra, Manuel GÖttsching
- Membre : The Cosmic Jokers , Klaus Schulze , Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Agitation Free, Richard Wahnfried
- Style + Membre : Popol Vuh, Ash Ra Tempel, Peter Baumann , Edgar Froese
 

 Tangerine Dream Official Website (818)

TANGERINE DREAM - Zeit (1972)
Par AIGLE BLANC le 23 Juin 2019          Consultée 224 fois

Il a fallu attendre l'album Atem (1973), quatrième et dernier opus de la période pré-Phaedra, pour que TANGERINE DREAM, épaulé par l'enthousiasme à son égard de John Peel, accède à un début de notoriété. Il va sans dire que cette première période du groupe berlinois, surnommée les années roses ("The pink years"), ne jouit pas de la même réputation que la suivante signée chez Virgin, de Phaedra (1974) à Stratosfear (1976) avec le pic de célébrité atteint lors des concerts aux USA, ayant donné le double live Encore (1977). En effet, le groupe durant ces trois premières années se cherche, tâtonne beaucoup mais ne vise pas vraiment le succès non plus, développant à partir d'Alpha Centauri (1971) une musique cosmique qui doit autant au Pink Floyd de la période Barrett qu'à la musique contemporaine de Ligeti ou Boulez.
Le plus étonnant au cours de cette période pré-historique, c'est que les opus deviennent de plus en plus expérimentaux, toujours plus hermétiques les uns que les autres. Electronic Meditation contenait encore des éléments qui en faisaient un album rock, expérimental certes, mais rock. Alors que Zeit, succédant au déjà psychédélique Alpha Centauri, délaisse toute amorce mélodique et harmonique pour ne retenir que l'ascétisme de l'atonalité.
Pour ne rien arranger, l'album s'impose en double, donc prolonge sur deux galettes l'austérité radicale de son propos, quatre pistes réparties sur les quatre faces des vinyls d'époque.

L'écoute intégrale de Zeit s'avère donc quasi impossible quand on n'est pas un fan invétéré de musique contemporaine. Pour autant, ce troisième opus constitue le premier sommet musical du groupe, bien avant le Rubicon (1975) d'auguste mémoire. TANGERINE DREAM s'y présente sous sa formule la plus acclamée, le jeune Peter Baumann ayant rejoint Edgar Froese et Christopher Franke, apportant sa science des textures sonores qui enrichit la palette quelque peu limitée des précédents albums.
Nous avons là une référence de la cosmic music, radicale et d'une intégrité sans faille. Ceux qui s'attendraient à de la musique d'obédience new-age pourraient en subir une sévère déconvenue. Le concept spatial de Zeit (le Temps en allemand) justifie pleinement l'austérité glaçante des quatre mouvements qui le constituent. Le groupe s'y révèle un sublime créateur d'atmosphères immersives, véritable espace traversé de sons abstraits qui donnent l'impression de laisser beaucoup de vide entre eux, effet provoqué sans doute par un subtil dosage du volume d'enregistrement. C'est de l'ambient à l'état pur, une musique éthérée mais anxiogène comme doit l'être le sentiment de solitude éprouvé dans le cosmos.

Jamais plus le groupe n'explorera des territoires aussi désertiques, aussi abstraits, sur une durée avoisinant les 80 minutes qui plus est, et sans l'apport d'aucun rythme, malgré la présence à bord du batteur Chris Franke qui signera dès Phaedra les séquences ayant rendu célèbre TANGERINE DREAM.
La production signée par le groupe lui-même se montre bien supérieure à celle des précédents travaux, au point que Zeit aujourd'hui s'écoute sans subir l'outrage du "temps". Des albums de TANGERINE DREAM, c'est le plus proche dans l'esprit et la démarche artistique des premiers Cluster : un monument dans son genre, même si bien peu lui accordent une écoute attentive.
A noter l'intervention de Florian Fricke, leader de POPOL VUH, qui joue du Moog dans le premier mouvement "Birth of Liquid Plejades" et celle de Steve Shroyder qui reprend de l'orgue pour la dernière fois au sein du groupe, après sa contribution à Alpha Centauri.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par AIGLE BLANC :


POPOL VUH
In Den Garten Pharaos (1972)
Déambulation poétique et messe sacrificielle

(+ 1 kro-express)



Hans ZIMMER
Paperhouse (1988)
La belle BO d'un grand film oublié.


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
   AIGLE BLANC
   JOVIAL

 
   (3 chroniques)



- Edgar Froese (guitare gliss, générateur de sons)
- Chris Franke (synthétiseur, cymbales, claviers)
- Peter Baumann (synthétiseur, orgue, vibraphone)
- Steve Schroyder (orgue)
- Florian Fricke (synthétiseur moog)
- Jochen Von Grumbcow (violoncelle)
- Hans Joachim Brune (violoncelle)
- Johannes Lucke (violoncelle)
- Christian Vallbracht (violoncelle)


1. Birth Of Liquid Plejades
2. Nebulous Dawn
3. Origin Of Supernatural Probalities
4. Zeit



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod