Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (520)

Klaus SCHULZE - Dune (1979)
Par WALTERSMOKE le 15 Février 2013          Consultée 1447 fois

Tout amateur de science-fiction se doit de connaître Dune. Cette oeuvre monumentale écrite par Frank Herbert, un pilier du genre, est à classer dans la catégorie des chefs-d'oeuvre, tellement son univers est riche et passionnant. Et bien évidemment, ceci a appelé dès les années 70 à une adaptation cinéma qui devait être confiée à Alejandro Jodorowski, avec une musique signée PINK FLOYD, MAGMA et TANGERINE DREAM (un groupe pour chaque planète du roman), excusez du peu ! Malheureusement, ce projet ne vit jamais le jour, du moins sous sa forme originelle, et c'est David Lynch qui adaptera de façon cavalière le film en 1984. Alors oui, les trois groupes cités plus haut pouvaient faire une super musique, oui la BO du film par TOTO est bonne, mais un seul homme a réussi à composer une musique pouvant vraiment convenir à une telle légende, c'est Klaus SCHULZE, qui sort en 1979 l'album Dune.

En effet, SCHULZE est un grand fan de Frank Herbert, il lui a même dédié un morceau sur l'album précédent, le génial X. Et de facto, il décide donc de composer un opus inspiré par le roman le plus célèbre de l'écrivain. Et le résultat est à la hauteur des espérances... enfin, à moitié seulement.
Le morceau "Dune" est en effet un titre vraiment formidable, même s'il ne s'impose pas comme un véritable tour de force. Ce qui frappe au premier abord, c'est qu'il n'y a aucune, mais alors aucune séquence alors qu'il s'agit d'une des marques de fabrique de SCHULZE. Tout n'est que nappes de claviers se faisant forts et riches d'émotions, tout comme "Velvet Voyage" sur Mirage, avec le violoncelle de Wolfgang TIEPOLD qui se dote d'une richesse exquise, notamment au milieu du morceau où il se montre intense. Pour rester dans la thématique de la science-fiction, il est alors aisé d'imaginer Paul Atréides et sa mère errant dans le désert d'Arrakis (l'autre nom de Dune). La magnificence du propos est forte, la lassitude ne guette pas, pour peu qu'on ne s'attende pas à un festival de sons chaotique, bref Dune est une réussite remarquable qui s'étire admirablement sur 30 minutes.

En revanche, "Shadows Of Ignorance" laisse plus sceptique. Après une intro qui renvoit à "Dune", des percussions électroniques et une basse séquencée se chargent de rythmer le morceau tandis que TIEPOLD se charge de poser son violoncelle tout en douceur sur les claviers de SCHULZE, et ce pendant un bon tiers du titre, sauf que ça passe pas très bien, et puis arrive quelque chose de jamais vu, à savoir une vraie voix qui chante réellement (contrairement à Blackdance, par exemple) sur un morceau de Klaus SCHULZE, et en l'occurrence il s'agit du chanteur Arthur BROWN, qui se met à réciter un poème écrit par le compositeur, assez bizarre soit dit en passant. Mais si le chanteur arrive à ne pas trop en faire, il ne fait pas l'ombre d'un doute que la musique n'est pas adaptée, car froide, impersonnelle et qui ne concorde pas vraiment, alors qu'une musique plus franche aurait pu faire l'affaire. Et puis, les dernières minutes sont assez inutiles, KS tourne en rond, bref c'est du remplissage pur et dur.

Dune, donc, est un album qui n'est incontournable que pour sa première face, la seconde pouvant être évitée même si elle n'est pas anecdotique et qu'elle montre que le chant peut pleinement s'intégrer dans son univers. Cependant, il montre un SCHULZE qui aurait parfaitement pu faire l'affaire pour composer la BO d'un film aussi épique que Dune. Ah, et c'est aussi le dernier album de l'Allemand joué en analogique.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
Royal Festival Hall Vol. 2 (1992)
KS chez les rosbeefs, acte II




Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 12 (2012)
Picasso se promène


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (claviers, synthétiseurs)
- Wolfgang Tiepold (violoncelle)
- Arthur Brown (chant)


1. Dune
2. Shadows Of Ignorance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod