Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (526)

Klaus SCHULZE - Dig It (1980)
Par WALTERSMOKE le 2 Mars 2013          Consultée 1893 fois

Les années 80 marquent la fin d'une époque. Celle des instruments analogiques. C'en est fini, de la transformation des ondes physiques en données mathématiques, maintenant tout va se faire à la machine, les claviers numériques vont supplanter leurs ainés. C'est l'occasion pour la musique électronique d'explorer de nouveaux territoires, et ça, Klaus SCHULZE l'a bien compris lorsqu'il sort en 1980 son treizième album, Dig It – d'ailleurs, les albums suivants resteront dans cette mouvance.
Et en effet, cet album n'a rien à voir du tout avec ce que le musicien allemand a fait jusqu'à présent. Cela se voit dès la pochette de l'album, qui est résolument...moche. Franchement, après les oeuvres d'Urs Amann et les belles pochettes de Mirage et Dune, que vient faire une telle horreur, franchement ? Encore heureux que le ramage ne vaut pas souvent le plumage. Bien que, pour cette fois, ce qui est proposé rend sceptique.

Pourtant, tout commence bien avec le premier morceau, "Death Of An Analogue", au titre éminement explicite : l'analogue est mort, vive le numérique ! Bien que la musique de SCHULZE n'ait jamais été franchement joyeuse, force est de constater que ce morceau est incroyablement triste, limite morbide, ce qui colle bien à la thématique de la fin d'une époque, en fin de compte. KS, dont la voix est traitée au vocoder, récite son texte de manière solennelle pendant qu'il joue toute la musique derrière, sauf les percussions jouées par un certain Fred SEVERLOH, Harald GROßKOPF étant occupé à jouer pour ASHRA. Le jeu est pas trop mal, mais son absence aurait rendu le morceau encore plus pertinent et surtout plus intéressant. Mais les oreilles vont en revanche souffrir avec les deux morceaux suivants, qui sont vraiment mauvais, et pas seulement pour du SCHULZE.
En effet, il faudra faire gaffe aux sourcils qui s'envolent à l'écoute de "Weird Caravan". Je rappelle que « weird » veut dire bizarre, et en effet, ce morceau l'est tellement que sa présence peut choquer, et ce d'autant plus qu'il est vraiment mauvais. Sérieusement, qui peut sincèrement plaider non coupable en ce qui concerne la ligne de basse complètement ratée ? Et puis, pour un morceau dynamique mais peu inventif, cinq minutes c'est déjà trop long, vraiment. Quant à "The Looper Isn't A Hooker" (mais c'est quoi ces titres à la con ?), les synthés poussifs et le jeu quelque peu monotone achèvent de ringardiser le titre, et y'a rien de plus à ajouter.

Quant à "Synthasy", le morceau qui couvre toute la face B, il commence assez bien et semble mieux digérer le passage à la MAO, avec un côté musique de film qui n'est pas des plus déplaisants, impression soutenue par quelques percussions martiales apparaissant de manière sporadique. Le problème c'est que ça s'éternise, du moins jusqu'au milieu du titre où commence une répétition d'un même motif musical dans la plus pure tradition schulzienne. Mais là, quel ennui...le clavier qui simule en quelque sorte une voix est bien vite gonflant, et les autres ne sont guère plus passionnants, vraiment.

Bref, Dig It est clairement une déception qui laisse perplexe quant à la qualité des prochains travaux de KS. Pour un album qui annonce une nouvelle ère dans la musique électronique, on peut dire que c'est un échec, pas total certes, mais réellement conséquent, surtout si l'on compare avec Tangram de TANGERINE DREAM ou encore Belle Alliance d'ASHRA, bien plus réussi et intéressant. Et ce n'est pas avec Trancefer que les choses vont s'améliorer.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 3 (2009)
Une compile pour tous




Klaus SCHULZE
Dziękuję Poland (1983)
Klaus, kochamy cię !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   AIGLE BLANC

 
   (2 chroniques)



- Klaus Schulze (tout)
- Fred Severloh (batterie, percussions)


1. Death Of An Analogue
2. Weird Caravan
3. The Looper Isn't A Hooker
4. Synthasy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod