Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (542)

Klaus SCHULZE - La Vie Electronique 8 (2010)
Par WALTERSMOKE le 5 Avril 2017          Consultée 121 fois

L'ordre chronologique de La Vie Electronique est bien pratique, dans le sens où il permet de suivre de plus près l'évolution de la musique de Klaus Schulze. Ainsi, comme on avance à la fin des années 70 jusqu'au début des années 80, on passe d'une musique séquencée avec des nappes ambient très évocatrices, à une musique plus rythmée, limite plus décomplexée mais moins magique, bien que restant toujours convaincante. Et puis, on ne va pas se mentir non plus, KS a eu du mal à traverser les années 80. Le début fut une transition redoutable, avec deux albums pas ratés mais qu'on peut difficilement qualifier de fort réussis – en revanche, le projet parallèle Richard Wahnfried se porte alors plutôt bien.

Tout ça pour dire que La Vie Electronique 8, et bien, ce n'est pas glorieux pour traiter de ce sujet. Sur le papier, pourtant, le programme s'annonce intéressant, entre deux morceaux tirés d'un même concert ("Dans un jardin" et "L'affaire Tournesol"), une bonne partie issue de sessions studios, et même un extrait de la tournée polonaire ayant donné lieu à Dziękuję Poland (1983), le tout enregistré entre 1977 et 1983. Mais tout ça est gâché par les doublons phénoménalement nombreux ici ! Rien que tout le CD 1, par exemple... "Dans un jardin" commence sur une longue intro ténébreuse, mais à mesure que le morceau avance et gagne en rythme, on s'aperçoit qu'il s'agit d'une version instrumentale et légèrement retouchée du morceau que KS jouait en tournée avec Arthur Brown. Mouais. Et ce n'est pas fini avec "Faster than Lightning", qui est... presque la même chose que "Avec Arthur" (La Vie Electronique 7). Le presque vaut pour une partie chantée légèrement moins importante et quelque effets sonores de plus.
Vous en voulez encore ? "The Martial Law", le morceau capté en Pologne, c'est "Warszawa" (pas celui de Bowie, hein), déjà présent sur le live de 1983, en meilleure qualité sonore. Et c'est tout. "Keep Up with the Times" ? La même en version studio, et sans le solo tiré d'Audentity (1983). La "Hitchcock Suite" ? Les deux premiers tiers sont consacrés à un dark ambient sauce Berlin School, sympa sans être remuant, pour ensuite muter sur une déclinaison de "Velvet Voyage", l'un des pavés de Mirage (1977). Après, c'est vrai, la mélodie cristalline vers la fin est au moins intéressante à entendre.

Vraiment, c'est ça qui est lourd avec La Vie Electronique 8. À la rigueur, que le CD 3 soit rempli de petites versions alternatives probablement issues d'enregistrements d'albums contemporains, ça ne pose pas de soucis en soi. C'est même cool d'entendre Michael Shrieve et Steve Jolliffe sur "I Remember Rahsaan" – très jolie version de Silent Running, au passage. Le côté historique et documentaire y est clairement présent, on peut voir le disque comme une fenêtre donnant sur le travail en studio avant le résultat final, avec des essais, des prises alternatives, etc. Mais abuser de doublons, c'est vraiment trop. Et ils n'apportent rien de probant, sauf pour d'éventuels fans hardcore jusqu'à l'os estimant que commencer un morceau par un ré au lieu d'un do change absolument tout.

La Vie Electronique 8 est clairement le premier (dans l'ordre chronologique) volet décevant de la série. Non pas par rapport à son contenu, qui est a posteriori meilleur que sur les volets 15 et 16, par exemple. Mais c'est clairement la démarche d'exhaustivité qui atteint pleinement ses limites ici. À force de tout (ré)éditer, on finit par se retrouver avec plusieurs exemplaires d'un même objet qu'on ne peut même pas revendre sur eBay. Dieu merci, le phénomène sera moindre dans le volet suivant.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
In Blue (1995)
Du grand Schulze. Tout simplement




Jean-michel JARRE
Equinoxe (1978)
Mieux qu'Oxygène ? Assurément !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (presque tout)
- +
- Arthur Brown (chant sur 'faster than lightning')
- Michael Shrieve (percussions sur cd 3)
- Steve Jolliffe (flute sur 'i remember rahsaan')


1. Dans Un Jardin
2. Faster Than Lightning

1. Hitchcock Suite
2. L'affaire Tournesol
3. Bona Fide
4. Interview 1980

1. Keep Up With The Times
2. I Remember Rahsaan
3. A Quick One
4. Count In Me
5. The Martial Law
6. Zugabe Timbales
7. Interview 1982



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod